RD | Education. Des dominicains mécontents accusent des parents haïtiens de ravir trop de places pour leurs enfants dans un lycée situé à Santo Domingo Est

0
2172

Finalement, que reste-il du pays qu’Ariel Henry, Michel Martelly et leurs inconditionnels alliés de SDP-Fusion-Inite-MTV prétendent diriger et de conduire à des élections ‘honnêtes’ dont les vainqueurs des urnes sont connus avant même le jour du scrutin?

Vendredi 19 aout 2022 ((rezonodwes.com))–Alors que le manque de places pour l’inscription des élèves au lycée Francisco Caamaño Deñó de Ciudad Juan Bosch, à Santo Domingo persiste, les parents ont appelé à une manifestation lundi dans la rue principale du projet, a révélé le journal El Nacional.

Selon les habitants, la directrice Idalia Hiche a donné la priorité aux élèves haïtiens de l’école, laissant de côté les Dominicains, et ils demandent l’intervention du ministre de l’Éducation (Minerd).

Vendredi matin, a rapporté le journal, des dizaines de parents et d’enfants se sont rassemblés devant l’école secondaire Francisco Caamaño Deñó, mais Hiche a empêché ces derniers ainsi que des membres de la presse d’entrer.

« Une commission du Minerd est arrivée sur les lieux et a immédiatement rencontré le directeur pendant quelques minutes. On ne sait pas ce qui a été discuté », a indiqué l’envoyé spécial de El Nacional qui était encore sur les lieux.

Certaines mères de famille, a souligné le journaliste, affirment qu’elles essaient depuis plusieurs jours de faire accepter leurs enfants dans l’école, mais les autorités prétendent qu’il n’y a pas de places, contrairement à ce qui se passe avec les élèves d’autres nationalités, qui sont admis sans beaucoup d’exigences. Ils ont fait directement allusion aux enfants de familles haïtiennes fuyant l’insécurité en Haïti.

Ils disent qu’ils ne sont pas opposés à l’inscription d’étudiants d’autres pays, mais je pense qu’il faut trouver un équilibre lorsqu’il s’agit d’être admis dans l’école, qui a une capacité de 1 200 étudiants.

« Depuis le 11 de ce mois, j’essaie d’inscrire mes enfants et cela n’a pas été possible, et ils nous disent seulement qu’il n’y a pas d’inscriptions », a déclaré Margaly Acevedo, qui essaie d’inscrire ses deux enfants en deuxième et troisième année de lycée.

Préoccupation

Pour sa part, le Dr Gladis Féliz, responsable de la manifestation, a déclaré que, bien qu’elle n’ait pas d’enfants de cet âge, elle est préoccupée par les difficultés que ses voisins rencontrent à l’école.

« Je suis une habitante de Ciudad Juan Bosch et je suis préoccupée par le fait que presque tous mes voisins n’ont pas pu inscrire leurs enfants. Depuis le mois de mai, mes voisins font le tour des différentes écoles ici et n’ont pas pu inscrire leurs enfants », a-t-elle déclaré.

Selon Féliz, le panorama du favoritisme dans les inscriptions ne se produit pas seulement dans le lycée Francisco Caamaño Deñó, mais dans tous les centres de ce projet immobilier, ce qui nuit à l’éducation de milliers d’élèves dominicains.

Haïtiens

Gladis Féliz, chargé d’appeler à la manifestation, assure que Ciudad Juan Bosch est envahie par les Haïtiens, et appelle la Direction nationale des migrations à venir à la rescousse. « Dans toutes les écoles de Ciudad Juan Bosch, il y a beaucoup d’étudiants haïtiens, ainsi qu’à l’hôpital ici ; vous allez à l’hôpital et sur 20 patients, deux sont des Dominicains », a-t-elle dit.

Elle a ajouté que l’éducation est un droit fondamental qui doit être garanti à tous.

source: El Nacional

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.