L’inclusion des personnes en situation de handicap est essentielle au développement durable

0
1044

Jeudi 2 décembre 2021 ((rezonodwes.com))-– Environ 85 millions de personnes en Amérique latine et dans les Caraïbes vivent avec une forme de handicap, ce qui représente 14,7 % de la population totale, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale. Le rapport aborde les obstacles physiques et juridiques rencontrés par les personnes vivant avec un handicap et les efforts nécessaires à l’inclusion de ce groupe pour permettre un avenir prospère et résilient. Selon les données au niveau mondial, l’exclusion des personnes en situation de handicap représenterait pour les pays une perte comprise entre 3 % et 7 % de leur PIB.

Dans le cadre de la Journée internationale des personnes handicapées, célébrée chaque année le 3 décembre, le rapport souligne qu’un ménage sur trois dans la région comprend au moins une personne vivant avec une forme de handicap. La prévalence est plus élevée dans les zones rurales et au sein des ménages touchés par l’extrême pauvreté, selon le rapport Handicap et inclusion en Amérique latine et dans les Caraïbes : une voie vers le développement durable. L’exclusion des personnes en situation de handicap constitue non seulement une injustice mais aussi un frein à une croissance durable : 15 % des enfants en situation de handicap ne sont pas scolarisés et une personne sur deux avec un handicap se trouve exclue du marché du travail.

« En Amérique latine et dans les Caraïbes, la tâche s’annonce considérable pour rebâtir les économies après l’une des crises les plus dévastatrices – celle causée par la pandémie de COVID-19. Les données globales montrent que la croissance ne parviendra pas à elle seule à réduire les inégalités existantes, » rappelle Carlos Felipe Jaramillo, vice-président de la Banque mondiale pour l’Amérique latine et les Caraïbes. 

« Les personnes en situation de handicap doivent être en mesure de participer pleinement à la vie publique sans connaître de discrimination ou de marginalisation à l’école ou au travail. De plus, elles doivent avoir les moyens d’accumuler le capital humain nécessaire à leur inclusion pour mener une vie digne et riche d’opportunités, et pour pouvoir contribuer à la reconstruction de nos pays. »

La pauvreté, le manque d’accès à l’éducation ou aux opportunités d’emploi, l’informalité, le manque de reconnaissance de leur capacité juridique et la discrimination sont autant de réalités rencontrées au quotidien par les personnes en situation de handicap. Selon le rapport, le handicap et la pauvreté s’aggravent mutuellement. Dans la région, un ménage sur cinq vivant dans l’extrême pauvreté compte un membre en situation de handicap. En outre, près de sept ménages sur dix incluant une personne en situation de handicap sont vulnérables face à la pauvreté, en situation de crise.

Le rapport examine comment certains groupes déjà confrontés à d’autres désavantages se trouvent particulièrement vulnérables, notamment les femmes, les habitants des zones rurales, les populations autochtones, et les personnes d’ascendance africaine. Par exemple dans des pays aussi divers que le Brésil, le Costa Rica, l’Équateur, le Mexique et l’Uruguay, les personnes en situation de handicap sont en moyenne 24 % moins susceptibles d’achever leur éducation primaire.

Ce chiffre atteint les 30 % si les personnes appartiennent également à une minorité ethnique ou raciale. Les inégalités entre les sexes contribuent aussi à exacerber les déséquilibres. Dans la plupart des pays de la région, la probabilité d’être vulnérable augmente si le ménage est dirigé par une femme. Lorsqu’un ménage comprend une personne ayant une dépendance fonctionnelle, l’étude montre que ce sont surtout les femmes qui assument la prise en charge des soins non-rémunérés. La valeur des soins fournis sans rémunération représente entre 16 % et 25 % du PIB.

Le nombre de personnes en situation de handicap tendra à augmenter à l’avenir du fait du vieillissement de la population, étant donné que les handicaps s’accumulent généralement avec l’âge. On estime que la population régionale âgée de 60 ans et plus passera de 59 millions de personnes aujourd’hui à 196 millions d’ici 2050. Il apparaît donc essentiel de promouvoir les politiques d’inclusion. Le rapport avance que, faute de réaction, la viabilité à long terme de la reprise post-pandémie pourrait être menacée.

Étant donnée la diversité des personnes en situation de handicap, le rapport insiste sur l’importance de concevoir des politiques adaptées aux conditions particulières à chaque pays et situation. Pour y parvenir, il est nécessaire d’avoir davantage de données de qualité, de fixer des objectifs clairs et mesurables, de s’attaquer aux stéréotypes pour les faire disparaître, et de donner des responsabilités accrues aux organisations de personnes en situation de handicap.

Le rapport souligne le niveau d’extrême vulnérabilité d’une large part de ce groupe ainsi que la visibilité croissante, à l’heure actuelle, de l’exclusion des personnes en situation de handicap. Cette situation constitue un défi de taille au développement durable de l’Amérique latine et des Caraïbes.

© William Daniels / HI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.