13 juillet 2024
Affaire Petit-Bois | Faux coup d’état : des prisonniers politiques libérés témoignent d’une expérience douloureuse
Actualités Société

Affaire Petit-Bois | Faux coup d’état : des prisonniers politiques libérés témoignent d’une expérience douloureuse

La dernière évasion à la prison civile de la Croix-des-Bouquets, les conditions de détention abominables dans les cellules, le phénomène de la détention préventive prolongée, autant d’indicateurs qui portent certains des prisonniers politiques libérés, ce vendredi 26 mars, à appeler à la réorganisation du système carcéral haïtien

Vendredi 26 mars 2021 ((rezonodwes.com))– Les instants qui ont suivi la libération de 15 des 17 prisonniers politiques de l’affaire Petit-Bois ont été caractérisés par des parenthèses de liesse, des longues étreintes et des moments de grandes émotions.

Malgré une attente longue pour des membres des familles Buteau, Dabresil et Gauthier, obligés de s’impatienter pendant des heures devant la prison civile de la Croix-des-Bouquets et de celle de Cabaret, la conclusion des étapes procédurales a été payante.

La dernière démarche relevant de la remise des certificats d’écrou, bien qu’éreintante n’a pas non plus découragé la délégation des avocats conduite par Marc-Antoine Maisonneuve et Arnel Rémy  et celle des proches des détenus. Jusqu’au fil des évènements, leur patience a été rudement mise à l’épreuve.

Le sociologue Claude Veillard, s’est confié à la presse sur son expérience vécue à la prison civile de la Croix-des-Bouquets. Il s’est fait le porte-voix des centaines de personnes écrouées dans des cellules engorgées. 

‘Ce n’est pas un espace à fréquenter, c’est un lieu à éviter. Les événements du 25 février dernier, ont été péniblement vécus. J’ai vu des escadrons de la mort qui voulaient nous utiliser comme cobaye ». a murmuré Claude Veillard.

Louis  »Loulou » Buteau garde des souvenirs sur de nouvelles connaissances. Son cercle d’amis s’est agrandi après des rencontres liées à l’intérieur de la prison, affirme-t-il.

« Mon compagnon de cellule, Arnel Bélizaire, a été un grand conseiller. Il m’a permis d’affronter des épreuves difficiles. J’espère que le juge qui s’en charge de l’instruction, accélère les procédures. Arby Larco, accusé de traffic d’armes a toujours clamé son innocence  », a-t-il plaidé.

À Cabaret, 3 des 4 femmes arrêtées le 7 février, ont salué la providence, les esprits telluriques qui les ont accompagné jusqu’à la victoire finale.

L’inspectrice générale Marie-Louise Gauthier, évoque une délivrance face au danger qui plane sur l’avenir du pays, à l’insécurité grandissante et à la violation des droits humains.

Je dispose d’assez éléments consistants pour écrire un livre sur ce que j’ai vécu a Cabaret. Cette période de détention a été fondamentale pour comprendre les défis du système carcéral haïtien, a indiqué le docteur Marie Antoinette Gauthier.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.