Le Canada a violé la Convention de Vienne en hissant le drapeau LGBT sur le territoire d’Haïti, s’insurge le prof. D’Meza

6
2453

Samedi 27 juin 2020 ((rezonodwes.com))–Le professeur universitaire Auguste D’Meza qui, probablement à l’instar des millions d’Haïtiens, n’ayant pas encore pris connaissance du texte du décret instituant en Haïti le nouveau Code Pénal 2020 Jovenel Moise, serait tombé des nues quand il recevra bientôt sa copie.

« En dehors de toute position morale » s’est insurgé D’Meza, « le Canada a violé la convention de vienne en hissant devant les locaux de son ambassade à Port-au-Prince un drapeau qui représente un mouvement« . Un des fans du professeur commentant son texte sur son compte de réseau social de Facebook, a indiqué « pour que l’immunité diplomatique de l’ambassade du Canada soit respectée, celle ci a l’impérieuse obligation de se conformer strictement aux dispositions de la Convention de Vienne d’avril 1961 sur les Relations Diplomatiques. Car, l’exterritorialité est une fiction du droit international« .

Le professeur Auguste D’Meza, sans indiquer de quel mouvement s’est-il agi, mais apparemment a fait allusion au drapeau arc-en-ciel identifiant LGBT (lesbienne-gay -bisexuel et transgenre), a invité le ministère haitien des Affaires Etrangères à protester contre ce nouvel état de fait, si toutefois, a-t-il précisé, « il y a encore des moun’n » en posture bien redressée en poste en Haïti.

Soulignons que le 26 juin de chaque année est un jour mémorable dans l’histoire des droits des LGBT luttant activement contre l’homophobie et la transphobie. Vendredi, plus d’une centaine de citoyens, d’élus et de responsables d’association ont appelé les gouvernements à agir contre les discriminations des droits des personnes LGBT. Le régime PHTK en Haïti depuis 2011, notons-le, avec l’article 5 subtilement inséré dans un décret contesté et révisé pour « faute de matériels », ne serait pas resté sourd aux cris de multiples demandes répétées d’adaptation des lois à leur mode de vie.

6 COMMENTS

  1. Il faut commencer par rendre la vie des canadiens impossible en Ayiti pour qu’on puisse dégager ces pourritures humaines. Qu’ils ailles chez eux faire leur malpropreté. Qu’ils nous fichent la paix, ces détritus.
    Les merdes au pouvoir en Ayiti ne réagiront sûrement pas parce qu’ils sont aussi des merdes de maison. Ces pourritures m’énerven. Qu’il dégagent d’Ayiti.

  2. Il faut commencer par rendre la vie des canadiens impossible en Ayiti pour qu’on puisse dégager ces pourritures humaines. Qu’ils ailles chez eux faire leur malpropreté. Qu’ils nous fichent la paix, ces détritus.
    Les merdes au pouvoir en Ayiti ne réagiront sûrement pas parce qu’ils sont aussi des merdes de maison. Ces pourritures m’énerven. Qu’il dégagent d’Ayiti. Persécutons-les.

  3. Félicitations M. D’Meza. L’international doit se rendre compte qu’en Haïti, il y a encore des gens éduqués et crédibles.

  4. C’est idiot de dire que le Canada a violé la convention de Vienne. Le Canada peut hisser le drapeau LGBT sur son territoire, donc son ambassade. En plus ou est le problème si un pays apporte son soutient aux groupes LGBT marginalisés dans un autre pays?

  5. Qui en Haïti a interprété à juste titre la Convention de Vienne? Les opinions de certains ne sauraient être définies comme l’interprétation d’une loi ou d’un traité, il faut considérer l’enjeu d’un côté, la culture et la tolérance de l’autre côté. Ce que l’haïtien a du mal à comprendre c’est que ses idées et préférences ne peuvent en aucun cas prévaloir sur les autres peuples. Nous avons nos coutumes et préférences les autres nations ont les leurs. Prôner l’intolérance définirait une certaine aliénation de la communauté internationale et je suis sûr que notre pays ne peut pas se payer ce luxe. La loi est dure mais c’est la loi, Messieurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.