Russie | Justice-Drogue. Un tribunal requiert neuf ans et demi de prison pour la star américaine du basket Brittney Griner

0
694

Le verdict n’est pas encore prononcé. Si Griner n’est pas libérée, l’attention se portera sur la possibilité d’un échange de prisonniers.

Jeudi 4 aout 2022 ((rezonodwes.com))–Le parquet russe a requis jeudi neuf ans et demi de prison pour la star américaine du basketball féminin Brittney Griner, accusée par la Russie de trafic de cannabis, dans un contexte de tensions entre Moscou et Washington.

« Je demande que Griner soit condamné à neuf ans et demi dans une colonie [pénale] à régime classique » et à une amende d’un million de roubles (16 600 dollars), a déclaré le procureur Nikolaï Vlasenko, selon un journaliste de l’AFP présent à l’audience au tribunal de Kimkhi, près de Moscou.

Bien qu’une condamnation semble presque certaine, étant donné que les tribunaux russes acquittent rarement les accusés et que Griner a admis avoir des cartouches de vape contenant de l’huile de cannabis dans ses bagages, les juges disposent d’une marge de manœuvre considérable pour déterminer la peine.

Les avocats du centre Phoenix Mercury et de la double médaillée d’or olympique ont mis en place des stratégies pour soutenir l’argument de Griner selon lequel elle n’avait pas d’intention criminelle et que les cartouches se sont retrouvées dans ses bagages à cause d’un emballage hâtif. Ils ont présenté des témoins de moralité de l’équipe russe pour laquelle elle joue pendant l’intersaison de la WNBA et le témoignage écrit d’un médecin qui dit lui avoir prescrit du cannabis pour gérer la douleur.

Une avocate de l’équipe de défense de Griner, Maria Blagovolina, a fait valoir que Griner a emporté les cartouches en Russie par négligence et qu’elle n’a utilisé le cannabis que comme médicament et uniquement lorsqu’elle se trouvait en Arizona, où la marijuana médicale est légale. Un procureur, Nikolai Vlasenko, a soutenu que Griner a délibérément emballé l’huile de cannabis.

On ne sait pas encore quand le verdict sera annoncé. Si elle n’est pas libérée, l’attention se portera sur la possibilité d’un échange de prisonniers.

Avant l’ouverture du procès en juillet, le département d’État l’a désignée comme étant « détenue à tort », plaçant son cas sous la supervision de son envoyé présidentiel spécial pour les questions relatives aux otages, qui est en fait le négociateur en chef du gouvernement pour les otages.

Puis, la semaine dernière, dans un geste extraordinaire, le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est entretenu avec son homologue russe, Sergei Lavrov, pour lui demander d’accepter un accord aux termes duquel Griner et Paul Whelan, un Américain emprisonné en Russie pour espionnage, seraient libérés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.