Haiti|Insécurité. Une vive tension prévaut à Port-au-Prince suite à une grave pénurie d’essence

0
1007

Au milieu de ce chaos, la résultante de la corruption et la mauvaise gestion du régime PHTK imposé par l’international, un groupe d’individus dont Eddy Jackson Alexis, Ronsard St-Cyr – grand partisan du Code pénal immoral de Jovenel Moise – s’apprêtent à lancer un groupuscule politique regroupant des hommes ayant participé à la dilapidation des fonds de Petro Caribe sous l’administration Martelly/Lamothe et Jovenel Moise/Lafontant.

Le regroupement de cette nouvelle association de malfaiteurs, la bande à Eddy Jakson Alexis, sans idéologie, va-t-il aider à résoudre le problème des kidnappings ? Jusqu’à présent, en octobre, le Centre d’analyse et de recherche sur les droits de l’homme a enregistré 119 enlèvements, dont les 17 missionnaires des États-Unis et du Canada qui sont retenus depuis samedi dernier, prétendument par le gang des 400 Mawozo.

Jeudi 21 octobre 2021 ((rezonodwes.com))–Les conducteurs de taxis-motos sont descendus jeudi dans les rues de Port-au-Prince et agglomérations, érigeant des barricades enflammées et entravant la circulation des véhicules pour protester auprès du gouvernement de facto contre la fermeture de certaines stations à essence qu’une grave pénurie de carburant rende inopérantes.

Des centaines de consommateurs se sont pressés devant les stations-service, qui ont cessé leurs activités en raison de la grève des distributeurs pour cause d’insécurité. Ils ont accusé de laxisme et d’irresponsabilité les autorités du régime PHTK3 et alliés SDP, MTV tendant à garder le pouvoir sans apporter une solution concrète aux multiples problèmes que confrontent les citoyens au quotidien.

Le mouvement de protestation a bloqué la circulation à la plupart des carrefours avec des pneus enflammés, tandis que des pierres étaient lancées sur ceux qui tentaient de franchir les barricades, ont constaté des correspondants de presse au niveau de la commune de Delmas.

Des mobilisations ont également été enregistrées à Pétion Ville, Kenscoff, aux Gonaives, à Jérémie où le gallon de la gazoline se paye à plus de 1 000 gourdes soit plus de six fois son prix officiel.

Les chauffeurs exigent de l’État qu’il résolve la crise, qui dure depuis le début du mois de juin, lorsque des bandes armées pro-pouvoir PHTK ont commencé à se disputer la zone de Martissant, qui relie Port-au-Prince au Grand Sud du pays et où se trouvent les deux principaux terminaux pétroliers.

La grève des chauffeurs de camions-citernes a aggravé la situation, et la plupart des stations-service restent fermées jeudi à Port-au-Prince en proie à la violence des gangs qui vont jusqu’à commettre dimanche un sacrilège au Pont-Rouge.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.