Sherif Abdallah, l’un des « manipulateurs du taux de la Gourde », démissionne du Conseil d’administration de la Sogebank

0
1971

Samedi 10 décembre 2022 ((rezonodwes.com))–Il aurait fallu que le gouvernement du Canada indexe publiquement des oligarques haïtiens « de corruption », le 5 décembre dernier, et de leur implication dans la descente aux enfers d’Haiti, pour que certains d’entre eux tentent de rectifier les tirs en attendant d’un éventuel rebondissement pour parrainer le prochain locataire du Palais National, à travers des élections truquées et frauduleuses, comme en 2011 et 2016.

M. Sherif Abdallah, « ami personnel » de Michel Martelly, Jovenel Moise et Ariel Henry, qui a régné longtemps sur la Sogebank tout en jouant sciemment, selon Dr. Josué Renaud de New England Humans Rights (NEHRO) et d’autres sources des milieux financiers haïtiens, « sur les caprices du dollar par rapport à la Gourde« , « démissionne de son poste au Conseil d’Administration« , informe l’institution bancaire dans une circulaire s’adressant tout particulièrement aux actionnaires.

« Chers Actionnaires, le Conseil d’Administration de la Société Générale Haïtienne de Banque, S.A. (SOGEBANK), vous informe qu’en date du 6 décembre 2022, M. Sherif S. ABDALLAH, 2ème Vice-Président, a démissionné de son poste au Conseil d’Administration. Cette décision a été acceptée et a pris effet à la date de sa démission ».

Abdallah, Bigio, Deeb, les adeptes d’une élection présidentielle à « candidat unique » en 2016, pour s’assurer de l’imposition de leur candidat Jovenel Moise, suite au choix « judicieux » de Michel Martelly, appartiennent tous à la catégorie de ceux qui ont participé à l’effrondrement économique d’Haiti, a noté Dr. Josué Renaud de la coalition des droits humains NERHO.

« Le texte de la déclaration laconique des patrons qui n’ont même pas eu la décence d’effleurer l’important sujet sur la dilapidation des milliards de fonds de Petro Caribe, ne devrait être en aucun cas pris au sérieux« , a renforcé Renaud.

La décision de la Sogebank, l’une des banques commerciales de la place ayant encouragé l’administration de Jovenel Moise-Claude Joseph à ne plus remettre en dollars tout transfert d’argent en provenance de l’étranger, est basée sur les sanctions économiques du Canada à l’encontre de quelques oligarques haïtiens, parmi lesquels des faiseurs de présidents et de premiers-ministres, de gouverneurs de la Banque, de ministres des Finances et de directeurs généraux des douanes en Haiti.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.