Compte-rendu de lecture de « Simoun » (poésie, de Robert Berrouët-Oriol) par Hugues Corriveau

0
936
Robert Berrouet Oriol

Vendredi 20 août 2021 ((rezonodwes.com))– Le réputé critique littéraire du journal montréalais Le Devoir, Hugues Corriveau, publie ce 14 août 2021 un remarquable compte-rendu de lecture de « Simoun », huitième livre de poésie de Robert Berrouët-Oriol (Éditions Triptyque, Montréal, mai 2021). Ce compte rendu porte le titre évocateur de « Le grand vent sahélien » et fait partie d’un grand ensemble dont le titre général est « Entendre battre le cœur ». En voici le texte intégral, que j’ai grand plaisir à partager avec vous :

« Le grand vent sahélien

« Dans un tout autre champ d’écriture, Robert Berrouët-Oriol nous propose encore sa haute parole, son langage ultrachâtié qui obombre une simplicité parfois plus souhaitable. Ainsi, dès le premier poème, nous faut-il saisir cette parole « fleurant fastes festivités / et ritournelle d’apnée. » Convenons que ce n’est pas peu. Tournons la page de Simoun­ et nous serons immédiatement confrontés « au surjet primipare des alvéoles / liant d’anabase pour l’hommage persien ». Vraiment, on se sent immédiatement un peu décalé, renvoyé à quelque obscur complexe devant un tel étalage de ce savantissime vocabulaire. Mais qu’y a-t-il donc qui nous sollicite tant chez ce poète, que recèle donc cette parole poétique méticuleuse, pleine d’embûches et d’entourloupes ?

Sans doute la constante référence au grand poète que fut Saint-John Perse, poète immense qui est l’ange tutélaire de Berrouët-Oriol, source avouée, donnée comme primordiale.

Donc, ce que j’aime ici, c’est que la poésie n’est pas donnée de soi, car elle travaille la langue, sa matière première comme une glaise toujours fuyante. Lire ce poète, c’est admettre ce décalage entre notre réalité actuelle et un ton suranné, mais vivant encore sous sa plume. C’est mettre la langue poétique au service même de la langue qui se déploie comme le référent premier, loin de la triviale réalité ou proposant parfois une réalité refaite à la dimension même de la langue. C’est ultraexigeant, c’est tout à fait particulier, mais c’est une invitation au voyage que seul ce poète sait maîtriser et proposer à des hauteurs qui le comblent d’aise.

Accompagnons-le, lui qui utilise une « blanche canne pour recoudre le fil cassé de l’encre et retrouver terres fertiles du Poème. » Nous y décoderons « la grammaire des archipels », y rencontrerons des chairs altières ou opulentes, des lieux de grand désarroi ou épris de tendresse. Il s’agit en fait de tendre l’oreille aux cérémonies « célébrées dans l’Ici du Poème. » Tout ce vent transversal, dont parle le recueil, parcourt la voix, la soutient, est son inspiration même. Le monde est, comme souvent, un texte palimpseste, difficilement décodable, qui commande une tâche ardue à laquelle s’adonne cette poésie complexe.

Le désert, les hommes bleus, le simoun poussant sa force, traversent de grands espaces et l’Histoire, passent par des oueds ensablés, des tourments de vents qui charrient ce qui fait respirer. « Simoun ô vent majuscule / tu lègues aux langues touaregs / la langue primipare du Poème / mektoub cent fois recousus dans la tendreté des mots » est-il promulgué. Le destin implicite dans le terme « mektoub » prend ainsi possession de ce qui se déploie dans le sens incompris du monde.

Voilà donc de quoi est fait ce recueil difficile, il faut en convenir. Les textes de Berrouët-Oriol sont destinés à qui cherche ailleurs que dans la langue de convenance une valeur de surcroît.

Dans un tout autre champ d’écriture, Robert Berrouët-Oriol nous propose encore sa haute parole, son langage ultrachâtié qui obombre une simplicité parfois plus souhaitable. Ainsi, dès le premier poème, nous faut-il saisir cette parole « fleurant fastes festivités / et ritournelle d’apnée. » Convenons que ce n’est pas peu. Tournons la page de Simoun­ et nous serons immédiatement confrontés « au surjet primipare des alvéoles / liant d’anabase pour l’hommage persien ». Vraiment, on se sent immédiatement un peu décalé, renvoyé à quelque obscur complexe devant un tel étalage de ce savantissime vocabulaire. Mais qu’y a-t-il donc qui nous sollicite tant chez ce poète, que recèle donc cette parole poétique méticuleuse, pleine d’embûches et d’entourloupes ?

Sans doute la constante référence au grand poète que fut Saint-John Perse, poète immense qui est l’ange tutélaire de Berrouët-Oriol, source avouée, donnée comme primordiale.

Donc, ce que j’aime ici, c’est que la poésie n’est pas donnée de soi, car elle travaille la langue, sa matière première comme une glaise toujours fuyante. Lire ce poète, c’est admettre ce décalage entre notre réalité actuelle et un ton suranné, mais vivant encore sous sa plume. C’est mettre la langue poétique au service même de la langue qui se déploie comme le référent premier, loin de la triviale réalité ou proposant parfois une réalité refaite à la dimension même de la langue. C’est ultraexigeant, c’est tout à fait particulier, mais c’est une invitation au voyage que seul ce poète sait maîtriser et proposer à des hauteurs qui le comblent d’aise.

Accompagnons-le, lui qui utilise une « blanche canne pour recoudre le fil cassé de l’encre et retrouver terres fertiles du Poème. » Nous y décoderons « la grammaire des archipels », y rencontrerons des chairs altières ou opulentes, des lieux de grand désarroi ou épris de tendresse. Il s’agit en fait de tendre l’oreille aux cérémonies « célébrées dans l’Ici du Poème. » Tout ce vent transversal, dont parle le recueil, parcourt la voix, la soutient, est son inspiration même. Le monde est, comme souvent, un texte palimpseste, difficilement décodable, qui commande une tâche ardue à laquelle s’adonne cette poésie complexe.

Le désert, les hommes bleus, le simoun poussant sa force, traversent de grands espaces et l’Histoire, passent par des oueds ensablés, des tourments de vents qui charrient ce qui fait respirer. « Simoun ô vent majuscule / tu lègues aux langues touaregs / la langue primipare du Poème / mektoub cent fois recousu dans la tendreté des mots » est-il promulgué. Le destin implicite dans le terme « mektoub » prend ainsi possession de ce qui se déploie dans le sens incompris du monde.

Voilà donc de quoi est fait ce recueil difficile, il faut en convenir. Les textes de Berrouët-Oriol sont destinés à qui cherche ailleurs que dans la langue de convenance une valeur de surcroît. »

Extrait de « Simoun »

Simoun ô vent d’ample voilure

en tes coutures aveugles

tu dresses table féconde des longues maraudes

sous la lumière sacrée des grands espaces

nul exil n’affranchit le passage des hommes bleus

nulle trêve au midi du soleil

n’efface traces lues au coude des sentiers sablonneux

le rauque cri des dromadaires salue l’arrivée de l’oasis

et le sable recouvre les pas de l’Amande

à tous battements des paupières 

femme touareg au masque de sable

tu portes en toi arômes de bivouac et promesse des osselets de l’enfance

dans l’amitié du point d’eau

l’oasis est lieu d’échanges des guerriers du désert 

et réceptacle du croisement des mémoires caravansérails

j’écoute bouger les pas de l’Amande

sur sablonneux tapis dont on ne voit pas la frontière

et voici qu’ainsi j’habite l’essence même des mots sans patrie

folle l’amulette clame sa décrue

folle mon errance paie tribut de l’âge

seuls les aveugles ne parlent pas langue du Simoun

·       NOTE SUR L’AUTEUR / Linguiste de profession, poète et essayiste, Robert Berrouët-Oriol a enseigné la linguistique et la terminologie à la Faculté de linguistique appliquée de l’Université d’État d’Haïti. Les anthologies de littérature québécoise consignent qu’il est l’auteur de la première étude théorique portant sur « Les écritures migrantes au Québec » (LittéRéalité, Toronto, 1991 et Quebec Studies, Ohio, 1992). Il a collaboré aux revues littéraires et culturelles Vice VersaMoebiusDérives (Montréal), LittéRéalité (Toronto), EuropeSaprifageRevue noire (Paris), Interculturel de Lecce (Italie), Maison de la Poésie (Namur), Calacs (Ottawa), Quebec Studies (Ohio), Callaloo (Virginie), Chemins critiques et Conjonction (Port-au-Prince). Il a fait paraître en 2010 le livre « Poème du décours » (Éditions Triptyque), finaliste du Prix du Carbet et du Tout-Monde et grand Prix de poésie du Livre insulaire 2010 à Ouessant, en France. Il a représenté le Québec à la Foire internationale du livre de Barcelone (2008), au Salon du livre de Paris (2011, 2012), au Festival international de poésie de Granada (Nicaragua, 2012), à la Semaine de la Francophonie (Rome et Naples, 2013) et à la Journée internationale de la langue maternelle 2015 (OIF/Unesco, Paris). Paru à Montréal aux Éditions Triptyque en mai 2021, le recueil « Simoun » est sa huitième œuvre de fiction poétique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.