14 juillet 2024
Flashback. Petro Caribe|Gymnasium Vincent : Laurent Lamothe, simplement avec des memos, ordonne le décaissement d’un demi-million de dollars pour sa réhabilitation bâclée en 2012
Actualités Corruption Insécurité|Kidnapping Société

Flashback. Petro Caribe|Gymnasium Vincent : Laurent Lamothe, simplement avec des memos, ordonne le décaissement d’un demi-million de dollars pour sa réhabilitation bâclée en 2012

Le Nouvelliste du 14 mai 2012 : « …Il boit de l’eau au point d’en être rassasié. Tout a été interrompu. Sans plus tarder, un groupe de travailleurs se met à l’oeuvre. Ils ont passé la serpillière. Ils ont utilisé des récipients pour ramasser l’eau. C’est une véritable corvée« .

Petro Caribe – Un demi million pour réhabiliter le gymnasium Vincent : les dossiers fournis ne contiennent pas de factures physiques, révèle la Cour des Comptes.

Le 14 mai 2012, à l’inauguration des travaux de réhabilitation du Gymnasium Vincent par Michel Martelly, des invités étaient directement exposés sous la pluie tout en étant à l’intérieur même du gymasium dit rénové dont le coût est estimé à plus d’un demi-million de dollars.

Les décaissements ont été faits uniquement sur la base des lettres d’autorisation signées par le ministre de la Planification et de Coopération Externe, Laurent Salvador LAMOTHE

Vendredi 31 mai 2019 ((rezonodwes.com))–Pour ce qui concerne la gestion contractuelle, la Cour constate les irrégularités ayant causé un préjudice au projet de réhabilitation du Gymnasium Vincent, au fond Petro Caribe et à la collectivité.

Par exemple, cite la Cour, il est permis de « constater que les prix sont établis hors de toutes taxes, charges et droits directs ou indirects sans viser les textes législatifs, réglementaires ou les conventions internationales prévoyant l’exonération » (article 15.1 arrêté d’application du 26 octobre 2009).

Par ailleurs, la Cour a indiqué « avoir retracé une avance de démarrage de 163 457,43 USD représentant 35% du montant initial du contrat. Pourtant, l’article 83 de la loi du 12 juin 2009 fixe l’avance de démarrage à 30%« .

En ce qui concerne la gestion financière, la Cour a dit « constater les irrégularités d’ordre administratif. Les dossiers fournis ne contenaient pas des factures physiques et des décomptes progressifs« .

Face à cela, la Cour a indiqué avoir « traité les décaissements sur la base des lettres d’autorisation de décaissement signées par le ministre du Ministre de la Planification et de Coopération Externe, Laurent Salvador LAMOTHE« .

Le tableau ci-après présente la chronologie des dépenses :

Un avenant au montant de 32 978,75 USD (7,06%) a été décaissé, ce qui porte le montant total du projet à 500 000,00 USD. Toutefois, la Cour n’a pas trouvé de contrat réglementant l’avenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.