Des milliers d’Haïtiens se rendent dans le centre de Tapachula au Mexique pour régulariser leur situation

0
902

De nombreux migrants vendent des appareils électroniques, des téléphones portables, des chaussures, de la nourriture, de l’eau, et ont installé des points de vente à l’extérieur de leurs maisons

Samedi 13 novembre 2021 ((rezonodwes.com))–

Tapachula, Chiapas ; 13 novembre 2021 – Le journal mexicain Noticias de Chiapas a rapporté samedi que « le centre de la ville de Chiapas est devenu une grande ruche de migrants haïtiens, qui depuis plus de deux mois sont arrivés en masse dans cette ville« .

Selon la Commission mexicaine d’aide aux réfugiés (COMAR), 37 849 personnes, des haïtiens en majorité, ont demandé le statut de réfugié au Chiapas.

Auparavant, Tapachula accueillait des milliers de migrants haïtiens, qui ont décidé de se rendre à la frontière Mexico-américaine jusqu’à la ville d’Acuña, où ils sont restés sous un pont pendant des jours. Les premiers à passer aux États-Unis ont été immédiatement expulsés vers Port-au-Prince, en Haïti, au milieu d’un chaos généré par des gangs à la solde des jovenelistes et le régime du Dr. Ariel Henry et alliés SDP, Fusion démocratique et autres franges de l’ancienne opposition.

Cependant, la migration de milliers de familles haïtiennes vers le sud du Mexique n’a pas cessé. A Tapachula, a poursuivi Noticias de Chiapas, « on peut voir des centaines de migrants dans le centre de la ville, qui depuis plusieurs semaines font du commerce informel pour subvenir à leurs besoins, alors que les autorités les font attendre pour obtenir leurs documents« .

Ce groupe d’Haïtiens, qui compte environ 40 000 personnes, dont des enfants, des femmes enceintes et des hommes, a pris rendez-vous avec la COMAR à proximité du stade de café, et pourrait rester à Tapachula pendant au moins six mois en attendant une résolution des autorités mexicaines.

D’autres groupes de migrants pourraient être en train de se préparer à rassembler leurs bagages et leurs affaires pour partir avec la caravane de migrants convoquée pour le 18 novembre vers Mexico City.

Les migrants haïtiens ont à nouveau investi le parc central Miguel Hidalgo, de las etnias et Benito Juárez. Ils ont maintenant acheté des brouettes, des clous, du carton et ont utilisé le terrain pour vendre leur marchandise informelle qu’ils utilisent pour attendre leurs documents.

De nombreux migrants vendent des appareils électroniques, des téléphones portables, des chaussures, de la nourriture, de l’eau, et ont installé des points de vente à l’extérieur de leurs maisons.

D’autres ont opté pour la location des lieux pour vendre des fruits et des légumes, un commerce qui se fait entre les migrants eux-mêmes.

Malgré les opérations des inspecteurs des services publics, les ventes sont effectuées pour subsister, car beaucoup d’entre eux n’ont pas pu remplir leurs papiers auprès de la COMAR, ce qui leur permettrait d’accéder aux programmes fédéraux où des milliers de migrants attendent de pouvoir entrer dans le pays.

Après le départ des migrants haïtiens et centraméricains, il y a eu quelques jours où la paix et la tranquillité ont été maintenues, a souligné le journal, les communautés et même les ejidos où les maisons sont moins chères parce qu’en ville leur prix a triplé ou il y a même ceux qui refusent de louer des logements aux étrangers.

source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.