Flashback, 20 déc. 2021. New York Times citant Joe Biden alors Sénateur en 1994 : »si Haïti s’enfonçait tranquillement dans les Caraïbes […], cela n’aurait pas beaucoup d’importance en termes d’intérêts pour nous »

0
1868

New York Times, édition du dimanche 19 décembre 2021

New York Times : Les décisions politiques américaines sont vitales pour comprendre l’instabilité politique d’Haïti, et pourquoi ce pays reste le plus pauvre de l’hémisphère occidental

M. Biden, aujourd’hui président, supervise une nouvelle intervention dans les affaires politiques d’Haïti, une intervention qui, selon ses détracteurs, suit une vieille méthode de Washington : soutenir les dirigeants haïtiens accusés de régime autoritaire, soit parce qu’ils servent les intérêts américains, soit parce que les responsables américains craignent l’instabilité d’une transition de pouvoir.

New York, dimanche 19 décembre 2021 ((rezonodwes.com))–

Jean-Bertrand Aristide, le premier président démocratiquement élu du pays, avait été déposé par un coup d’État militaire trois ans plus tôt. Haïti avait sombré dans le chaos. Des gangs et des paramilitaires terrorisaient la population – prenant des otages, assassinant des dissidents et incendiant les cultures. Les embargos internationaux ont étranglé l’économie, et des dizaines de milliers de personnes tentent d’émigrer en Amérique.

Mais quelques jours avant que les premières troupes américaines ne débarquent en Haïti, Joseph R. Biden Jr, alors sénateur de la commission des affaires étrangères, s’est prononcé contre une intervention militaire. Il a fait valoir que les États-Unis avaient des crises plus urgentes – notamment le nettoyage ethnique en Bosnie – et qu’Haïti n’était pas particulièrement important pour les intérêts américains.

« Je pense que ce n’est probablement pas raisonnable« , a déclaré M. Biden à propos de l’invasion prévue dans une interview avec l’animateur de télévision Charlie Rose.

Il a ajouté : « Si Haïti – c’est une chose horrible à dire – si Haïti s’enfonçait tranquillement dans les Caraïbes ou s’élevait de 300 pieds, cela n’aurait pas beaucoup d’importance en termes d’intérêts pour nous« .

Malgré l’appréhension de M. Biden, l’invasion a eu lieu et la junte militaire haïtienne s’est rendue en quelques heures. M. Aristide a été rapidement rétabli au pouvoir et l’administration Clinton a commencé à expulser des milliers d’Haïtiens.

Près d’une décennie plus tard, l’ordre constitutionnel haïtien s’effondre à nouveau, entraînant une nouvelle intervention militaire américaine, davantage de migrants et de déportations. Alors que les rebelles menaçaient d’envahir la capitale en 2004, M. Aristide a démissionné sous la pression des responsables américains. Un gouvernement provisoire a été formé avec le soutien des Américains. La violence et les troubles ont continué.

Ce cycle de crise et d’intervention des États-Unis en Haïti – ponctué de périodes de calme relatif mais sans grande amélioration de la vie de la plupart des gens – a persisté jusqu’à ce jour. Depuis juillet, un assassinat du président, un tremblement de terre et une tempête tropicale ont aggravé la tourmente.

M. Biden, aujourd’hui président, supervise une nouvelle intervention dans les affaires politiques d’Haïti, une intervention qui, selon ses détracteurs, suit une vieille méthode de Washington : soutenir les dirigeants haïtiens accusés de régime autoritaire, soit parce qu’ils servent les intérêts américains, soit parce que les responsables américains craignent l’instabilité d’une transition de pouvoir.

Il est essentiel de donner un sens à la politique américaine en Haïti au fil des décennies – motivée tantôt par des intérêts économiques, tantôt par la stratégie de la guerre froide, tantôt par des préoccupations liées aux migrations – pour comprendre l’instabilité politique d’Haïti et pourquoi ce pays reste le plus pauvre de l’hémisphère occidental, même après l’injection de plus de 5 milliards de dollars d’aide américaine au cours de la seule dernière décennie.

Une histoire sanglante de l’influence américaine se profile, et un siècle d’efforts américains pour stabiliser et développer le pays s’est soldé par un échec.

Candidats préférés de Washington

À des moments cruciaux de l’ère démocratique haïtienne, les États-Unis sont intervenus pour choisir les gagnants et les perdants – par crainte de l’instabilité politique et des poussées de l’immigration haïtienne.

Après l’éviction de M. Aristide en 1991, l’armée américaine l’a réinstallé. Il a démissionné en disgrâce moins d’une décennie plus tard, mais seulement après que des diplomates américains l’aient incité à le faire. Selon des rapports de l’époque, l’administration de George W. Bush avait sapé le gouvernement de M. Aristide dans les années précédant sa démission.

François Pierre-Louis est professeur de sciences politiques au Queens College de New York. Il a fait partie du cabinet de M. Aristide et a conseillé l’ancien Premier ministre Jacques-Édouard Alexis. Les Haïtiens sont souvent méfiants à l’égard de l’implication des Américains dans leurs affaires, dit-il, mais ils prennent toujours au sérieux les signaux des responsables américains en raison de la longue histoire d’influence du pays sur la politique haïtienne.

Par exemple, après le tremblement de terre de 2010 en Haïti, les diplomates américains et d’autres diplomates internationaux ont fait pression pour qu’Haïti organise des élections cette année-là malgré la dévastation. Le vote a été désastreusement mal géré, et les observateurs internationaux et de nombreux Haïtiens ont considéré que les résultats étaient illégitimes.

En réponse aux allégations de fraude électorale, les diplomates américains ont insisté pour qu’un candidat au second tour de l’élection présidentielle soit remplacé par un candidat ayant reçu moins de voix – menaçant à un moment donné d’interrompre l’aide en raison de ce différend. Hillary Clinton, alors secrétaire d’État, a confronté le président de l’époque, René Préval, pour qu’il mette Michel Martelly, le candidat préféré des Américains, sur le bulletin de vote. M. Martelly a remporté cette élection haut la main.

Une ligne directe de succession peut être tracée de cette élection à la crise actuelle d’Haïti.

M. Martelly a désigné Jovenel Moïse comme son successeurM. Moïse, qui a été élu en 2016, a gouverné par décret et s’est tourné vers des tactiques autoritaires avec l’approbation tacite des administrations Trump et Biden.

M. Moïse a nommé Ariel Henry comme premier ministre par intérim plus tôt cette année. Puis, le 7 juillet, M. Moïse a été assassiné.

M. Henry a été accusé d’être lié au complot d’assassinat, et les luttes politiques intestines qui s’étaient calmées après que les diplomates internationaux aient approuvé sa revendication du pouvoir ont repris. M. Martelly, qui s’était opposé à M. Moïse au sujet d’intérêts commerciaux, envisage une nouvelle candidature à la présidence.

Robert Maguire, spécialiste d’Haïti et professeur retraité d’affaires internationales à l’Université George Washington, a déclaré que l’instinct de Washington de soutenir les membres de l’élite politique haïtienne qui semblaient être alliés aux intérêts américains était ancien et avait connu des échecs.

Une autre approche pourrait avoir plus de succès, selon M. Maguire et d’autres universitaires, des législateurs démocrates et un ancien envoyé américain pour la politique d’Haïti. Ils affirment que les États-Unis devraient soutenir une commission populaire de dirigeants civiques qui élaborent des plans pour un nouveau gouvernement provisoire en Haïti.

Ce processus pourrait toutefois prendre des années.

Cliquez ICI pour lire l’intégralité du texte original sur le site de New York Times.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.