HRW déplore que l’absence d’options de migration sûres pousse des migrants Haïtiens, Vénézuéliens, Cubains… à traverser la jungle de Darien dans des conditions dangereuses

0
463

« Les personnes fuyant les crises des droits de l’homme dans les pays de la région doivent avoir un moyen sûr et ordonné de chercher une protection à l’étranger », a déclaré Tamara Taraciuk Broner, directrice de HRW Americas, dans un communiqué.

2021 a emporté plusieurs vies haïtiennes tant qu’en Haïti et à l’extérieur du pays

Mercredi 6 juillet 2022 ((rezonodwes.com))–

Human Rights Watch (HRW) a averti mercredi que le manque d’options de migration sûres et légales pour les Vénézuéliens pousse un nombre croissant de personnes à traverser une zone de jungle dangereuse entre la Colombie et le Panama.

Les nouvelles restrictions en matière de visas dans plusieurs pays d’Amérique centrale et au Mexique ont conduit les Vénézuéliens qui décident de migrer vers l’Amérique du Nord à traverser le Darien Gap, une zone aux conditions naturelles dangereuses, comme des rivières déchaînées et des animaux sauvages, a déclaré l’organisation.

Pour cette raison, et parce que les Vénézuéliens ont dépassé les Cubains et les Haïtiens en tant que groupe national le plus important à migrer vers l’Amérique du Nord en 2022, HRW a appelé les dirigeants nationaux à respecter la Déclaration de Los Angeles sur la migration et la protection, signée lors du IXe Sommet des Amériques le 10 juin.

« Les personnes fuyant les crises des droits de l’homme dans les pays de la région doivent avoir un moyen sûr et ordonné de chercher une protection à l’étranger », a déclaré Tamara Taraciuk Broner, directrice de HRW Americas, dans un communiqué.

« Les dirigeants qui ont récemment signé la déclaration de Los Angeles sur la migration et la protection doivent honorer leur engagement en annulant de toute urgence les mesures d’immigration qui obligent les gens à effectuer des traversées dangereuses« , a-t-elle ajouté.

Les États-Unis, le Mexique, le Costa Rica, le Panama et le Honduras, entre autres, ont signé en juin dernier la déclaration de Los Angeles sur la migration et la protection, qui comporte des engagements visant à renforcer et à élargir les moyens permettant aux personnes de migrer et de demander l’asile en toute sécurité et légalité, et à faire en sorte que ceux qui abusent des migrants aient à répondre de leurs actes.

« La plupart des migrants qui font le dangereux voyage à travers le Darien Gap le font parce qu’ils ne peuvent pas obtenir de visas pour se rendre au nord par avion. Pendant des années, la majorité d’entre eux ont été des Cubains et des Haïtiens. Depuis janvier 2022, le Mexique, le Costa Rica, le Honduras et le Belize ont imposé de nouvelles exigences en matière de visa aux personnes originaires de pays dont les citoyens arrivent en plus grand nombre à la frontière sud des États-Unis, y compris les Vénézuéliens », explique l’ONG dans son mémoire.

Selon les déclarations de certains migrants auxquelles HRW a eu accès,  » beaucoup  » d’entre eux disent qu’ils passent par le Darien Gap parce que les exigences en matière de visa ont limité leur capacité à prendre des routes plus sûres pour chercher une protection aux États-Unis.

Dans certains cas, les gouvernements auraient même imposé de nouvelles restrictions à l’immigration en réponse à la pression américaine.

En 2021, un nombre record de 133 000 personnes ont traversé le Darien Gap, dont 29 000 enfants, selon les données officielles des autorités panaméennes auxquelles l’ONG a eu accès. Au cours des quatre premiers mois de 2022, le nombre de migrants et de demandeurs d’asile traversant vers l’Amérique du Nord a presque doublé par rapport aux mêmes mois en 2021.

Le nombre de Vénézuéliens demandant l’asile au Mexique a également augmenté. Au cours des quatre premiers mois de 2022, 4 270 personnes ont déposé une demande, contre 6 192 pour toute l’année 2021. Les demandeurs d’asile au Mexique sont souvent contraints d’attendre des mois ou des années dans des conditions épouvantables pour obtenir un statut légal.

« La plupart des Vénézuéliens qui ont franchi le fossé ont dit à Human Rights Watch qu’ils fuyaient les conditions économiques difficiles dans leur pays et les difficultés d’accès aux produits de première nécessité, notamment les médicaments et la nourriture, en raison de l’urgence humanitaire du pays », a ajouté l’organisation, précisant que nombre d’entre eux auraient été persécutés par les forces de sécurité ou les gangs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.