Le déshonorable député a injecté la cigüe à l’immortel Socrate

0
1984

Il existe de ces illustres personnalités que l’humanité ne peut louper de connaître. Maîtres de la dialectique, de la persuasion et de l’argumentation, ces icônes et ces pionniers de la pensée critique qui ont façonné et transformé nos pratiques et nos vies, se sont immortalisés dans les annales de l’histoire de la science et la culture.

Jeudi 8 août 2019 ((rezonodwes.com))– Socrate, Platon, Aristote, Marc-Aurèle, Sénèque, Héraclite, Saint-Augustin, Saint-Thomas, Confucius, Diderot, Descartes, Hegel, Kant, Nietzsche, Montaigne, Leibniz , Pascal, Rousseau, Rabelais, Marx, Tocqueville, Voltaire, Corneille, Racine, Montesquieu, Pythagore, Archimède, Euclide, Newton, Einstein, Edison, …., peu importe votre horizon académique ou professionnel, ces sages, philosophes, théoriciens et mathématiciens qui ont marqué les esprits et donné sens et essence à l’existence, ne devraient échapper à l’attention du citoyen avisé, encore moins à un représentant de l’Etat. La connaissance et la reconnaissance des valeurs de ces figures emblématiques est un minimum minimorum dans la formation et la culture générale de l’être humain.

Les noms de ces sommités sont gravés en caractères gras dans les sciences et les cultures antiques et modernes. Ils ont émis des réflexions profondes sur les grandes thématiques de l’existence : la gouvernance, la démocratie, la vie, la mort. Suite aux questionnements et aux réflexions de ces philosophes, les savants, les géomètres, les scientifiques ont pu accoucher des formules mathématiques complexes pour cerner le cosmos ; ils ont inventé un ensemble d’appareils, instruments et méthodes harmonieuses pour appréhender et apprivoiser l’univers.

On donne le titre de précurseurs, prédécesseurs, ancêtres, pionniers ou icônes à ces êtres exceptionnels et ces immortels qui ont sacrifié leurs temps, leurs familles et leurs plaisirs pour nous léguer des héritages sacrés pour concrétiser nos projets viables d’épanouissement et de développement. Nos succès, nos privilèges et nos triomphes sont greffés sur les réalisations de ces philosophes et ces scientifiques. Par ingratitude ou par inculture, personne ne devrait piétiner les œuvres de ces personnalités ou les confondre avec des faux noms, des prête-noms ou des sans noms de ce siècle de médiocratie.

Nom du diable, Socrate était grec, monsieur le député !

« Je ferai un long vrayage en Fwance, à la rencontre de Socrate[1] ». Au prime abord, on pensait que le député faisait usage d’une figure de style. Mais hélas ! Votre président, dans ses coups « intelligents » de receleur et de bluffeur, a essayé de vous racheter en vous vendant une histoire pour vous démarquer et vous épargner de l’ironie de l’assistance et du peuple ; pourtant, vous ne savez même pas en tirer profit ; vous êtes bête même quand il faut « prendre une poule » ; vous avez insisté et persisté dans votre ânerie pour avancer la thèse « Nous avons tous étudié l’illustre philosophe grec, Socrate, dans la littérature française ».

Honorable, qui est donc ce professeur qui vous a causé ce tort ? Sans doute, vous avez aussi étudié Pierre Corneille dans l’Arithmétique ; Rabelais dans la Géographie et vous avez découvert les formules physiques et mathématiques d’Einstein et de Newton dans l’Histoire d’Haïti. Monsieur le député, vous êtes dans la confusion. Vous avez besoin d’aide arithmétique, grammatical et littéraire pour vous aider à mettre vos pensées en ordre. Sinon, la nation risque d’en faire les frais.

Car, vous pouvez élaborer ou valider des projets de destruction massive pensant que c’était des projets de développement durable. Peut-être qu’à la question de savoir qui dirige le pays, vous auriez répondu : monsieur Arnel Joseph. Si on vous demande de décrire les attributions d’un député, peut-être que vous répondrez : encourager le kidnapping, le vol, le viol et le banditisme. A ce stade d’idiotie, monsieur le député du peuple, la nation ne devrait vous confier aucun projet.

Considéré comme une référence, voire comme l’inventeur de la philosophie morale et politique, Socrate appartient à l’antiquité ; mais aussi à l’éternité. Il a pris naissance en 470 et décédé en 399, avant Jésus Christ, en acceptant le verdict le condamnant à boire le poison létal, dénommé ciguë. Au cours de ces 70 ans auprès des mortels, l’illustre philosophe athénien cogitait, discutait, dialoguait et incitait chacun à chercher la connaissance, la lumière et la vérité. Vers 435 av. J.C, il commençait à enseigner, dans la rue, dans les gymnases, dans les stades ; il parcourait les rues d’Athènes modestement vêtu, sans chaussures, côtoyant ses concitoyens.

Vous ne pouvez rencontrer ce Socrate en France ; inutile de faire ce Vrayage, honorable. Vous pouvez frotter avec de telles personnalités à la Pléiade, à la librairie Auguste, sur l’internet. Oui, chaque jour, nous côtoyons Socrate, Montesquieu, Rousseau, Descartes, Corneille. Ils nous guident, ils nous conseillent, ils orientent nos actions et éclairent nos chemins. Ils sont partout, car ils deviennent esprits. Si on veut grandir, progresser, cerner l’existence, les méthodes de bonne gouvernance, augmenter sa science et sa culture, ce sont les personnages de cette trempe avec lesquels il faudrait tisser des liens ; pas avec les Arnel, Odma, Ti-Je, Gro-Je, NenKankan.

Une stupidité, une comédie et une mauvaise posture de plus accouchées au Parlement. Sans être ivre (chapitre IV de l’ignorance), le député de La Plaine du Nord et de Milot, dans sa sortie crabe, a bel et bien détrôné le fameux sénateur Ti-Blada de l’Artibonite, à l’occasion de la séance de mise en accusation du président, à la salle de comédie du Bicentenaire.

Lorsqu’on sait que ces êtres sont arrivés au pouvoir par des anti-jeux et toutes les acrobaties injustes et cyniques comme les kidnappings, les impostures, les mensonges, les assassinats et les vols, on ne doit plus s’étonner quand ils exposent leurs grossièretés et leur ânerie.  D’ailleurs, ils ne sont plus fiers de porter le chapeau de « pères conscrits », ont-ils déjà avoué. Ils nous ont même mis en garde pour ne plus reproduire de tels législateurs aux âmes ruinées, sans science ni conscience.

Un législateur est censé être un homme de dossiers, un citoyen avisé, capable de disséquer les forces et les faiblesses des projets de société. Un député ou un sénateur doit savoir lire convenablement, il doit être en mesure de réfléchir, discuter, proposer, contrôler, persuader, convaincre. Ces facultés ne se gagnent pas à la loterie ; elles sont le fruit de sacrifices dans les lectures, dans l’immersion du savoir. À l’image des autres parlements des pays développés, pour emprunter les sentiers de la croissance, du progrès et du développement, le parlement doit être dédié à des plumes et encres.

Carly Dollin

carlydollin@gmail.com


[1] http://www.loophaiti.com/content/socrate-etait-francais-selon-ce-depute-proche-du-phtk

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.