17 juin 2024
ONA : Le prêt de Boulos nage dans la plus parfaite irrégularité
Actualités Société

ONA : Le prêt de Boulos nage dans la plus parfaite irrégularité

« L’Office National d’Assurance Vieillesse (ONA) n’est pas une banque et n’a pas les ressources humaines compétentes pour gérer le risque qu’il prend. Cette institution fait ce que les banques, et même la banque centrale, ne font pas », se lamente le financier Guy Laudé




Port-au-Prince, vendredi 27 juillet 2018 ((rezonodwes.com))– Un ancien responsable d’institution bancaire, Guy Laudé, a pris le contre-pied des déclarations de l’homme d’affaires, Pierre Réginald Boulos, faisant croire que le prêt contracté par sa compagnie auprès de l’Office National d’Assurance (ONA) est parfaitement dans les règles et est plutôt un « Placement financier », conforme à la mission et aux règlements de l’ONA.

« Cette transaction n’est assurément pas un placement. Les deux dirigeants d’institution ont créé un produit sur mesure, sans aucune référence légale autre que leur contrat synallagmatique. Techniquement, on peut parler plutôt de « prêt participatif » pour lequel il n’existe aucun cadre réglementaire, même au niveau de la Banque Centrale », a expliqué Laudé qui a ajouté qu’un prêt participatif est créé avec l’objectif de suppléer à l’insuffisance de fonds propre de l’entreprise.

Selon l’ex banquier et spécialiste en crédit, un placement, par contre, est une opération réalisée par un détenteur de capital dans une activité différente de son champs professionnel, avec l’espoir d’en tirer un profit. A proprement parler, le placement se différencie de l’investissement du fait que le détenteur de capital se dissocie du processus de production.




Rappelons que le Dr Boulos a indiqué que ce prêt est conforme à l’article 205 de la loi organique de l’ONA et est l’activité économique la plus rentable de l’institution au cours de ces dernières années. Il a permis, selon le patron de Délimart, à l’ONA d’engranger jusqu’à date 50 millions de gourdes. Pourtant, l’article 205, reproduit ci-dessous, ne prévoit pas de prêts à des institutions ou personnes autres que les assurés.

Ce prêt de 700 millions de gourdes (à 3% d’intérêt annuel et 1,5% sur chaque voiture vendue) avait permis à l’homme d’affaires de faire l’acquisition des actifs du concessionnaire Universal Motors, représentant de la marque Nissan en Haïti.




Art 205.- Les fonds de l’Office National d’Assurance-Vieillesse seront affectés:
1º) aux frais généraux de l’administration qui ne pourront jamais dépasser 10% des recettes
perçues annuellement;
2º) au paiement des pensions;
3º) à des placements rentables en Haïti;
4º) à des prêts aux assurés.

 

 

 

 

 

 

2 Comments

  • Bonostro William. 27 juillet 2018

    Pour être objectif Reginald Boulosse a raison en vertu de l’article 205-3.

  • Andres Jean 27 juillet 2018

    Quel est le sens du point 3o) de l’article ? Merci de votre réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.