12 juillet 2024
Récapitulatif du 5 juillet 2021 | Jovenel Moise « nomme » Ariel Henry, ancien gestionnaire des fonds Petro Caribe dilapidés, PM de facto pour organiser un referendum-bidon et des élections contestables
Actualités Corruption Élections Société

Récapitulatif du 5 juillet 2021 | Jovenel Moise « nomme » Ariel Henry, ancien gestionnaire des fonds Petro Caribe dilapidés, PM de facto pour organiser un referendum-bidon et des élections contestables

Ariel Henry, ancien ministre du travail et des affaires sociales, dans le régime Tèt Kale 1, sans décharge légale, remplace Claude Joseph, entré en fonction à la mi-avril après la démission de Joseph Jouthe.

Lundi 5 juillet 2021 ((rezonodwes.com))–Le dictateur Jovenel Moïse, sans mandat constitutionnel depuis le 7 février 2021, a nommé Dr. Ariel Henry, un ancien ministre Tèt Kalé, sas décharge légale, au poste de Premier ministre de facto, le sixième à occuper ce poste depuis l’arrivée du dirigeant Tèt Kale 2 au pouvoir en 2017.

Selon Jovenel Moise dont les tweets, les mots et discours ne sont plus pris au sérieux par la majorité des Haitiens, Me André Michel en particulier, depuis le faux coup d’état du 7 février annoncé, Henry devra former un gouvernement d’ouverture qui inclut les forces vives de la nation, en plus de résoudre le problème  » flagrant  » de l’insécurité. Une insécurité que des gangs à la solde du Palais National ont eux-même créée.

Jovenel Moise, assuré du soutien de l’OEA, Binuh et autres et pour prouver qu’Haiti a atteint le fond de la bêtise humaine, et que c’est un pays gouverné par des voyous et des gangs à cravate et sans cravate, s’est permis de se moquer ouvertement des honnêtes citoyens. Selon le président corrupteur-corrompu, Ariel Henry, sans décharge légale, devra également accompagner le Conseil électoral Dermalog dans la tenue des élections générales et du référendum mort-né prévu en septembre.

Cette nomination intervient à un moment de grande tension politique, d’assassinat d’opposants, de crimes d’Etat, de persécution politique et de nette augmentation de la violence armée causée par les gangs de Jovenel Moise, qui a fait près de cent morts en juin dernier.

L’insécurité dans les quartiers défavorisés de la capitale comme Martissant, Cité Soleil ou Bas Delmas, a poussé plus de 13 000 personnes à quitter leur domicile et à se réfugier dans des camps de fortune, des centres sportifs, des églises ou des abris, où elles sont également victimes de violences, selon les Nations Unies.

Dans ce contexte, le gouvernement de facto promeut des élections controversées pour renouveler tout le personnel politique, en plus d’un changement de la Constitution, ce qui est considéré comme illégal, en vertu de l’article 284-3 de la Constitution, affirme l’ex-sénatrice Edmonde Supplice Beauzile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.