Haïti-Dictature et insécurité : Des milliers de manifestants dans la rue pour continuer d’exiger le retrait de Jovenel Moise du Palais National

0
722

Vidéo de la marche contre la dictature du dimanche 7 mars 2021

« Nous sommes ici pour chambarder le système dont Jovenel Moise est le prototype », déclare un universitaire s’interrogeant sur le soutien des Etats-Unis à un président accusé de tous les maux, notamment le partage de son amitié et sa cohabitation avec un fugitif recherché par la DEA, pour trafic de stupéfiants.

Dimanche 7 mars 2021 ((rezonodwes.com))–Exactement un mois, depuis la fin de mandat constitutionnel de Jovenel Moise, des milliers d’haïtiens ont gagné dimanche les rues de Port-au-Prince « pour renouveler à l’égard de la communauté internationale leur refus systématique de se courber devant une nouvelle forme de dictature en Haïti imposée par Jovenel Moise dépourvu de toute légitimité ».

Cette manifestation lancée à l’appel des médecins haitiens, pour dénoncer l’exécution brutale du Dr. Ernst Pady, dimanche dernier par des ravisseurs opérant en toute impunité, a également drainé une foule de citoyens ne pouvant cacher leur frustration de constater Jovenel Moise assis encore au Palais National, un mois depuis la fin de son mandat constitutionnel.

« En vertu des articles 134-2 et 134-3 de la Constitution interdisant toute prolongation de mandat, et également pour condamner les actes de kidnapping, nous sommes venus soutenir les médecins dont la corporation est en deuil« , a avoué un manifestant approché par Rezo Nòdwès sur le parcours de la marche au niveau de Lalue.

Il a indiqué que « Jovenel Moise a tout détruit et qu’aucune institution publique n’est réellement debout dans le pays« , arguant que « ce système doit être obligatoirement changé pour nous permettre de prendre en main notre destin« .

Les manifestants très remontés contre le dictateur de la Caraïbe, appuyé par Binuh, le Core Group, est accusé par les manifestants « d’héberger des dealers de drogue et de ‘kidnapè’ au Palais National« , tout en faisant allusion au fugitif Mathieu L. Joseph, arrêté par la DEA et ensuite extradé vendredi dernier vers les Etats-Unis.

« Jovenel Moise, écoutez, il est venu pour vous le temps de vous retirer et de partir, car votre mandat a pris fin depuis le 7 février dernier« , a rappelé l’ancien sénateur Steven Benoît qui a payé sa présence à la méga-marche du 7 mars 2021.

Pour sa part, un manifestant non identifié, a révélé l’existence de nouvelles démarches entamées par les américains pour remplacer Joseph Jouthe par un autre premier-ministre « pope twèl » ou « de consensus« , tout en conservant, selon lui, « le président criminel, le plus nul et le plus corrompu de la Caraïbe au pouvoir pour accoucher les projets anti-peuple à leur avantage« .

« Si Jovenel Moise se révèle aussi bon et un grand dirigeant aux yeux de Core Group, de Binuh, que la France, les Etats-Unis, le Canada, l’OEA, l’ONU fassent appel à l’ex-président d’Haïti pour venir gérer chez eux leurs affaires publiques« , s’est énervé un manifestant ajoutant que « les Haïtiens ne veulent plus de lui et d’autant plus, selon l’article 134-2, son mandat s’est achevé depuis le 7 février 2021« .

Un porte-parole des médecins, une entité à la base de la manif du dimanche, a rappelé que la Constitution doit être respectée et qu’elle constitue le boussole de la vie en société.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.