Associated Press | Porto Rico : Un fatal naufrage met en lumière les Haïtiens qui fuient la violence des gangs

0
1141

Naufrage du jeudi après-midi : 11 cadavres de femmes retrouvés – 38 survivants et un nombre inestimable de disparu, car, selon les rescapés, il y aurait entre 60 et 75 passagers à bord du bateau.

AP news : Fatal boat trip highlights Haitians fleeing violence

El Nuevo Dia : Ante el terrible naufragio cerca de la Isla de Desecheo que cobró la vida de 11 mujeres, la directora del Centro de la Mujer Dominicana, Romelinda Grullón, detalló las múltiples violencias que viven las inmigrantes para salir de sus respectivos países en busca de mejores condiciones de vida.

Samedi 14 mai 2022 ((rezonodwes.com))–Les Haïtiens sont de plus en plus nombreux à fuir vers la République dominicaine voisine, où ils embarquent sur des bateaux en bois rudimentaires peints en bleu ciel pour se fondre dans l’océan et tenter de rejoindre Porto Rico – un voyage au cours duquel 11 Haïtiennes se sont noyées jeudi, et des dizaines d’autres migrants seraient portés disparus.

Il s’agit du dernier voyage fatal alors que les autorités américaines ont déclaré avoir détenu deux fois plus de migrants dans et autour des juridictions américaines dans les Caraïbes au cours de l’année dernière par rapport à l’année précédente.

« Nous avons vu le nombre d’Haïtiens exploser« , a déclaré à l’Associated Press Scott Garrett, chef par intérim de la patrouille des douanes et de la protection des frontières à Porto Rico.

Selon Garrett et d’autres personnes, l’instabilité politique d’Haïti, associée à la violence brutale des gangs et à l’effondrement de l’économie, a incité les gens à fuir, la plupart passant par la République dominicaine. Les deux pays partagent l’île d’Hispaniola, qui se trouve à l’ouest de Porto Rico, et sont séparés par une zone dangereuse connue sous le nom de passage de Mona.

Lors du dernier chavirage, repéré jeudi, 11 corps de femmes haïtiennes ont été retrouvés et 38 personnes ont été secourues, dont 36 Haïtiens et deux Dominicains. Selon les autorités, l’une des personnes secourues a été accusée de trafic d’êtres humains. Le bateau a chaviré à environ 11 miles (18 kilomètres) au nord de l’île inhabitée de Desecheo, à l’ouest de Porto Rico. Des dizaines de personnes sont portées disparues.

M. Garrett a déclaré que l’on ne sait pas exactement combien de migrants se trouvaient à bord du bateau, mais que les survivants ont fourni aux autorités leurs propres estimations. « Les chiffres que nous entendons se situent entre 60 et 75 », a-t-il dit.

Les recherches se sont poursuivies vendredi, les garde-côtes américains parcourant les eaux libres au nord-ouest de Porto Rico par bateau, avion et hélicoptère.

Les efforts de sauvetage ont commencé jeudi après qu’un hélicoptère des douanes et de la protection des frontières américaines ait vu des personnes s’accrocher au bateau chaviré, a déclaré le porte-parole des garde-côtes américains Ricardo Castrodad, ajoutant que les équipes ont travaillé toute la nuit.

« Nous cherchons toujours la possibilité de trouver des survivants », a-t-il ajouté.

Les autorités ont diffusé des images montrant des migrants s’accrochant désespérément au bateau en eaux libres dans l’attente des secours. Une fois à terre, les migrants ont été escortés le long d’une jetée, dont au moins un ne portait que des sous-vêtements. Certains ont été transportés dans des ambulances, et huit Haïtiens étaient toujours hospitalisés vendredi.

Les voyages à bord d’embarcations rudimentaires, appelées yolas, qui, selon Garrett, ne sont souvent équipées que de petits moteurs pour éviter d’être détectées, sont depuis longtemps le moyen le plus économique pour les migrants de fuir leur pays, malgré les avertissements constants sur le danger. Les petits moteurs impliquent un voyage plus long, ce qui le rend plus dangereux.

Il a déclaré que 30 à 40 migrants se trouvent habituellement sur les bateaux, mais les personnes à bord ont dit que près de deux fois ce nombre se trouvait sur celui-ci.

Samedi dernier, 68 migrants ont été secourus dans le passage de Mona, et une femme, probablement originaire d’Haïti, est décédée. Le 7 mai, le service des douanes et de la protection des frontières a arrêté 60 migrants haïtiens qui, selon l’agence, étaient passés en fraude par le sud-ouest de Porto Rico. Le 4 mai, 59 autres migrants haïtiens ont été arrêtés dans le nord-ouest de Porto Rico. Fin mars, les autorités ont déclaré avoir détenu plus de 120 migrants dans trois incidents distincts de trafic maritime.

D’octobre 2021 à mars, 571 Haïtiens et 252 personnes originaires de la République dominicaine ont été arrêtés dans les eaux entourant Porto Rico et les îles Vierges américaines, selon le service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis. Parmi les Haïtiens, 348 ont débarqué sur l’île inhabitée de Mona, à Porto Rico, et ont été secourus.

Tom Homan, qui a été directeur par intérim du service de l’immigration et des douanes des États-Unis pendant une grande partie de l’administration Trump, a déclaré que les migrants dans le dernier incident peuvent s’être perdus, ce qui les a éloignés du continent américain, ou ils peuvent avoir essayé d’atteindre Porto Rico, un territoire américain où ils peuvent tenter de demander l’asile. Les deux scénarios sont courants.

Il est inhabituel d’avoir autant de femmes à bord, a-t-il ajouté, faisant référence aux 11 personnes décédées.

« Ces migrants remettent leur vie entre les mains de personnes qui ne les considèrent pas comme des êtres humains », a déclaré M. Garrett. « Ils les considèrent comme des marchandises à échanger et à monnayer. »

Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national haïtien de défense des droits de l’homme, a déclaré qu’il s’attendait à ce que les voyages se poursuivent malgré les avertissements continus sur le danger.

« Il est plus risqué pour les Haïtiens de rester en Haïti que d’essayer de quitter le pays pour avoir une vie meilleure« , a-t-il déclaré.

Selon un rapport des Nations unies, les enlèvements dans ce pays de plus de 11 millions d’habitants ont augmenté de 180 % et les homicides de 17 % au cours de l’année écoulée. Des dizaines de personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées ces dernières semaines dans le cadre de nouveaux affrontements entre des gangs qui se disputent des territoires et dont le pouvoir s’accroît depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse, le 7 juillet. Les Nations unies ont déclaré la semaine dernière que des civils étaient brûlés vifs et que des enfants de 10 ans seulement étaient victimes de viols collectifs.

source:Fatal boat trip highlights Haitians fleeing violence (https_apnews.com)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.