13 juin 2024
Mexique – Trop longtemps exploité par des firmes espagnoles, le Président Lopez Obrador envisage de « mettre en pause » ses relations avec l’Espagne
Actualités Corruption Diplomatie Société

Mexique – Trop longtemps exploité par des firmes espagnoles, le Président Lopez Obrador envisage de « mettre en pause » ses relations avec l’Espagne

Lopez Obrador : « Nous allons nous donner le temps de nous respecter mutuellement et de ne pas être considérés comme une terre de conquête », une république bananière comme Haiti.

Mercredi 9 février 2022 ((rezonodwes.com))–

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a fait allusion mercredi à une « rupture » diplomatique avec l’Espagne en raison du comportement prédateur passé des entreprises espagnoles.

M. Lopez Obrador a déclaré que la relation n’était « pas bonne » et que la mise en veilleuse de la communication diplomatique serait dans l’intérêt des peuples espagnol et mexicain.

« Nous avons besoin d’une pause dans la relation parce qu’il y a eu une collusion en haut, une promiscuité économico-politique au sommet des gouvernements du Mexique et de l’Espagne, pendant trois mandats de six ans consécutifs, et le Mexique a pris le pire. Ils nous ont pillés », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse aux côtés d’Octavio Romero Oropeza, directeur de la compagnie pétrolière publique mexicaine Pemex.

Les administrations précédentes du Mexique ont qualifié les investissements privés espagnols de « seconde conquête ».

Des entreprises privées telles qu’Iberdrola et Repsol ont pillé le Mexique avec l’aide des prédécesseurs de Lopez Obrador et du gouvernement espagnol.

Lopez Obrador a rappelé la longue histoire des relations du pays avec les entreprises espagnoles, notamment dans le secteur de l’énergie.

Oropeza a expliqué que c’était le cas de Repsol, qui a été préférée à Pemex pour l’extraction du gaz.

« Pemex leur a payé des prix très élevés, ils leur ont tout payé », a déclaré Lopez Obrador, ajoutant que la surexploitation de puits à faible contenu était une excuse pour recevoir des bénéfices.

Oropeza a également déclaré que Pemex a acquis 51% des actions pour sauver Astilleros Barrera en Espagne en 2013, mettant en faillite des chantiers qui ont ensuite été vendus parce qu’ils ont été jugés non rentables.

Emilio Lozoya, qui attend actuellement d’être jugé pour des accusations de pots-de-vin et de corruption, dont celles liées à Astilleros Barrera, était à la tête de Pemex lorsque le sauvetage controversé a eu lieu.

« Nous allons nous donner le temps de nous respecter mutuellement et de ne pas être considérés comme une terre de conquête », a déclaré Lopez Obrador. « En d’autres termes, nous voulons effectivement avoir de bonnes relations avec tous les gouvernements, avec tous les peuples du monde, mais nous ne voulons pas qu’ils nous volent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.