Haïti – RD : le spectre des fréquences sera-t-il la prochaine pomme de discorde entre les deux pays, après les eaux de la rivière Massacre ?

0
1103

Haiti/RD/Télécom: Après les eaux de la rivière Massacre et la mort Jovenel Moise , le spectre des fréquences radioélectriques sera t-il la prochaine « pomme de discorde  » entre les deux pays ?

Mardi 10 août 2021 ((rezonodwes.com))– Le différend relatif aux eaux de la rivière massacre opposant le régime PHTK en Haïti à la Republique Dominicaine semble vouloir disparaitre dans les grands titres des journaux dominicains depuis l’assassinat de Jovenel Moise en sa résidence dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021.

Le ministre des Affaires étrangères de la République voisine, M. Roberto Ivarez est, semble t-il, assez satisfait de la tournure que prend ce projet de l’ex Président Jovenel Moise relativement aux eaux de la riviere massacre.

En effet il a expliqué ce lundi que, selon les derniers rapports , la construction du canal d’irrigation agricole qui était destiné à se connecter à la rivière Massacre, sur le territoire d’Haïti, a été discontinuée pour le moment.

Álvarez a déclaré qu’il ne savait pas si l’arrêt de travail s’était produit après la mort du président Jovenel Moïse. Il a expliqué que jusqu’à présent il n’a pas eu de contact avec le nouveau premier ministre de ce pays, Ariel Henry, ni avec le chancelier, Claude Joseph, avec qui le dialogue a été interrompu pendant la présidence de Moïse. Il a expliqué que c’est parce que le pays des Caraïbes a un gouvernement en formation qui s’organise toujours.

Le gouvernement dominicain maintient son rejet de la construction du canal car, , affirme Alvarez, selon les données techniques, cet ouvrage représente un risque d’inondation pour la zone frontalière pendant la saison des pluies.

Il est rappelé que du côté dominicain le dialogue a été abandonné jusqu’à ce qu’Haïti arrête les fouilles. Par la suite, l’assassinat du premier Président Jovenel Moise est survenu.

Cependant le dossier des eaux de la Rivière Massacre n’est pas encore fermé que s’annonce déjà une autre « pomme de discorde » entre les deux pays.

Il s’agit du spectre des fréquences radioélectrique dont l’usage est partagé par les services de radiodiffusion et des services communications mobiles des deux pays

En effet le parti Force Nationale de Progrès (FNP) en Republique Dominicaine a exhorté les autorités de la République Dominicaine à prendre des « actions concrètes » pour atténuer les interférences causées par les stations de radio haïtiennes et la pénétration des signaux de téléphonie mobile de ce pays à Montecristi, Dajabón et autres zones frontalières.

Il a rappelé que la République dominicaine a essayé de trouver des solutions par des canaux formels mais que le gouvernement haïtien n’a pas eu la volonté de le faire.

La position du FNP est contenue dans un document à ce sujet transmis à la presse dominicaine, dont le texte est le suivant :

« Les médias sont l’un des pouvoirs factuels de la démocratie, il en est ainsi à cause du pouvoir qu’ils ont de façonner le comportement d’une société et d’influencer ses pratiques et coutumes et encore plus de mobiliser la conscience publique pour ou contre un fait social ou politique. , d’où l’importance de gérer le bon usage de ces médias.

Cela acquiert plus de valeur lorsque l’on parle de la frontière haitiano-dominicaine, sachant que le pays voisin transmet dans une langue autre que la nôtre, et qu’une grande partie de la population dominicaine ne connaît pas sa langue, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un double ingérence, culturelle et politique.

Dans cet ordre, dans une étude réalisée par notre personnel technique de la Force nationale progressiste sur la frontière nord, en particulier Dajabón et Montecristi, ils ont identifié 77 fréquences dans la bande FM dont 45, soit 58,44%, sont occupées illégalement. par les stations haïtiennes.

Cette situation est extrêmement grave à Montecristi où 64%, soit sur 44 stations de radio, il y a 30 fréquences qui sont occupées par des stations haïtiennes.

Dans le cas de Dajabón c’est 44%, sur 33 stations il y a 15 stations identifiées qui viennent d’Haïti.

66% et 44% des stations de radio de la bande FM de Montecristi et Dajabón sont occupées par des stations haïtiennes.

Il est à noter que récemment l’État Dominicain, en la personne du M. Nelson Arroyo, Président du Conseil d’Administration d’INDOTEL, a signé un protocole d’accord avec l’État haïtien, à travers la CONATEL et son représentant Léon Jean Marie Guillaume.

Dans ledit mémorandum, les deux parties admettent l’existence d’« activités frauduleuses perpétrées à partir de certaines localités proches de la frontière haïtiano-dominicaine » et que, par conséquent, Indotel, ainsi que la CONATEL, ont accepté de fournir le soutien nécessaire pour identifier les opérateurs illégaux et prendre des mesures. énergique à ce sujet.

En outre, les parties se sont engagées à « contribuer à neutraliser les réseaux d’opérateurs illégaux qui causent de graves dommages, tant aux opérateurs autorisés qu’à l’État, dans la mesure permise par le droit territorial applicable », des deux parties.

Alors que l’État dominicain a fermé 38 stations, sous la protection de la loi 153-98, qui réglemente le spectre radioélectrique, la fourniture de services de télécommunications sans la concession, la licence ou l’enregistrement correspondants est considérée parmi les « infractions très graves ». Il n’y a eu aucune action de la part du CONATEL pour contrôler ce mode d’interférence et la présence illégale de ces stations sur le territoire frontalier.

Tous ces accords ne sont pas nouveaux, dès juillet 2017, les autorités des télécommunications de la République dominicaine et d’Haïti s’étaient mises d’accord pour rechercher une solution commune aux interférences causées par les stations de radio à la frontière dominicaine-haïtienne, ainsi qu’au problème de pénétration. .du signal de téléphonie mobile dans les deux pays.

À cette époque, le président du conseil d’administration de l’Institut dominicain des télécommunications (Indotel), José del Castillo Saviñón, a dirigé une réunion avec les autorités de l’entité de régulation des télécommunications du pays voisin d’Haïti, le Consejo Nacional de las Telecomunicaciones (CONATEL ), où les problèmes d’interférence dans les stations de radio des deux nations ont été abordés, en particulier ceux de Fréquence
Modulé (FM), ainsi que la pénétration du signal de téléphonie mobile à la frontière dominicaine-haïtienne.

Cela montre la réticence du gouvernement haïtien à résoudre cette situation, et comme le dit le proverbe, « vous ne pouvez pas négocier avec un tricheur ». Nous avons essayé de trouver des solutions par des moyens formels, mais nous comprenons que nous devons prendre des moyens indépendants pour atténuer ce mal, des mesures plus drastiques pour corriger cette situation, pour une question de sécurité nationale.

Il est urgent que les autorités dominicaines prennent des mesures concrètes visant à résoudre cette situation, car, en comptant sur l’autre partie, Haïti, il serait presque impossible de la résoudre en raison de l’état d’ingouvernabilité dans lequel vivent lesdites personnes. Un exemple en est l’assassinat qui vient de se produire le 7 juillet dans ce pays, où son président actuel, Jovenel Moise, a été assassiné.

Dans le cas de la bande AM, nous avons pu y observer peu d’activité, car, à partir
233 fréquences surveillées, seulement deux étaient dominicaines et zéro haïtienne.

Ce qui montre que le démantèlement des radios, tant du côté dominicain, que du côté haïtien, est un fait, cette bande n’est guère utilisée dans la ligne nord-ouest dans les deux pays, puisqu’elle ne constitue pas une attraction en termes de la qualité de la diffusion, le signal ou les frais de fonctionnement.

Il est nécessaire d’adopter des mesures qui soient dans l’air du temps.

Haïti est un État défaillant, et c’est ainsi que nos autorités devraient le traiter, jusqu’à ce que la communauté internationale et les autorités du pays voisin décident de manière sérieuse, d’affronter et de résoudre sa situation de privation et d’ingouvernabilité, conclut le communiqué du FNP.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.