NEHRO | Kenya’s police deployment to Haiti and the bogus claim of « reciprocity », knowingly and willfully promoted by Ariel Henry, William Ruto, and others, in flagrant violation of the National Police Service Act

0
326

NEHRO | Kenya’s police deployment to Haiti and the spurious claim of « reciprocity », knowingly and willfully promoted by Ariel Henry, William Ruto, and others, in flagrant violation of the National Police Service Act.

Kenya is one of the world’s most corrupted countries. In 2017, Kenya ranked 143 out of 180 countries on Transparency International’s (TI) corruption index. High corruption levels permeating every sector of Kenya’s economy and politics is hindering development and endangering democracy.

The New England Human Rights Organization (NEHRO) reaffirms its commitment to promoting human rights wherever violations might occur. Therefore, the organization adopts a holistic approach to human rights, encompassing the right to life and liberty; freedom from slavery and torture; freedom of opinion and expression; as well as the right to work and education, to name a few. According to the United Nations, « everyone is entitled to these rights, without discrimination. »

On January 26, 2024, Kenya’s High Court Judge Enock Chacha Mwita ruled that « any decision by any state organ or state officer to deploy police officers to Haiti… contravenes the constitution and the law and is therefore unconstitutional, illegal, and invalid. » In response, this piece seeks to decipher the associated legal, political, and strategic implications. Arguments will be duly supported by relevant Haitian and Kenyan legal references. It is essential to acknowledge that Kenya’s ill-conceived plan was publicly backed by the United Nations, with multiple foreign trips featuring high-ranking U.S. officials such as Mr. Antony Blinken (U.S. Secretary of State/Minister of Foreign Affairs) and Mr. Lloyd Austin (U.S. Defense Secretary): the failure is colossal, with far-reaching foreign policy implications.

In fact, over the past few months, a group of human rights lawyers from Kenya and Haiti have worked tirelessly to block the deployment of 1,000 Kenyan police officers to Haiti, claiming that such action, under the current conditions, violates both Haitian and Kenyan laws governing the matter.

Under the heavy clouds of corruption looming over their heads, Mr. William Ruto (President of Kenya) and Mr. Ariel Henry (Haiti’s contested Prime Minister) have turned to collective denial, even after being warned by the High Court’s ruling on and about the date of January 26, 2024. The denial went so far as to launch a vicious campaign aimed at promoting the approved imaginary and deceitful « reciprocity arrangement » debunked herein: yet another failure within the failure.

As Mr. Biden, Mr. Austin, Mr. Blinken, Mr. Guterres, Mr. Ruto, and Mr. Henry certainly know, there are no legal (not even humanitarian) grounds to claim the bogus reciprocity arrangement being promoted, in violation of Kenya’s National Police Service Act. In addition, UN Resolution 2699’s specific call for a very familiar year-by-year, ad vitam æternam renewal commitment kills any attempt to claim temporary emergency deployment (see Articles 108 & 109 of the Act governing the matter).

Indeed, Articles 107, 108, and 109 of Kenya’s National Police Service Act are clear, going so far as to define the term « reciprocating country, » effectively disqualifying and dismissing Mr. Henry and his country (Haiti) ipso facto.

Thus, following a thorough analysis of Kenyan and Haitian laws, the conclusion is unambiguous:

  1. Haiti does not meet Kenya’s legal requirements to be granted “reciprocating country” status.
  2. Contrary to the misleading propaganda launched by Mr. Henry (Haiti) and Mr. Ruto (Kenya), the High Court’s decision neither authorized nor recommended the deployment of Kenyan forces to Haiti under their imaginary reciprocity claims.
  3. The High Court’s decision expressly and solely establishes the constitutionality of Kenyan police officers’ deployment abroad, in general terms. It did not provide specific “advice” and “recommendation” to Mr. Ruto, Mr. Henry et al.

The High Court’s reference to “reciprocating country,” stipulated in articles 107, 108, and 109, should serve as a stark warning against corruption, compelling Mr. Ruto et al., to:

  • Comply with Articles 8-1, 263-1, 138, 1396 and 140 of the Haitian constitution.
  • Comply with the legal authority of the Inspector General, as opposed to his reliance on his handpicked Kenya’s National Security Council (an illegal/unconstitutional choice).
  • Declare his formal bilateral alliance with the controversial Haitian strongman Ariel Henry (as opposed to an international assistance mission), in Kenya’s official journal (Gazette) – a personal engagement with heavy legal and political consequences for Mr. Ruto and his allies in the upcoming elections.

With specific regard to Haiti, the burden falls on Mr. Biden, Mr. Henry, Mr. Ruto, Mr. Austin, and Mr. Guterres to demonstrate how the Republic of Haiti, under the reign of Ariel Henry, meets the criteria set out in the core articles 107, 108 and 109, as cited in the High court’s ruling against an illegal and unconstitutional attempt to deploy 1000 Kenyan police officers to Haiti.

Case in point, pressed by the U.S. Congress to show his plan B, following a catastrophic and collective defeat before Nairobi’s High court on January 26, 2024, Mr. Biden, a trained lawyer, was unable to provide any reasonable answer. Among other outstanding questions, the American public and the world are still waiting for the release of Jovel Moise’s report: a sitting president, assassinated under his watch and within his sphere of influence in Haiti.  Preliminary findings suggest that the Haitian people will not rest until Mr. Biden makes the right call.

In fact, Mr. Biden’s current ambiguous standing on the “reciprocity arrangement”, only hours before Haiti’s February 7th deadline, is frankly and dangerously disturbing, for the following reasons:

1.  According to Kenyan law:

Article 107 of the Act does not apply in any way to Haiti’s current situation, given the unsatisfactory stipulations of articles 8.1 and 263.1 of the Haitian Constitution. Thus, according to Haitian law, articles 8.1 and 263.1 of the Haitian Constitution formally prohibit the deployment of Kenyan police officers on Haitian soil, under the current conditions: Article 8.1 stipulates: « The territory of the Republic of Haiti is inviolable and may not be alienated in whole or in part by any Treaty or Convention » and Article 263.1 accordingly confirms that « No other Armed Corps may exist in the Territory National« .

2.   According to Kenyan law:

Article 108 of the Act does not apply in any way to the situation in Haiti, in that Haitian police officers are decried and reviled in Kenya. In addition, the Kenyan population already rejects any attempt by M. Ruto to place the Kenyan forces under the command of Haitian authorities (e.g., Director General of the Haitian national police). Furthermore, Kenyan civil society categorically rejects the presence of Haitian police on  its  territory, over the assassination plot against Jovenel Moise tainted by police complicity at the highest level, according to preliminary findings of a criminal investigation underway.

Traduction en français

NEHRO | Déploiement de la police kényane en Haïti et allégation trompeuse de « réciprocité », délibérément et sciemment promue par Ariel Henry, William Ruto et d’autres, constituant une violation flagrante de la Loi sur la Police Nationale.

Déploiement de la police kényane en Haïti : Une prétendue « réciprocité » dénoncée

La prétendue « réciprocité », activement promue par Ariel Henry, William Ruto et d’autres, en flagrante violation de la Loi sur les services de police nationaux, est au cœur du déploiement de la police kényane en Haïti.

L’Organisation des droits de l’homme New England Humans Rights Organization (NEHRO) réaffirme son engagement envers la promotion des droits de l’homme partout où des violations pourraient se produire. L’organisation adopte une approche holistique des droits de l’homme, englobant le droit à la vie et à la liberté, la liberté contre l’esclavage et la torture, la liberté d’opinion et d’expression, ainsi que le droit au travail et à l’éducation, pour n’en citer que quelques-uns. Selon les Nations Unies, « tout le monde a droit à ces droits, sans discrimination ».

Le juge de la Haute Cour du Kenya, Enock Chacha Mwita, a statué le 26 janvier 2024 que « toute décision de tout organe d’État ou fonctionnaire d’État de déployer des policiers en Haïti… viole la constitution et la loi et est donc anticonstitutionnelle, illégale et invalide ». En réponse, cet article cherche à décrypter les implications légales, politiques et stratégiques associées. Bien sûr, les arguments seront étayés par les références légales pertinentes en Haïti et au Kenya. Il est important de noter que le plan mal conçu du Kenya a été publiquement soutenu par les Nations Unies, avec la participation de hauts fonctionnaires américains tels que M. Antony Blinken (secrétaire d’État américain/ ministre des Affaires étrangères) et M. Lloyd Austin (secrétaire à la Défense américain) : l’échec est colossal, avec des implications profondes en matière de politique étrangère.

En fait, au cours des derniers mois, un groupe d’avocats des droits de l’homme du Kenya et d’Haïti a travaillé sans relâche pour bloquer le déploiement de 1 000 policiers kényans en Haïti, affirmant que cette action, dans les conditions actuelles, viole les lois haïtiennes et kényanes régissant la question.

Sous de lourds nuages de corruption planant au-dessus de leurs têtes, M. William Ruto (président du Kenya) et M. Ariel Henry (Premier ministre contesté d’Haïti) ont opté pour le déni collectif, même après avoir été avertis par la décision de la Haute Cour du 26 janvier 2024. Le déni est allé jusqu’à lancer une campagne vicieuse visant à promouvoir l’imaginaire approuvé et trompeur de la « réciprocité », démystifié ici : un autre échec dans l’échec.

Comme le savent certainement M. Biden, M. Austin, M. Blinken, M. Guterres, M. Ruto et M. Henry, il n’y a aucune base légale (ni même humanitaire) pour revendiquer la prétendue arrangement de « réciprocité » promu en violation de la Loi sur les services de police nationaux du Kenya. De plus, l’appel spécifique de la résolution 2699 de l’ONU en faveur d’un engagement de renouvellement annuel, ad vitam æternam, anéantit toute tentative de revendiquer un déploiement d’urgence temporaire (voir les articles 108 et 109 de la loi régissant la question).

En effet, les articles 107, 108 et 109 de la Loi sur les services de police nationaux du Kenya sont clairs, allant jusqu’à définir le terme « pays réciproque » pour disqualifier efficacement M. Henry et son pays (Haïti) ipso facto.

Ainsi, après une analyse approfondie des lois kényanes et haïtiennes, la conclusion est sans équivoque :

  1. Haïti ne répond pas aux exigences légales du Kenya pour obtenir le statut de « pays réciproque ».
  2. Contrairement à la propagande trompeuse lancée par M. Henry (Haïti) et M. Ruto (Kenya), la décision de la Haute Cour n’a ni autorisé ni recommandé le déploiement des forces kényanes en Haïti, sous leurs revendications imaginaires de réciprocité.
  3. La décision de la Haute Cour établit expressément et uniquement la constitutionnalité du déploiement des policiers kényans à l’étranger, en termes généraux. Elle n’a pas fourni de « conseil » et de « recommandation » spécifiques à M. Ruto, M. Henry, et autres.
  4. La référence de la Haute Cour à « pays réciproque », stipulée dans les articles 107, 108 et 109, devrait servir d’avertissement sévère contre la corruption, obligeant ainsi M. Ruto et autres à : a) Se conformer aux articles 8-1, 263-1, 138, 1396 et 140 de la constitution haïtienne. b) Se conformer à l’autorité légale de l’inspecteur général, plutôt que de s’appuyer sur son choix illégal/inconstitutionnel du Conseil de sécurité nationale du Kenya. c) Déclarer son alliance bilatérale formelle avec le controversé homme fort haïtien Ariel Henry (plutôt qu’une mission d’assistance internationale), dans le journal officiel du Kenya (Gazette) – un engagement personnel aux lourdes conséquences légales et politiques pour M. Ruto et ses alliés lors des prochaines élections.

En ce qui concerne Haïti, la charge incombe à M. Biden, M. Henry, M. Ruto, M. Austin et M. Guterres de démontrer comment la République d’Haïti, sous le règne d’Ariel Henry, satisfait aux critères énoncés dans les articles fondamentaux 107, 108 et 109, tels que cités dans la décision de la Haute Cour contre une tentative illégale et anticonstitutionnelle de déploiement de 1000 policiers kényans en Haïti.

À titre d’exemple, poussé par le Congrès américain à présenter son plan B après une défaite catastrophique et collective devant la Haute Cour de Nairobi le 26 janvier 2024, M. Biden, avocat de formation, n’a pu fournir de réponse raisonnable. Parmi d’autres questions en suspens, le public américain et le monde attendent toujours la publication du rapport de Jovel Moïse : un président en exercice, assassiné sous sa surveillance et dans sa sphère d’influence en Haïti. Les conclusions préliminaires suggèrent que le peuple haïtien ne se reposera pas tant que M. Biden ne prendra pas la bonne décision.

En réalité, la position ambiguë actuelle de M. Biden sur l' »arrangement de réciprocité », à quelques heures de la date limite du 7 février pour Haïti, est franchement et dangereusement troublante, pour les raisons suivantes :

  1. Selon le droit kényan :L’article 107 de la loi ne s’applique en aucun cas à la situation actuelle d’Haïti, compte tenu des stipulations insatisfaisantes des articles 8.1 et 263.1 de la Constitution haïtienne. Ainsi, selon le droit haïtien, les articles 8.1 et 263.1 de la Constitution haïtienne interdisent formellement le déploiement de policiers kényans sur le sol haïtien, dans les conditions actuelles. L’article 8.1 stipule : « Le territoire de la République d’Haïti est inviolable et ne peut être aliéné en tout ou en partie par aucun traité ou convention », et l’article 263.1 confirme en conséquence que « Aucun autre corps armé ne peut exister sur le territoire national ».
  2. Selon le droit kényan :L’article 108 de la loi ne s’applique en aucun cas à la situation en Haïti, car les policiers haïtiens sont décriés et méprisés au Kenya. De plus, la population kényane rejette déjà toute tentative de M. Ruto de placer les forces kényanes sous le commandement des autorités haïtiennes (par exemple, le directeur général de la police nationale haïtienne). De plus, la société civile kényane rejette catégoriquement la présence de la police haïtienne sur son territoire, suite à l’attentat contre Jovenel Moïse entaché de complicité policière au plus haut niveau, selon les conclusions préliminaires d’une enquête criminelle en cours.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.