Vatican – La démission de l’Archevêque de Paris acceptée par le Pape, après la révélation de sa relation avec une femme

0
1126

Le prélat avait présenté sa démission à la suite de la révélation d’une relation avec une femme

Vatican News

Jeudi 2 décembre 2021 ((rezonodwes.com))–

Nommé archevêque de Paris depuis 2017, Mgr Michel Aupetit était mis en cause pour sa gouvernance et pour des problèmes relevant de sa vie privée.

Le Pape François a accepté la renonciation au gouvernement pastoral de l’archidiocèse de Paris, présentée par Mgr Michel Aupetit. Il a nommé Mgr Georges Pontier comme administrateur apostolique sede vacante et ad nutum Sanctæ de ce diocèse. L’archevêque émérite de Marseille, qui fut président de la Conférence des évêques de France de 2013 à 2019, était déjà sorti de sa retraite pour assurer l’intérim dans la conduite du diocèse d’Avignon entre la démission de Mgr Cattenoz et l’entrée en fonction de Mgr Fonlupt.

Des difficultés de gouvernance

Cette annonce intervient après plusieurs jours de crise. Tout avait commencé par la publication mardi 23 novembre d’un long article sur la gestion du diocèse de Paris par Mgr Aupetit et sur certains aspects de sa vie privée dans le passé dans l’hebdomadaire français Le Point. L’archevêque de la capitale française y est mis en cause pour son «autoritarisme» et sa «brutalité» dans ses relations humaines. Une ancienne histoire personnelle y est également évoquée, celle d’un courrier électronique laissant entendre que Mgr Aupetit, alors vicaire général du diocèse de Paris, aurait eu une relation avec une femme. L’article crée un malaise au sein de l’Église parisienne et pousse Mgr Aupetit à remettre sa charge entre les mains du Saint-Père.

Face au malaise suscité par cette affaire et dans un souci d’apporter sa version des faits, Mgr Aupetit avait fait une déclaration vendredi soir sur les ondes de Radio Notre-Dame, la radio diocésaine de la capitale. Il déclarait être «profondément désolé du trouble grave des fidèles» à cause de cet article du Point «si virulent» à son égard. «J’avoue que moi-même j’ai eu un choc en le lisant et je me suis demandé s’il y avait réellement autant de personnes qui souhaitaient mon départ», avait-il confié, en remerciant tous ceux qui l’ont soutenu ces derniers jours.

Il avait répondu ensuite aux mises en cause de la presse. Sur les questions de gouvernance, il avait reconnu à l’antenne de Radio Notre-Dame que «des frustrations» et des «amertumes» peuvent naître de décisions qui ne sont jamais prises seul, assure-t-il. «Lorsqu’une décision est prise en commun, il convient que je l’assume et que j’en revête la responsabilité; ce qui bien sûr, concentre sur moi les possibles rancœurs».

Sur sa vie privée, ensuite, en l’occurrence «une relation intime» qu’il aurait entretenue quand il était prêtre il y a dix ans, il expose sa version des faits. Le Point parle au conditionnel d’un message envoyé par erreur par Mgr Aupetit en 2012 à sa secrétaire mais destiné à une femme et dont la teneur ne laisse aucune équivoque sur la nature de leur relation. Comme déjà précisé à l’hebdomadaire, Mgr Aupetit explique qu’il était en fait le destinataire du courriel, envoyé à une adresse partagée avec sa secrétaire.

Ce message avait ressurgi en 2020 et les proches collaborateurs de l’archevêque en avaient alors pris connaissance, selon l’article du Point qui avait établi un lien entre ce fait et le départ des deux vicaires généraux du diocèse en décembre 2020 et mars 2021. 

«Ceux qui me connaissaient alors et qui partageaient mon quotidien pourraient certainement témoigner que je n’entretenais pas une double vie comme le suggère l’article» avait-il affirmé à Radio Notre-Dame. «Je reconnais, comme je l’ai déjà dit, avoir mal géré la situation avec une personne qui se manifestait à de nombreuses reprises près de moi. Cette erreur je l’ai confiée à mon accompagnateur spirituel et l’autorité ecclésiastique a été mise au courant», affirmait-il dans cette déclaration, concluant remettre sa vie «dans les mains du Seigneur»«Puisse-t-Il me permettre de le servir chaque jour dans mes frères».

Ordonné prêtre en 1995 après avoir exercé comme médecin généraliste de 1979 à 1990, Michel Aupetit avait été nommé évêque auxiliaire de Paris par Benoît XVI en 2013. Un an plus tard, il était devenu l’évêque du diocèse de Nanterre, avant d’être nommé archevêque de la capitale français le 7 décembre 2017, succédant au cardinal André Vingt-Trois.

Déclaration de Mgr Aupetit

Désormais archevêque émérite de Paris, Mgr Michel Aupetit a diffusé cette déclaration après l’annonce de sa démission:

« Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris.
Que le Nom du Seigneur soit béni ! »

Cette phrase de Job m’habite, au moment où je reçois cette acceptation de la remise de ma charge de la part du Saint Père. Les événements douloureux de la semaine passée, sur lesquels je me suis déjà exprimé, m’avaient amené à remettre ma mission dans les mains du Pape François pour préserver le diocèse de la division que provoquent toujours la suspicion et la perte de confiance.

J’ai reçu cette lourde charge du diocèse de Paris en essayant de m’en acquitter avec ferveur et dévouement. Je rends grâce à Dieu, qui m’a fait depuis toujours le don d’un regard bienveillant sur mes semblables et d’amour des personnes, qui m’avait conduit dans un premier temps à l’exercice de la médecine. Prendre soin est quelque chose de profondément ancré en moi et les difficultés relationnelles entre les hommes ne l’entament pas.

Je suis heureux d’avoir servi ce diocèse avec des équipes magnifiques, clercs, laïcs, consacrés, totalement dévoués au service du Christ, de l’Église et de leurs frères. Il y a trop de personnes à remercier pour que j’en fasse une liste exhaustive.

Le jour de mon entrée au séminaire, j’ignorais totalement où cela allait m’entraîner, mais la confiance en Jésus-Christ qui m’habitait alors, continue de me rendre totalement disponible, pour le suivre où il voudra.

J’ai, bien sûr, été fortement troublé par les attaques dont j’ai été l’objet. Aujourd’hui, je rends grâce à Dieu d’avoir le cœur profondément en paix. Je remercie les très nombreuses personnes qui m’ont manifesté leur confiance et leur affection depuis ces huit jours. Je prie pour ceux qui, peut-être, m’ont souhaité du mal comme le Christ nous a appris à le faire, lui qui nous aide bien au-delà de nos pauvres forces. Je demande pardon à ceux que j’aurais pu blesser et vous assure tous de mon amitié profonde et de ma prière, qui vous seront toujours acquises.

Le diocèse de Paris est habité d’un profond dynamisme. Il est en route pour une nouvelle façon de vivre la fraternité à partir de notre baptême commun, dans une synodalité sans posture entre les différents états de vie. J’ai une totale confiance dans ce qui a été initié avec les vicaires généraux et les différents conseils qui m’entourent. Cet élan ne retombera pas et je demande à tous d’œuvrer pour que s’accomplisse, dans le souffle du Saint Esprit, ce qui a été commencé.

Je vous reste totalement uni et marche avec vous vers l’accomplissement du Salut.

Je ne peux que redire le message de ma toute première homélie: «Ne regardez pas l’archevêque, regardez le Christ!».

Michel Aupetit

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.