Le cerveau de l’assassinat de Jovenel Moïse n’a toujours pas été officiellement identifié malgré l’arrestation de 18 mercenaires colombiens

0
843

Michel Martelly, Ariel Henry quoiqu’indexés et ou dénoncés dans des rapports de presse et ou d’enquêtes d’organismes de droits humains, ne s’inquiètent pas le moins du monde. Une année d’incertitude dans le dossier de l’assassinat de Jovenel Moise.

L’une des grandes questions à laquelle il faut répondre est de savoir si les officiers qui gardaient le président Moïse étaient impliqués dans son assassinat? Etatient-ils aux ordres du « parrain », selon le défunt-sénateur Gabriel Fortuné?

à lire également: Urgent | Dossier Jovenel Moise – Le mandat du juge Belabre expire le 28 avril, celui-ci se plaint du manque de ressources pour enquêter sur la magnicide du 7 juillet | Rezo Nòdwès (rezonodwes.com)

Mercredi 6 juillet 2022 ((rezonodwes.com))–

L’enquête sur l’assassinat de l’ancien président Tèt Kale-PHTK2, Jovenel Moïse aux premières heures de la matinée du 7 juillet 2021 par 18 assassins, tous d’anciens militaires colombiens, reste pratiquement au point mort. Les plus grandes inconnues tournent autour du cerveau et des motifs de l’assassinat dans sa résidence présidentielle. L’ancienne première dame Martine Moïse, « blessée par balle lors de l’agression et transportée d’urgence dans un hôpital de Miami », a réitéré vendredi les accusations portées contre le Premier ministre haïtien Ariel Henry pour ses liens présumés avec l’assassinat de Moïse : « Il est important de souligner que les enquêtes judiciaires avaient fait état d’éléments compromettants sur l’implication présumée du chef du gouvernement haïtien dans la planification du complot. »

La veuve du président Moïse n’assistera pas aux événements officiels de ce jeudi 7 juillet en mémoire de son mari en raison des soupçons d’implication dans l’assassinat du Premier ministre de facto, Dr. Ariel Henry : « La famille Moïse n’entend, en aucun cas, assister aux activités commémoratives aux dépens de l’État haïtien, dont le chef de gouvernement fait l’objet de graves allégations d’assassinat du président de la République« . Martine Moïse invite tous les Haïtiens à contribuer à l’enquête pour éclaircir les inconnues : « L’agneau ne doit pas être sacrifié en vain. Justice pour le président Jovenel Moïse », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Bien que les 18 anciens soldats colombiens emprisonnés en Haïti aient avoué leur implication dans l’assassinat de Moïse, les autorités n’ont pas été en mesure de préciser qui a orchestré le crime. Les assassins auraient été engagés pour 3 000 $ chacun. Les autorités haïtiennes ont annoncé quatre jours après le meurtre l’arrestation du commanditaire présumé, le médecin haïtien Emmanuel Sanon, basé à Miami. « Lorsque l’avancée des bandits a été bloquée, la première personne qu’ils ont appelée était Sanon », a déclaré le directeur de la police nationale haïtienne, Léon Charles, aujourd’hui récompensé pour son incapacité à prévenir l’assassinat d’un président. Cependant, les enquêtes de la DCPJ, sous la ferrule de Léon Charles, n’ont pas clarifié l’implication de Sanon.

L’enquête est au point mort malgré la nomination, début juin, du cinquième juge chargé de l’affaire, Alter Wesser Voltaire, la collaboration avec le FBI et le limogeage de plusieurs commandants de police. Son prédécesseur, le juge Merlan Belabre, s’est plaint du manque de moyens pour enquêter sur l’assassinat de Moïse « car il ne disposait pas du dossier physique et des moyens pour mener l’enquête« .

Après l’arrestation de Sanon, les autorités ont procédé à une vague d’arrestations de policiers pour leur lien présumé avec l’assassinat du président. L’une des grandes questions à laquelle il faut répondre est de savoir si les officiers qui gardaient le président Moïse étaient impliqués dans son assassinat. Les médias locaux ont rapporté que les gardes du président n’ont pas tiré une seule balle lors de l’assaut de la résidence présidentielle aux premières heures du 7 juillet 2021.

Plus de 40 personnes ont été arrêtées en relation avec l’assassinat, dont les 18 anciens officiers de l’armée colombienne, et restent en prison faute de procédure régulière. L’une des principales théories est que le crime a été planifié par le premier ministre de l’époque, Claude Joseph, pour se maintenir en fonction, car il devait être remplacé deux jours plus tard par l’actuel premier ministre, Ariel Henry. Cependant, l’implication de Joseph dans le crime n’a pas été prouvée. L’assassinat a déclenché une dispute entre Joseph et Henri pour la direction du gouvernement. La veuve de Moïse disculpe Joseph et pointe du doigt Henri.

Une autre personne soupçonnée d’avoir commandité l’assassinat du président est l’homme d’affaires haïtien Samir Handal, arrêté en novembre dernier à Istanbul sur mandat d’Interpol après avoir atterri sur un vol en provenance de Miami. La police haïtienne l’accuse d’être l’un des responsables de la planification de l’assassinat car il a loué sa maison à Sanon. Le gouvernement intérimaire haïtien a même offert une récompense de près de 36 000 dollars pour toute information sur sa localisation après qu’il ait été soupçonné de fuir Haïti. Sa défense allègue qu’il a loué la maison sans rien savoir d’un projet d’assassinat de Moïse.

La justice turque a rejeté son extradition et ordonné sa libération après huit mois de prison. Lundi, l’ancien premier ministre de facto et ministre des affaires étrangères d’Haïti, Claude Joseph, s’en est pris à Henry après que la Turquie a rejeté la demande d’extradition de Handal : « Handal est libéré parce que le gouvernement a délibérément produit une demande d’extradition qui n’avait aucune chance d’aboutir ».

Un pays en crise profonde, l’héritage légué par Jovenel Moise

La crise politique, économique et sécuritaire s’est aggravée depuis l’assassinat de Moïse qui a quasiment détruit toutes les institutions publiques du pays, corruption oblige. La coalition PHTK-SDP-MTV-Fusion-Inite-Pitit Dessalines, des autorités de fait, se sont montrées incapables d’enrayer la montée en flèche du nombre d’enlèvements, de guerres de gangs, de violences armées, de meurtres et de vols.

Selon le Centre haïtien d’analyse et de recherche sur les droits de l’homme, 326 personnes ont été enlevées en Haïti entre avril et juin, soit une augmentation de 44 % par rapport aux 225 du deuxième trimestre de l’année dernière. Le ministre dominicain des Affaires étrangères, Roberto Álvarez, a regretté il y a quinze jours « le manque d’action » de l’ONU « face à la crise croissante que subit Haïti » en raison de la violence et du contrôle territorial que les gangs exercent dans certains quartiers de Port-au-Prince et d’autres zones du pays le plus pauvre des Amériques. Six Haïtiens sur dix vivent sous le seuil de pauvreté, selon les données de la Banque mondiale.

Bien qu’il ait promis de nouvelles élections en 2022, M. Henry n’a toujours pas présenté de calendrier électoral. Des milliers d’Haïtiens ont manifesté dimanche 26 juin pour exiger que l’ancien président Jean Bertrand Aristide reprenne les rênes du pays et devienne lui aussi un président de facto, jusqu’à la tenue d’élections présidentielles et législatives. La spirale de la violence et le pouvoir des gangs pro-PHTK rendent difficile l’organisation de nouvelles élections planifiées pour maintenir le système corrompu en vigueur depuis la nuit des temps.

La vacance du pouvoir qui a suivi l’assassinat de Moïse dont le mandat constitutionnel a pris fin le 7 février 2021, a été aggravée par la faiblesse des institutions haïtiennes. Moïse n’a pas renouvelé le Sénat et le Parlement car il n’a pas organisé les élections législatives prévues pour février 2021. Le Sénat a été réduit à 10, soit un tiers de la chambre.

La crise politique et économique, associée à l’insécurité, a entraîné un exode des migrants haïtiens ces dernières années. Lors du 9e Sommet des Amériques, les États-Unis se sont engagés à accueillir 20 000 migrants, notamment des Haïtiens. Haiti qui fut autrefois une terre d’HOMME, ce pays de 11,4 millions d’habitants est en quête de stabilité politique, de sécurité et de croissance économique alors que l’enquête ne résout pas les grandes questions entourant l’assassinat du président Moïse.

Le plus grand problème d’Haiti, dénoncent les patriotes conséquents, est « les esclaves à talent aux commandes » qui sont prêts à courber l’échine pour demeurer au pouvoir aux dépens des marginalisés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.