Iran|Crimes contre l’humanité – Amnesty International appelle à l’ouverture d’une enquête contre le président iranien élu

0
1257

En Haïti, Jovenel Moise devrait un jour faire face à la justice internationale pour les nombreux massacres perpétrés par les gangs G9 qu’il a lui-même constitués en fédération. Jimmy Cherizier – Barbecue – qui serait activement recherché par la police, a été vu pour la dernière fois à l’intérieur de « Marché Ti Tony », ordonnant le pillage des lieux. De très belles images projetées pour encourager des élections-sélections en Haïti en 2021 ! Amnesty International doit aussi placer son mot sur la situation catastrophique d’Haïti.

Samedi 19 juin 2021 ((rezonodwes.com))–Amnesty International a appelé samedi à l’ouverture d’une enquête contre le vainqueur de l’élection présidentielle iranienne, Ebrahim Raïssi, pour « crimes contre l’humanité« .

C’est ce qui ressort du communiqué de la secrétaire générale de l’organisation, Agnès Callamard, alors qu’il n’y a eu aucun commentaire immédiat du président ou des autorités iraniennes à ce sujet. Néanmoins, Téhéran dément généralement de telles accusations.

Plus tôt dans la journée du samedi, la commission électorale iranienne a annoncé la victoire de Raïssi avec 17 800 000 voix sur 28 600 000 de bulletins dépouillés, selon les résultats partiels officiels.

« L’ascension d’Ebrahim Raïssi à la présidence au lieu d’ouvrir une enquête à son encontre pour crimes contre l’humanité, dont notamment le meurtre, la disparition forcée et la torture, est un sombre rappel que l’impunité prévaut toujours en Iran », a déclaré Callamard.

Le communiqué indique qu’Amnesty International a documenté en 2018 que « Raïssi qui était membre de la (Commission de la mort), qui a fait disparaître de force et exécuté secrètement extrajudiciairement des milliers d’opposants politiques dans les prisons d’Evin et de Gohardasht, près de la capitale, Téhéran, en 1988 ».

« Raïssi a mené une répression croissante des droits de l’homme, dont l’arrestation de centaines d’opposants pacifiques, de défenseurs des droits de l’homme et de membres de minorités arbitrairement persécutées, en sa qualité de chef du système judiciaire iranien », a-t-elle ajouté.

La même source a appelé à « une enquête contre Raïssi pour son implication dans des crimes passés et en cours au regard du droit international ».

L’actuel président Hassan Rouhani devrait céder son poste au président élu Raïssi, chef du pouvoir judiciaire du pays, après 45 jours, selon ce qui a été communiqué peu après l’annonce des résultats.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.