Port-au-Prince Haiti intègre la liste des 50 villes les plus violentes et les plus dangereuses du monde dans le classement InSight Crime avec plus de 1 600 meurtres en 2021

0
2736

Le classement est basé sur les données recueillies en 2021. Ainsi, PHTK2 (Jovenel Moise-Joseph Jouthe-Claude Joseph) et la coalition PHTK3 (Ariel Henry-SDP-Fusion-MTV-Pitit Dessalines) doivent assumer leurs responsabilités dans la descente du pays aux enfers. Voilà, leur héritage légué à la postérité.

Insight Crime : Les enfants sont recrutés par les gangs en Haïti

Vendredi 1er juillet 2022 ((rezonodwes.com))–Selon l’analyse effectuée par InSight Crime sur les études de la violence dans le monde, l’Amérique latine continue de rebondir sur la liste des villes les plus dangereuses du monde.

Avec Mexico en tête du classement et un total de 38 villes d’Amérique latine et des Caraïbes figurant à elles seules dans le top 50, le continent atteste des conditions de sécurité déplorables qui ont provoqué des mouvements paramilitaires, des guérillas et, dans une moindre mesure, des migrations massives, tel est le cas actuel d’Haiti, un pays à la merci des gangs fédérés par le pouvoir PHTK2.

Selon Insight, « depuis trois ans, Mexico est l’épicentre mondial de la violence homicide urbaine« , ce qui se traduit par un taux élevé de féminicides, l’assassinat de militants et, pire encore, par le fait qu’il est le leader des meurtres de journalistes au cours de l’année 2021, avec huit journalistes tués. A ce jour, le chiffre est déjà de 12. En Haiti, plus précisément à Port-au-Prince, c’est le crime au quotidien.

L’étude, qui se base uniquement sur l’année 2021, fait la part belle au Mexique avec 18 villes sur la liste, 11 au Brésil, 7 aux États-Unis, et la présence de la Colombie, de l’Afrique du Sud, Port-au-Prince-Haïti, de la Jamaïque et de l’Équateur.

Depuis l’investiture du président Andrés Manuel Lopez Obrador en 2018, le taux de criminalité a augmenté dans ce pays, avec une multiplication des meurtres de militants, de journalistes et d’un grand nombre de civils, notamment par les cartels dans le sud et l’est du pays.

La première ville de la liste est Zamora, dans l’État du Michoacán, l’un des plus durement touchés par la violence dans le pays. Elle a été la troisième ville la plus meurtrière du Mexique l’année dernière, derrière Guanajuato et la Basse-Californie, avec plus de 8 % des 33 308 homicides de l’année, selon le Secrétariat exécutif du système national de sécurité publique.

Suivent Ciudad de Obregón, Zacatecas, Tijuana, Zelaya, Juárez, Ensenada et Uruapan, répartis dans six États différents, Uruapan étant la répétition de Michoacán. Avec ces huit villes, le Mexique ouvre le top 10, qui se referme avec St. Louis, aux États-Unis, et Kingston, en Jamaïque.

Colima (14), Acapulco (16), Cuernavaca (18), Irapuato (21), León (22), Chihuahua (30), Morelia (34), Cancún (40), Culiacán (43) et Guadalajara (47), ferment la liste du Mexique dans le classement 50.

États-Unis

En Amérique du Nord, les perspectives ne sont pas très encourageantes, notamment en raison des massacres massifs par armes à feu, en particulier dans les États du centre et du sud des États-Unis.

St-Louis, dans l’État du Missouri, qui, avec 65,3 meurtres pour 100 000 habitants, reste la plus dangereuse du pays, une statistique en hausse depuis 2010.

La prolifération de la haine et les attaques racistes sont les principales causes de violence, suivies par les agressions et les homicides volontaires, ce qui se vérifie dans des villes comme Baltimore dans le Maryland, classée 15e sur la liste, la Nouvelle-Orléans en Louisiane, classée 17e, et Memphis dans le Tennessee, classée 19e.

Avec 48,3 meurtres pour 100 000 habitants enregistrés au cours de l’année 2021, Détroit, un autre des grands centres du racisme aux États-Unis, occupe la 26e place ; Philadelphie est 41e et, enfin, Milwaukee, où George Floyd est décédé à la suite de brutalités policières, clôt la liste américaine à la 45e place.

La Colombie, la cerise sur le gâteau

Le pays est présent dans la liste avec trois villes appartenant à sa région Pacifique : Buenaventura (13), Cali (24) et Palmira (31), toutes situées dans le Valle del Cauca.

Une grande partie de ce chiffre, du moins à Cali, est due aux manifestations qui ont eu lieu entre 2020 et 2021, au cours desquelles certains citoyens sont descendus dans la rue avec des armes à feu ; les policiers ont agressé des civils pendant les manifestations et, à leur tour, les civils ont répondu par la violence contre les autorités.

En outre, la position des trois villes du Valle del Cauca est due à l’augmentation des homicides et des conflits entre les bandes criminelles, les gangs et les organisations paramilitaires concernant les zones de trafic de drogues et d’armes, ainsi que les zones de culture de drogues.

Par ailleurs, la capitale du département de Norte de Santander, Cúcuta (46), est une autre présence colombienne dans ce classement. Certains citoyens attribuent la violence croissante à la migration vénézuélienne, tandis que d’autres confirment qu’il s’agit d’un phénomène qui augmente chaque année.

Haiti, pays qui n’est ni dirigé ni administré

Près d’une semaine après qu’un puissant gang haïtien a attaqué et occupé le bâtiment du Palais de Justice, des rapports suggèrent que la police n’a toujours pas repris le palais de justice, démontrant l’incapacité des autorités à faire face à des groupes criminels en expansion.

Le 30 juin, le Palais de Justice, le plus haut siège du système judiciaire haïtien, était toujours occupé par des membres lourdement armés du gang des « 5 Seconds » (5 Segond), l‘un des deux principaux groupes criminels du quartier de Village-de-Dieu à Port-au-Prince, ont déclaré des sources gouvernementales anonymes au journal Le Nouvelliste.

Le 10 juin, le palais de justice avait été le théâtre d’un assaut brutal. Des membres du gang équipés d’armes automatiques avaient fait irruption dans le bâtiment et auraient volé des preuves, notamment des drogues, des armes et de l’argent. Le personnel judiciaire s’est échappé en escaladant un mur, tandis que deux véhicules de police blindés couvraient leur sortie.

Haïti : 13,7 pour 100 000, le pire de ces dernières années depuis la fédération des gangs

L’année dernière, Haïti a connu sa pire violence depuis des décennies, les gangs faisant la loi dans le pays à la suite de l’assassinat de l’ancien président Tèt Kale-PHTK 2, Jovenel Moise.

Haiti, sous le régime autoritaire de Jovenel Moise, était en passe de connaître 1 630 meurtres en 2021, soit une augmentation de 18 % par rapport à 2020, selon les données préliminaires du Centre de renseignement et d’opération de la Police nationale d’Haïti et du Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH). Le taux d’homicide prévu pour le pays, soit 13,7 pour 100 000 personnes, est le pire de ces dernières années.

L’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet, suivi d’un tremblement de terre dévastateur, a laissé le pays en proie à des difficultés. Des bandes criminelles puissantes et violentes, qui contrôlent désormais plus de 60 % du territoire autour de la capitale Port-au-Prince, ont bloqué les livraisons d’aide et de carburant, ainsi que les routes et les ports du pays. Pendant ce temps, l’enlèvement de 17 missionnaires par un gang a mis en lumière l’explosion des enlèvements dans le pays.

La violence avait déjà augmenté avant l’assassinat du président, lorsque des hommes armés ont tiré et tué au moins 19 personnes dans le quartier de Delmas à Port-au-Prince, selon les rapports du Réseau national de défense des droits de l’homme (RNDDH). Le journaliste Diego Charles et l’activiste politique Marie Antoinette Duclaire figurent parmi les personnes assassinées.

Entre janvier et septembre, quelque 1 200 personnes ont été tuées.

« Haïti est confronté à l’une de ses pires flambées de violence depuis 1986 », a déclaré Human Rights Watch à propos du pays dans son Rapport mondial 2021. Et le calvaire surmonté continue.

sources:Haiti Gangs Recruiting, Arming More Children (insightcrime.org)
InSight Crime’s 2021 Homicide Round-Up

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.