13 juin 2024
Le Darién : Un obstacle potentiel à l’aventure américaine | Biden envoie des fonctionnaires au Panama pour mettre en œuvre des mesures migratoires
Actualités Migrants Société

Le Darién : Un obstacle potentiel à l’aventure américaine | Biden envoie des fonctionnaires au Panama pour mettre en œuvre des mesures migratoires

Le gouvernement des États-Unis prépare l’envoi de fonctionnaires au Panama dans le but d’appliquer des mesures migratoires et de traiter conjointement les routes migratoires de plus en plus préoccupantes en Amérique centrale. Selon des sources proches de la décision citées par CBS, l’administration de Joe Biden est déterminée à répondre directement à la crise migratoire qui touche les États-Unis en provenance d’Amérique latine.

Les routes migratoires à travers le Panama ont été identifiées comme des points critiques, et le gouvernement américain cherche à mettre en œuvre des actions immédiates pour relever les défis humanitaires et de sécurité associés à ces trajets.

Les Routes de la Migration vers les États-Unis à travers l’Amérique centrale

La route du Darién : Selon les agences des Nations Unies, il s’agit de l’une des routes les plus risquées au monde. Partant de la frontière entre la Colombie et le Panama, elle implique de traverser la jungle du Darién, exposant les migrants à des conditions extrêmes et dangereuses, y compris la violence, la faim et les maladies. Plus de 100 000 personnes migrantes ont franchi le Darién, dont plus de 20 000 enfants et adolescents, selon les données du Service National de Migration du Panama citées par l’Agence de l’ONU pour les Réfugiés (ACNUR) en 2023.

La route du Pacifique : Bien que plus sûre que celle du Darién, elle présente des défis significatifs. S’étendant du nord de la Colombie au Panama, elle exige que les migrants utilisent divers moyens de transport, tels que des bus, des bateaux ou des trains, ainsi que le paiement à des passeurs pour faciliter leur passage aux frontières. Bien que plus longue et coûteuse, cette route reste une option pour de nombreux migrants.

La route aérienne : Moins fréquente, elle se distingue par sa rapidité et sa relative sécurité. Les migrants qui choisissent cette voie achètent des billets d’avion directs de Panama vers les États-Unis. Bien que moins empruntée, cette option est préférée par ceux qui cherchent à éviter les dangers associés aux autres routes.

Émergence d’un consensus croissant aux États-Unis en faveur d’une approche fondamentale pour résoudre la crise migratoire à sa racine.

La mesure du gouvernement américain s’inscrit dans le contexte de l’émergence de voix appelant à résoudre la crise migratoire qui touche le pays. En octobre, la présidente du Caucus Hispano du Congrès, Nanette Barragán, et le président du Caucus Noir du Congrès, Steven Horsford, ont exprimé leur profonde préoccupation quant à la proposition de l’administration Biden de rediriger des fonds critiques d’aide étrangère pour soutenir les programmes de déportation de migrants au Panama.

Le communiqué a exprimé des inquiétudes quant à l’annonce du Département d’État et du Département de la Sécurité intérieure des États-Unis concernant leur intention de réaffecter des fonds essentiels pour aider le gouvernement du Panama dans la déportation de migrants. Les leaders ont souligné les conditions difficiles auxquelles sont confrontés de nombreux migrants au Panama, en particulier ceux en provenance de Venezuela et d’Haïti, fuyant la persécution politique, l’extrême pauvreté et la violence dangereuse.

Les leaders ont salué la décision de l’administration Biden de prolonger et de redéfinir le Statut de Protection Temporaire pour le Venezuela et Haïti, reconnaissant que les conditions actuelles dans les deux pays sont trop dangereuses pour permettre un retour en toute sécurité. Ils ont affirmé que ces considérations devraient être fondamentales pour la politique étrangère en général.

Le Caucus Hispano et le Black Caucus du Congrès ont constamment plaidé en faveur de meilleures protections pour les migrants, mettant en garde contre le soutien aux programmes de déportation de migrants au Panama, affirmant que de telles actions enverraient un message dangereux sur les obligations des pays d’accueil à protéger les migrants et les demandeurs d’asile à leurs frontières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.