Haiti | Panorama de la situation | Le prix du carburant explose sur le marché noir et les gangs continuent d’exiger un droit de passage à Martissant

0
1280

147 gourdes pour un dollar au 14 janvier 2023 contre 101,58 au 14 janvier 2022, soit une hausse de 44,75%

L’insécurité liée aux activités de gangs reste importante dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. La présence de postes de police et l’intensification des patrouilles dans nombre de ces zones n’ont pas suffi à endiguer la capacite des gangs dans les quartiers de la capitale. Au cours de l’année 2022, le HCDH a enregistré 2 084 meurtres, 1 552 blessés des suites des violences des gangs armés, et 1 114 cas de kidnappings, un bilan sans précédent dans l’histoire du pays, depuis que la communauté internationale place le Dr. Ariel Henry, à la tête du pays dépourvu de toute légitimité, même avec l’appui de Mirlande Manigat du RDNP d’un HCT fantoche.

Ce rapport a été élaboré par OCHA Haïti avec la contribution des partenaires humanitaires. Il contient les dernières informations disponibles au 17 janvier 2023.

POINTS SAILLANTS

● La trêve des gangs au niveau de Martissant a permis la réouverture de la route nationale 2 menant vers le sud, bien qu’un droit de passage soit maintenu ;

● Le choléra continue de progresser, en particulier en province, avec une augmentation de 57% du nombre de cas suspects en un mois.

● Les partenaires humanitaires soutiennent le fonctionnement de 94 centres de traitement du choléra à travers le pays et la mise en œuvre d’activités WASH pour prévenir la propagation.

● Une campagne de vaccination a été menée dans les zones prioritaires des départements de l’Ouest et du Centre grâce aux 1,2 millions de doses de vaccin oral reçues.

● Sur les 155 000 personnes déplacées dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, 75% vivent dans des communautés hôtes.

● Malgré la réouverture de 90% des établissements scolaires en janvier 2023, le retour effectif des élèves reste à évaluer.

APERCU DU CONTEXTE

L’insécurité liée aux activités de gangs reste importante dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince (ZMPAP). La présence de postes de police et l’intensification des patrouilles dans nombre de ces zones n’ont pas suffi à endiguer la capacite des gangs dans les quartiers de la capitale. Au cours de l’année 2022, le HCDH a enregistré 2 084 meurtres, 1 552 blessés des suites des violences des gangs armés, et 1 114 cas de kidnappings, un bilan sans précédent dans l’histoire du pays.

Cependant, il est à noter que, depuis le 5 décembre, une « trêve » est observée entre les principaux chefs de gangs (Village-deDieu, Grand-Ravine et Tibwa), au niveau de Martissant, ce qui a permis une reprise du trafic, moyennant l’acquittement d’un droit de passage aux gangs armés, sur la route nationale 2 (RN2) qui demeurait bloquée depuis juin 2021. La commune de Cite Soleil a également connu une accalmie avec le respect d’un cessez-le-feu entre les principales coalitions de gangs (Gpep et G9).

Ce dernier a, cependant, été rompu le 9 janvier par un nouvel épisode de violence dont le bilan reste à établir.

A contrario de l’amélioration de l’accès au niveau de la RN2, les conditions sécuritaires sur les autres routes nationales au niveau de la ZMPAP, notamment la RN1 qui mène aux départements du Nord, se sont fortement dégradées. De plus, malgré la reprise du terminal pétrolier de Varreux, le pays connait encore une pénurie de carburant. En effet, les circuits de distributions officiels semblent tourner à vide et de très nombreuses stations-services restent fermées, particulièrement en province.

Parallèlement, le prix de la gazoline sur le marché noir explose à plus de 1500 gourdes le gallon, soit plus de 160% de plus que le prix fixé par les autorités. Dans ces conditions, les acteurs humanitaires restent fortement dépendant des options de transport alternatives à la route notamment à travers le service aérien UNHAS et la barge du PAM.

Sur le plan économique, le Gouverneur de la Banque Centrale d’Haïti, a déclaré que le pays était en dépression économique après plusieurs années de croissance négative et une inflation atteignant 47,2% en octobre 2022. Le taux de référence officiel a atteint un niveau sans précédent : 147 gourdes pour un dollar au 14 janvier 2023 contre 101,58 au 14 janvier 2022, soit une hausse de 44,75%. Cette situation conduit à une augmentation significative de prix des biens de premières nécessitées y compris les produits alimentaires de base.

A la date du 9 janvier le mandat du dernier tiers du Sénat encore en fonction s’est achevé, sans qu’aucune nouvelle élection ne soit prévue. Cette situation laisse le pays sans institutions démocratiquement élues, au vu de la vacance de pouvoir au niveau de la Présidence de la République, et l’absence désormais effective du parlement et du Senat. Devant cet état de fait, de nombreuses initiatives ont eu cours durant les derniers mois, ayant conduit à la conclusion d’un Consensus national pour une transition inclusive et une élection transparente, dont le texte a été antidaté et publié au journal officiel le 11 janvier 2023.

Cet accord entre copains-coquins prévoit la mise en place d’un Haut Conseil de la Transition et d’un organe de contrôle de l’action gouvernementale. Il prévoit la tenue d’élections générales en 2023 avec l’entrée en fonction des nouveaux élus le 7 février 2024.

Cependant, malgré un certain accueil favorable de la communauté internationale, cet accord ne parvient toujours pas à rallier l’ensemble des acteurs politiques, une partie importante de l’opposition s’étant prononcée contre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.