Des manifestants soudanais anti-putschistes barricadent les rues au 7ème jour des manifestations

0
237
Protesters carry a banner and national flags as they march against the Sudanese military's recent seizure of power and ousting of the civilian government, in the streets of the capital Khartoum, Sudan October 30, 2021. REUTERS/Mohamed Nureldin

« Non, non, au régime militaire », ont scandé des manifestants portant des drapeaux soudanais alors qu’ils défilaient dans la capitale et dans d’autres villes, alors que les forces tiraient des gaz lacrymogènes pour les disperser.

Dimanche 31 octobre 2021 ((rezonodwes.com))–

Les manifestants soudanais anti-coup d’État ont dressé dimanche des barricades à Khartoum au lendemain d’une répression meurtrière contre des rassemblements de masse, alors qu’une campagne de désobéissance civile contre la prise de pouvoir militaire entre dans son septième jour.

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées à travers le pays pour les manifestations de samedi,défilant contre la prise de pouvoir de l’armée le 25 octobre,lorsque le général Abdel Fattah al-Burhan a dissous le gouvernement, déclaré l’état d’urgence et détenu les dirigeants civils du Soudan.

Cette décision a suscité un concert de condamnations internationales et de réductions punitives de l’aide, les puissances mondiales exigeant un retour rapide à un régime civil et des appels à l’armée pour qu’elle fasse preuve de « retenue » contre les manifestants.

Volker Perthes, représentant spécial de l’ONU au Soudan, a déclaré dimanche qu’il avait rencontré le Premier ministre détenu Abdalla Hamdok, qui est sous la garde armée de la junte militaire au pouvoir.

« Il (Hamdok) reste bien mais en résidence surveillée », a déclaré Perthes. « Nous avons discuté des options de médiation et de la voie à suivre pour le Soudan. Je poursuivrai ces efforts avec d’autres parties prenantes soudanaises. »

Le Comité central indépendant des médecins soudanais a déclaré dimanche que des milices ont abattu un manifestant le jour du coup d’État, faisant grimper le bilan global à 12 morts.

Un haut responsable américain avait estimé qu’au moins 20 à 30 personnes avaient été tuées avant les manifestations de samedi.

Au moins trois personnes ont été abattues et plus de 100 personnes blessées lors des manifestations de samedi, selon les médecins, qui ont rapporté que les personnes tuées avaient des blessures par balle à la tête, à la poitrine ou à l’estomac. Les forces de police ont nié les meurtres ou l’utilisation de balles réelles.

« Non, non, au régime militaire », ont scandé des manifestants portant des drapeaux soudanais alors qu’ils défilaient dans la capitale et dans d’autres villes, alors que les forces tiraient des gaz lacrymogènes pour les disperser.

Le Soudan était gouverné depuis août 2019 par un conseil mixte civilo-militaire dans le cadre de la transition désormais déraillée vers un régime civil complet.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.