Haiti|PresidentGate : Deux hypothèses sur le rôle des ex-militaires colombiens dans l’assassinat de Jovenel Moïse. Les colombiens allaient gagner US$ 2 700/mois

0
3978

Attention Claude Joseph et Léon Charles, vous devriez également vous mettre à la disposition de la Justice car la question qui se pose actuellement en Colombie : « s’il s’agissait de ces colombiens arrêtés par la police, pourquoi n’ont-ils pas quitté Port-au-Prince après avoir assassiné le président Jovenel Moise ?

Juge Bedford Claude :« s’ils sont responsables de la sécurité du président, où étaient-ils, qu’ont-ils fait pour empêcher que cela ne se produise ? »

Samedi 10 juillet 2021 ((rezonodwes.com))–Deux versions totalement différentes de la participation d’ex-militaires colombiens à l’assassinat de l’ex-président Jovenel Moïse font l’objet d’une enquête des autorités d’Haiti, qui bénéficient depuis vendredi soir du soutien des meilleurs agents de renseignement colombiens. Toutefois, Léon Charles qui avait annoncé un faux coup d’Etat, le 7 février dernier, ne jouit d’aucune crédibilité au sein de la société haitienne jusqu’à être traité récemment de « fieffé menteur » par le sénateur Steven Benoit.

Bien qu’il ait été initialement affirmé que le groupe faisait partie de l’attaque brutale qui a coûté la vie au président Moise, d’autres preuves suggèrent qu’ils sont arrivés sur les lieux du crime après les faits et qu’ils auraient été engagés avec l’offre de renforcer la sécurité d’une personnalité d’Haïti.

Steven Benoit, un ancien sénateur de l’opposition, a déclaré vendredi à l’antenne d’une station de radiodiffusion de la Capitale « ce ne sont pas les Colombiens, mais la propre sécurité du président qui l’a assassiné« .

M. Benoit a ajouté que « les ex-militaires étaient victimes d’un piège et qu’ils étaient arrivés en Haïti dans le cadre d’un comité d’experts en sécurité pour protéger le président, qui se méfiait des intentions de ses ennemis« .

Outre ces déclarations, le procureur de Port-au-Prince, Bedford Claude, s’était déjà interrogé : « Je n’ai constaté aucune victime de la police, seulement le président et sa femme » se demandant « s’ils sont responsables de la sécurité du président, où étaient-ils, qu’ont-ils fait pour empêcher que cela ne se produise ? »

Des sources consultées par EL TIEMPO ont assuré que plusieurs pistes d’enquête se dessinent sur la présence du groupe d’ex-militaires colombiens et qu’ils cherchent à avoir accès au matériel visuel de l’attaque afin de clarifier leur participation à l’incident.

Selon les sources, ce sont trois militaires à la retraite – du même groupe que celui qui est mort en Haïti – qui, il y a deux mois, ont commencé à appeler et à proposer à d’autres anciens hommes en uniforme une opportunité d’emploi.

« L’objectif était d’assurer la sécurité de divers dignitaires sur l’île, en raison de la situation publique et politique tendue. Ils étaient en probation pendant trois mois, avec un paiement mensuel de 2 700 dollars. S’ils réussissent le test, ils obtiendront un contrat de cinq ans« , ont déclaré des sources officielles à ce journal.

Lorsqu’ils sont arrivés à Port-au-Prince, ils ont été installés dans plusieurs maisons du même secteur et ont commencé à être reconditionnés au maniement des armes et à la condition physique, avec un entraînement militaire, ont-ils dit.

L’hypothèse selon laquelle les anciens militaires auraient pu être trompés, découle de plusieurs questions soulevées par les experts en la matière. La principale : pourquoi n’ont-ils pas quitté Port-au-Prince après avoir assassiné le président ?

source : Efe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.