Haïti | Pénurie de carburant. Marché noir: les autorités livrent la chasse aux vendeurs de rue sans garantir la disponibilité des produits dans les stations à essence

0
633

À travers plusieurs rues de Port-au-Prince, notamment Lalue, Carrefour « tifou », Turgeau, rue Lamarre entre autres, plusieurs récipients ont été confisqués, sans aucune forme de procès.

Dimanche 28 aout 2022 ((rezonodwes.com))—Les autorités ont lancé une opération baptisée « sezi gaz » ce dimanche 28 août 2022. À travers des rues de Port-au-Prince, un nombre indéterminé de récipients contenant des produits pétroliers, ont été confisqués par les autorités déclarant vouloir mettre fin au marché noir des produits pétroliers.

Étaient présents sur le terrain, pour l’application de cette mesure « brip sou kou« , sans un véritable suivi réel et efficace dans les jours à venir, le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant, toujours incapable de remettre les pieds au Palais de Justice, le ministre de facto du Commerce, Ricardin Saint Jean, et le délégué départemental de l’Ouest, Pierre Garry Bernadotte. Un contingent de policiers les ont accompagnés. 

La crise du carburant qui devient plus persistante de jour en jour est très rare à la pompe. Le marché noir plus efficace que jamais, s’étend un peu partout dans la capitale, et prolonge son aventure dans les villes de provinces. Le gallon qui coûte à la pompe 250 gourdes tandis qu’au coin de la rue, sur le marché informel, il se vend à 1 500 gourdes.

Les autorités, incapables de répondre à leurs responsabilités tentent de freiner la vente illicite de carburant.

Lors de cette opération de « sezi gaz » lancée, par Jacques Lafontant, Ricardin Saint Jean, et Pierre Garry Bernadotte, ce dimanche 29 août 2022, plusieurs récipients remplis de produits pétroliers ont été saisis, a constaté Rezo Nòdwès tout en s’interrogeant sur la redistribution des « bidon sezi » et les dispositions arrêtées par les autorités pour leur re-stockage.

Les autorités qui n’ont pas fini de fredonner le refrain visant à garantir la disponibilité des produits dans les stations-services, n’ont toutefois donné aucune garantie au retour à l’approvisionnement normal – comme cela se fait dans tout pays organisé -, quoique plusieurs camions ont été remplis de produits de carburant ce weekend dans le centre de stockage de WINECO, au Terminal Varreux.

Soulignons que plusieurs endroits de la capitale et dans les villes de provinces ont connu des mouvements de protestations spontanés avec fracas la semaine dernière en vue d’exiger des autorités en place de rendre disponible dans les stations-services le liquide précieux.

Par ailleurs, avec un coût de 1 500 gourdes ou 1 750 gourdes pour un gallon, le tarif des transports en commun a connu une hausse vertigineuse occasionnant des conflits à répétition entre chauffeurs et passagers.

Odneson Midy

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.