Haïti, le chaos total – Les plus aisés se munissent de visas pour aller se réfugier en République dominicaine

0
2212

Ces aisés de la majorité silencieuse, dénoncent les critiques, ont pendant longtemps soutenu les régimes corrompus du bandi legal Michel Martelly et de l’Aprèdye Jovenel Moise. Celui-ci comme tout héritage légué à Ariel Henry et André Michel et co, a fini par fédérer les gangs, devenus aujourd’hui hors contrôle.

The theory of karma harps on the Newtonian principle that every action produces an equal and opposite reaction . Every time we think or do something, we create a cause, which in time will bear its corresponding effects. And this cyclical cause and effect generate the concepts of samsara (or the world) and birth and reincarnation.

Jeudi 14 octobre 2021 ((rezonodwes.com))–La terreur imposée par les gangs qui contrôlent les quartiers et les rues de Port-au-Prince, Cap Haïtien et d’autres villes d’Haïti, l’insécurité généralisée, le chômage, la faillite des entreprises, le manque de nourriture, de carburant et d’autres maux, poussent de nombreux Haïtiens de la classe dominante et moyenne à solliciter des visas dans les consulats dominicains en Haïti, pour s’installer à l’autre bout de la frontière.

Une source diplomatique dominicaine à Cap Haïtien a confirmé que dans les légations consulaires opérant en Haïti, il y a eu un flux accru de personnes de toutes les couches sociales qui veulent obtenir leur visa pour entrer sur le territoire dominicain.

C’est le cas de George Bazin, un homme qui a fermé son entreprise, avec sa femme et ses deux enfants mineurs, a quitté son domicile et, après avoir obtenu des visas dominicains à Port-au-Prince, a décidé d’entrer en territoire dominicain.

« Ils nous l’ont donné pour six mois et nous sommes ici depuis deux mois et demi maintenant ; nous aimons beaucoup ce pays et nous ne voulons pas y retourner« , a-t-il ajouté.

Il a déclaré que sa femme et lui dirigeaient une chocolaterie à Delmas mais qu’ils ont été victimes d’un gang qui, sans les kidnapper, a pillé leur entreprise.

Haiti, hors contrôle, les gens ont peur.

« Pourquoi vivre en Haïti, s’il n’y a aucune sécurité pour qui que ce soit ou quoi que ce soit, et que ces enlèvements font peur aux gens« , s’est-il plaint.

Bazin cherche maintenant un endroit à Santiago pour installer son industrie chocolatière de taille moyenne avec un partenaire de la même origine.

Son cas n’est pas isolé. Dianny Bisoneaux a déclaré au Listín Diario qu’elle a obtenu son diplôme d’infirmière il y a deux ans à l’Université technologique de Santiago (UTESA). Après avoir obtenu son diplôme, elle est retournée à Cap Haïtien, son village, où elle a travaillé dans l’hôpital public.

Cependant, elle a dit que sa mère, qui avait une fabrique de bonbons et d’objets artisanaux, a failli être kidnappée et que sa mère, ainsi qu’elle et deux autres sœurs, ont décidé d’émigrer à Santiago.

La professionnelle dit qu’elle est maintenant au chômage dans ce pays car son visa a expiré. Elle dit néanmoins qu’au moins, elle aide sa mère dans la petite fabrique de bonbons qu’elle possède dans le secteur de Bella Vista, au sud-ouest de Santiago.

Pas d’intention de retour

« Nous voulons réguler notre statut migratoire dans le pays, nous ne voulons pas de problèmes avec les autorités et nous n’avons pas l’intention de retourner en Haïti, du moins tant que la situation ne s’améliore pas« , a-t-elle souligné.

Pour sa part, Jenfrey Dubreiul, du Comité de défense et de protection civile du Nord-Est d’Haïti, a ajouté que ce qui se passe dans son pays est « regrettable. »

À la merci des membres de gangs

« Ils vous kidnappent même pour prendre une bicyclette ; les véhicules sont pris aux gens par la force et ensuite ils doivent les acheter au prix que les membres du gang disent« , a-t-il déploré.

Dans ce contexte, il a ajouté que ces gangs se financent par le biais d’enlèvements, d’agressions, de pillages d’établissements commerciaux, de ventes de drogues, d’escroqueries, de chantages et d’autres crimes.

Dubreiul, qui est en visite en République dominicaine, a déclaré qu’il retourne dans sa ville natale de Cap Haïtien parce qu’il n’a pas peur des menaces et continuera à dénoncer ce qui se passe en Haïti, quel que soit le risque pour sa vie.

« Haïti est invivable en ce moment, d’autres vont continuer à arriver dans ce pays, soyez prêts, ce sera le cas« , a observé l’activiste.

VAGUE DE TERREUR

Il y a plus de 76 gangs qui ont vu le jour sous le régime de Jovenel Moise.

Selon les chiffres fournis par la Commission nationale pour le désarmement, le démantèlement et la réintégration, il y a plus de 76 gangs en Haïti.

Actuellement, 500 000 armes illégales circulent dans le pays. Ces groupes armés terrorisent les habitants dans différentes régions du pays. De plus, ils inquiètent ceux qui se sont installés depuis longtemps de ce côté de l’île à la recherche de meilleures conditions de vie, d’éducation et d’économie.

Et le pire dans tout cela, le régime PHTK3 de Ariel Henry, Reginald Boulos, André Michel table sur des élections dont les résultats sont déjà connus d’avance.

source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.