Un mémo déclassifié du FBI « confirme » un lien direct entre le gouvernement saoudien et les attentats de 9/11

0
921

« La triste vérité, c’est qu’en raison de questions géopolitiques, notamment le pétrole, nous ne pourrons jamais poursuivre les Saoudiens ou leur demander des comptes« , a déclaré Rossini, l’ancien agent du FBI.

Le Président Biden a décidé de déclassifier davantage de documents relatifs au 11 septembre – une étape indispensable vers une plus grande transparence.

à lire également : Memorandum for the Record (MFR) of the Interview of Omar Al-Bayoumi of the Saudi Arabia Conducted by Team 1A, from the folder Staff Delegation International Trip, Tab 1
https://catalog.archives.gov/id/2610791

Samedi 7 mai 2022 ((rezonodwes.com))–De nombreux Saoudiens ont été impliqués dans les attentats terroristes du 11 septembre 2001, et la question de savoir si le gouvernement saoudien a eu une quelconque implication est débattue.

Les présidents américains successifs ont cité le rapport de la commission dans des déclarations officielles comme preuve que « l’Arabie saoudite n’avait rien à voir avec ce crime terrible« . Cependant, de nouveaux documents déclassifiés du FBI suggèrent qu’Omar al-Bayoumi était payé par les services de renseignement saoudiens. Bayoumi a rencontré deux des pirates de l’air du 11 septembre avant l’attaque.

Les informations déclassifiées par le gouvernement britannique comprennent également des vidéos montrant Bayoumi en train de se filmer, lui et son entourage, pendant son séjour à San Diego. L’une d’elles le montre en train d’embrasser Anwar al-Awlaki, un imam local de l’époque qui avait des liens avec Al-Qaïda. Comme Bayoumi, Awlaki était proche des pirates de l’air. En 2011, il a été tué par un drone américain au Yémen. Une deuxième vidéo montre Khalid al-Mihdhar, l’un des deux pirates de l’air de San Diego, dans la cuisine de l’appartement que Bayoumi l’a aidé à louer.

La publication de ces nouveaux documents intervient à un moment peu propice pour l’administration Biden. Les États-Unis veulent du pétrole bon marché, le maintien des droits des bases militaires et la relance de l’accord nucléaire avec l’Iran.

L’Arabie saoudite veut mettre fin à toute discussion sur le meurtre de Jamal Khashoggi commandité par l’État et avoir les coudées franches pour poursuivre sa guerre brutale par procuration au Yémen. La dernière chose que souhaitent les deux pays est un nouveau débat sur le rôle des Saoudiens dans les attentats du 11 septembre 2001.

« La triste vérité, c’est qu’en raison de questions géopolitiques, notamment le pétrole, nous ne pourrons jamais poursuivre les Saoudiens ou leur demander des comptes », a déclaré Rossini, l’ancien agent du FBI.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.