CARICOM exige la levée des sanctions contre Cuba et Venezuela et plaide en faveur du rétablissement du programme Petro Caribe

0
554

Ariel en rit!

La 43e réunion ordinaire des chefs de gouvernement de la CARICOM prend fin mardi.

Mardi 5 juillet 2022 ((rezonodwes.com))–Le président intérimaire de la CARICOM et Premier ministre du Belize, John Briceño, a transféré son pouvoir à son homologue surinamais, Chan Santokhi, lors de la 43e session ordinaire des chefs de gouvernement à Paramaribo, au Suriname.

S’adressant aux autres chefs de gouvernement lors de l’ouverture officielle du sommet dimanche, le Premier ministre a déclaré : « Alors que ma présidence arrive à échéance, le COVID-19 se poursuit, le climat change et les conflits font rage. Notre réponse collective à la double urgence du climat et de la pandémie a volé en éclats le 24 février lorsque la Russie a envahi l’Ukraine. Les crises alimentaire, énergétique et financière émergentes ont un impact immédiat et direct sur nos populations les plus vulnérables et oui, je suis d’accord pour dire que nous aussi, à Belize, nous avons passé de nombreux moments en Conseil des ministres à parler du prix du pain et de la façon dont nous pouvons le maintenir à un niveau bas, ou du prix du carburant. Le ministre d’État aux finances m’a dit hier soir que les taxes sur les carburants sont de l’ordre de quelques centimes en ce moment, alors qu’il s’agit de l’une de nos principales sources de revenus. »

Dans l’actualité régionale, le Premier ministre Briceño a insisté sur la nécessité pour les États-Unis de lever le blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba il y a plus de 60 ans ainsi que les sanctions contre le Venezuela : « Plus tard dans l’année, nous célébrerons le 50e anniversaire des relations diplomatiques entre Cuba et les pays du CARICOM. Cette étape historique exige de notre part un effort soutenu pour mettre fin au blocus illégal imposé à Cuba depuis soixante-dix ans. Les prix du carburant sont trop élevés depuis trop longtemps. »

En ce sens, « Nous, les Caraïbes, demandons la levée immédiate des sanctions imposées au Venezuela afin que le programme révolutionnaire PetroCaribe puisse être rétabli, apportant ainsi à nos économies un soulagement bien nécessaire. De nouveaux établissements militaires sont en cours de construction dans notre région [et] ils peuvent devenir des points de tension. Nous devons continuer à défendre fermement et à faire en sorte que les Caraïbes restent une zone de paix. »

La secrétaire générale de la CARICOM, Mme Carla Barnett, a souligné qu’au lendemain de deux sommets majeurs – le Sommet des Amériques et le Sommet du G7 – qui ont tous deux pu avoir un impact considérable sur le développement des Caraïbes, « les idées glanées et les promesses faites lors de ces forums peuvent certes nous aider, mais en dernière analyse, c’est ce que nous faisons pour nous-mêmes qui fera la différence. Et faire cette différence dans la vie des citoyens de la Communauté est ce qui a motivé les initiatives que nous avons entreprises ». Elle a cité les efforts visant à réduire d’un quart la facture des importations alimentaires régionales d’ici 2025, à s’attaquer à l’impact du changement climatique et au financement de la durabilité, et à faire la différence dans la vie des jeunes.

Le premier ministre des Bahamas, Philip Davis, a abordé le second sujet dans son discours adressé aux autres dirigeants. Il a déclaré que, même s’il est frappant de constater qu’un si grand nombre des problèmes les plus urgents de la région découlent en grande partie de pressions extérieures, « nous sommes tous responsables de rendre nos pays individuels plus forts et plus résistants à l’impact des événements extérieurs. Mais l’histoire de notre région montre clairement que nous pouvons avoir un impact plus important si nous unissons nos forces et faisons front commun. … Nous avons entendu parler, pendant de nombreuses années, des bonnes intentions des autres. Je sais que vous vous joignez à moi pour voir l’urgence d’aller au-delà des promesses et des engagements. Il est temps d’agir ».

Au cours de son allocution, M. Davis a invité ses collègues de la région à participer à la réunion régionale des chefs de gouvernement de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui se tiendra à Nassau du 16 au 18 août, avant la réunion de la Conférence des parties en novembre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.