13 juin 2024
Dossier Jovenel | Les prisonniers colombiens à leur président: « Monsieur le Président, écoutez-nous, assurez-nous un procès équitable […] ici nous mangeons dans l’assiette où nous faisons nos besoins »
Actualités Cas d'assassinat Insécurité|Kidnapping Justice PHTL livre Haiti à l'Occupation étrangère Société

Dossier Jovenel | Les prisonniers colombiens à leur président: « Monsieur le Président, écoutez-nous, assurez-nous un procès équitable […] ici nous mangeons dans l’assiette où nous faisons nos besoins »

Dr. Ariel Henry, également inculpé dans le magnicide du 7 juillet, devrait se mettre à la disposition de la justice. Il est inconcevable qu’il continue de dicter ses caprices et quatre volontés à la nation. Dans quel autre pays du continent où un dirigeant politique est placé au-dessus des lois et de la Constitution?

Mardi 28 mars 2023 ((rezonodwes.com))–

Le 7 juillet 2021, 17 ex-militaires colombiens ont été accusés de l’assassinat brutal de Jovenel Moïse, ancien président d’Haïti. Depuis lors, et pendant près de deux ans au cours desquels d’autres suspects, tels le PM de facto Ariel Henry, l’ambassadeur de fait Léon Charles, l’ex-PM de facto, Claude Joseph continuent de se la couler douce, les détenus colombiens, racontent-ils, « endurent des mauvaises conditions sanitaires, des actes de torture au pénitencier national à Port-au-Prince sans jamais comparaitre devant un juge« .

Les familles et les prisonniers demandent au gouvernement colombien de servir de médiateur pour obtenir un traitement digne et un procès équitable, ce qui, selon eux, n’est pas le cas dans la prison de Port-au-Prince où ils sont détenus, révèle Noticias RCN.

La Présidence de la Colombie a reçu des images et des lettres envoyées par 17 des mercenaires colombiens emprisonnés en Haïti et accusés de l’assassinat de l’ancien Président Jovenel Moïse.

Selon les images obtenues par Noticias, « les conditions sanitaires des cellules où ils sont détenus au Pénitencier nationale sont déplorables« .

Les 17 détenus rapportent, selon le texte dont Rezo Nòdwès a également obtenu une copie, « avoir contracté des maladies telles que le choléra et la tuberculose en raison des traitements épouvantables auxquels ils sont soumis« .

« (Ils sont) malades, ils n’ont pas accès aux médicaments », s’est plainte devant les caméras de télévision colombienne Janeline Carmona, l’une des nombreuses familles qui demandent au gouvernement colombien de les aider à extrader les détenus afin qu’ils puissent bénéficier d’un « procès équitable ».

Une autre image avilissante des détenus est celle d’un seau qui sert à la fois à servir la nourriture et à faire les besoins physiologiques (ou se décharger). En outre, la lettre envoyée dénonce le fait qu’ils reçoivent des repas tous les quatre jours.

« Je vous prie de m’écouter, je suis venu ici pour travailler à un avenir meilleur pour moi et ma famille. Monsieur le Président, écoutez-nous, donnez-nous le bénéfice du doute, donnez-nous un procès équitable », exige Francisco Uribe dans une vidéo partagée par RCN.

Au moins 17 ex-militaires colombiens sont emprisonnés à Port-au-Prince dans le cadre de cette affaire.

Malgré ces arrestations, plus d’un an après l’assassinat, malgré les aveux de Rudolph Jaar un ami de Michel Martelly, plusieurs éléments restent inconnus quant aux véritables motivations du crapuleux crime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.