Jamaïque|Affaire Jovenel – Echec de la diplomatie haïtienne : le mercenaire colombien Palacios sera renvoyé dans son pays natal

0
3062

L’absence de traité d’extradition empêche la Jamaïque de remettre un ancien militaire suspect dans l’assassinat de Jovenel Moise à Haïti, pourtant le faux nationaliste Claude Joseph, a tweeté fièrement le 26 octobre dernier : « J’ai échangé avec mon homologue @kaminajsmith de la Jamaïque sur l’arrestation du principal suspect dans l’assassinat du Président Moïse. Nous avons abordé les principaux mécanismes relatifs à son transfert vers Haïti pour être à la disposition de la justice« .

Deux jours, après son tweet, Claude Joseph envoie une requête à la Jamaïque, alors que Palacios s’y trouvait depuis le 15 octobre. Eske mounn ki di yo vle jistis pou Jovenel Moise se pa nan betiz yap pase tout mounn pou yo pran woulib pou yo vinn kandida ?

The Chancellery hereby formally reiterates its request to the Jamaican Commonwealth Government that Mr Palacios Palacios be transferred to Haiti and be made available to the Haitian judicial authorities leading the investigation,” read the October 28 letterinter alia, referring to the probe into Moise’s assassination.

Mardi 16 novembre 2021 ((rezonodwes.com))–La Jamaïque est de plus en train d’appliquer l’expulsion vers son pays d’origine, ordonnée par la justice, de l’ex-officier de l’armée colombienne, le mercenaire Mario Antonio Palacios Palacios, un suspect clé, révèle-t-on, dans l’assassinat du président Jovenel Moise, en juillet dernier.

La décision du tribunal jamaïcain de ne pas renvoyer Palacios vers Port-au-Prince d’où il venait directement, intervient malgré une demande du ministre de facto des Affaires Etrangères, Claude Joseph, lors d’une rencontre informelle à Rome, avec la Chancelière jamaïcaine, Kamina Smith.

Jusqu’en fin de semaine dernière, Palacios était détenu par la police, près d’un mois après avoir été condamné à une amende de 8 000 dollars ou à cinq jours de prison par un juge du Tribunal qui a également ordonné son expulsion pour entrée illégale sur l’île de la Jamaïque.

Les procédures de ce qui devait être une expulsion de routine ont toutefois été annulées lorsqu’il est apparu que le ressortissant colombien a fait l’objet d’une notice rouge émise par l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), avaient alors indiqué des sources à Jamaica Gleaner.

Mais le commissaire adjoint de la police jamaïcaine, Fitz Bailey, a confirmé jeudi dernier que le « processus administratif » entourant l’expulsion de Palacios vers la Colombie était en cours.

Ce processus comprend l’obtention de documents de voyage et d’autres documents officiels pour l’ancien officier de l’armée colombienne, a expliqué Bailey.

« Cette procédure est en cours », a-t-il déclaré.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.