Ces décisions politiques sombres et gênantes! Par Dr Harry-Hans François

1
1178

Ecrit & compilé par le docteur Harry-Hans François, Ph.D., N.D., DHA., CNC
On veut me faire croire que la politique ou la démocratie a l’haïtienne ne s’appuie que sur le business de l’improvisation, du faire paraitre et surtout du tollo primam partem, quo miam nominor leo (je prends la première part, car je m’appelle lion). Ces trois objectifs, d’après certains observateurs, semblent être les motivateurs expliquant presque toutes les décisions de nos courtiers politiques contemporains. Et si l’on essaie de nous renseigner sur les motifs de quelques dernières décisions gênantes et sombres de l’espace du temps allant des premiers jours du mois de février jusqu’à la fin du mois de juin de cette année ?




On commence d’abord par celle de l’accord du signé par le président en déchéance en date du 5 février 2016 entre le président du Senat du temps et l’actuel président de la chambre des députés. En bref, cet accord a conduit à une présidence transitionnelle du pays – bien entendu pour une période de temps de cent vingt (120) jours – avec priorité de continuer le deuxième tour des élections du 25 octobre dernier. Considérant l’état des choses et cette tension dormante qui règne au pays, on doit se demander aujourd’hui : quels étaient les intérêts cachés et non-révélés de tous ces acteurs faisant partie de ce consensus ? Oops ! Décision à questionner aujourd’hui !
Ce président transitionnel s’est laissé piéger par toute une série d’acteurs mécontents pour monter une commission d’évaluation et de vérification des élections du 25 octobre dernier. Certes, des nuées de nuage et de doute planaient sur l’organisation de ces élections surtout sur les présidentielles. Le G-8, un groupe de prétendants sortis perdants, par le biais de la position de M. J. Célestin, était l’un des groupes protestataires le plus vocal et qui chantait à haute voix : « pas de verification, pas de deuxième tour ». Ce qui a produit une sorte de « halo effect » au pays pendant que la communauté internationale, de son côté, résistait à cette démarche de ce président.




Entre-temps, ce dernier semble oublier qu’il fut approuvé pour seulement une durée de temps de cent vingt (120) jours. Pourtant, il a bien pris son temps pour faire appel à des toutes nouvelles équipes administratives ; et ceci dans toutes les boites de l’état pendant qu’à l’intérieur du pays les gens se boudent et se manifestent contre sa politique.
Par voies de conséquences, la commission de verification continue et promet d’accoucher des souris. Ce qui prompte beaucoup de suspens ici ces jours-ci. Les stations de media et autres réseaux sociaux ne facilitent pas pour autant la situation, car ils lancent et plaquent n’importe quelle nouvelle au visage des gens ; qu’elles soient de sources crédibles ou pas. Véritable jeu psychologique ou de lavage de cerveau car certaines déclarations font peur à tous les quatre (4) premiers prétendants des présidentielles et aussi à leurs fanatiques. « Une tension endormie de mauvaise odeur », je pense ! Il parait que tout le monde a peur de l’accouchement qui peut être livré ce mardi prochain.
A peu près quatre (4) mois passés de la date de la signature de cet accord, l’on doit se demander les questions suivantes : a) qui avait forgé cet accord, et ceci à l’avantage de qui ?, b) A qui devrait profiter la première partie et la plus grosse partie du gâteau, et enfin c) lequel de ces acteurs improvisait, se faisait paraitre, et enfin voulait jouer le rôle du lion au moment de la conception et de la signature de cet accord ?
Moi, je ne fais que poser des questions pertinentes et surtout objectives qui méritent bien de réponses ! Et je répète les mots de l’autre : « personne ne peut profiter ou bénéficier deux fois de sa propre turpitude ». Oops ! L’histoire, avec sa plume indélébile, est encore là et prend notes. Mon opinion à moi !

1 COMMENT

  1. Ekriven tetkalé ap fè kob ak koutplim yo.
    Se sa, kontinye plimen poul la.
    Poukisa w pat vle yo verifye si tout bagay te korek.
    Si w pa kache dwòg anbatab la poukisa w pè
    Pou polis pa vi n fouye.
    Ou kwè l fè sans pou di Yon Prezidan pa chaché konnen si kob peyi a te gaspiyé, paske akò a pat gen?Sa ladan l.
    Kote kont soti ?
    Kondira Manman m.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.