Listin Diario | La fermeture des frontières met les puissants maîtres d’Haïti et présumés financiers des gangs armés en difficulté : une médiation internationale recherchée

0
22589

Gilbert Biggio, sanctionné par les États-Unis et le Canada, est l’un des hommes d’affaires les plus puissants d’Haïti et possède d’importants investissements dans le secteur pétrolier en République dominicaine. Il est cité avec des entreprises liées au transport aérien, terrestre et maritime de marchandises, à la construction, à l’acier et à l’importation de produits alimentaires. Jeudi dernier, le Président Abinader a ordonné à la Direction de l’Immigration de ne pas admettre « les étrangers qui constituent une menace pour les intérêts et les institutions de la République » et a interdit l’entrée à neuf citoyens haïtiens.

Selon le journaliste dominicain Christian Jimenez , le Premier ministre Ariel Henry avait informé le président Abinader que le projet d’eau était une initiative privée et qu’il ne l’approuvait pas, mais depuis que le président a annoncé la fermeture totale, le gouvernement haïtien a censuré la position « unilatérale » dominicaine et a révélé son approbation à la construction.

Les hommes d’affaires haïtiens désormais touchés par la fermeture de la frontière, à reprendre les négociations avec la médiation internationale.

Nous vous invitons à prendre connaissance de ce texte publié dans la dernière édition du journal « Listin Diario « sous le titre : Les propriétaires d’Haïti en difficulté.

Lundi 18 septembre 2023 ((rezonodwes.com))–

Les hommes d’affaires et les hommes politiques haïtiens se précipitent dans les contacts avec leurs interlocuteurs dominicains à la recherche de canaux de drainage qui minimisent les impacts de la fermeture terrestre, maritime et aérienne ordonnée par le président Abinader face à la résistance du voisin à l’arrêt de la construction unilatérale d’un canal de transfert dans le pays. 

Cette élite, dont les membres sont liés au financement et au contrôle des bandes armées qui assassinent, violent des femmes et kidnappent des nationaux et des étrangers, fait également depuis le bouclage absolu de vendredi faire pression sur les milieux gouvernementaux haïtiens pour une sortie rapide de l’impasse entre Haïti et le République dominicaine.

Et la suspension des activités, outre les difficultés d’approvisionnement en produits alimentaires des Haïtiens ordinaires et de génération d’affaires chez les petits et moyens commerçants, frappe durement le petit groupe qui gère à sa guise l’économie anarchique haïtienne.

De ce côté de l’île, bien sûr, il existe des liens économiques forts bien au-delà du salami, des œufs et des poules qui ont utilisé intensément le téléphone pendant le week-end pour sauver leurs entreprises et celles de leurs partenaires.

Un commerce terrestre, une exportation facile, exprimé en milliers de personnes qui se présentent aux points frontaliers des marchés et des marais alignés pour se rendre aux lieux de transbordement, mais des produits non comestibles en quantités de plusieurs millions de dollars accèdent par les ports dominicains aux quais haïtiens. Cette dernière difficulté est intenable pour les grands hommes d’affaires haïtiens, m’ont dit des personnes familiarisées avec les échanges commerciaux entre les deux pays.

Le ciment et l’acier sont deux gros maux de tête pour Haïti, ses élites et ses responsables fantoches, qui ne se reflètent pas dans les photos d’Haïtiens affamés attendant l’ouverture des marchés binationaux, « victimes » des « bourreaux » qui dirigent « l’impérialisme dominicain ».

Un biais très sensible est lié à la restriction des voyages, qui place les hommes d’affaires en grave difficulté avec les sanctions dictées par les États-Unis et le Canada et qui, jusqu’à vendredi dernier, bénéficiaient du libre passage vers le territoire dominicain, ce qui les mettait à l’abri de toute crise violente de la part de bandes armées ou une attaque par un groupe rival.

Certaines de ces personnes ont des entreprises, des résidences secondaires, des familles et même des enfants qui étudient en République Dominicaine.

Gilbert Biggio, sanctionné par les États-Unis et le Canada, est l’un des hommes d’affaires les plus puissants d’Haïti et possède d’importants investissements dans le secteur pétrolier en République dominicaine. Il est cité avec des entreprises liées au transport aérien, terrestre et maritime de marchandises, à la construction, à l’acier et à l’importation de produits alimentaires. Jeudi dernier, le Président Abinader a ordonné à la Direction de l’Immigration de ne pas admettre « les étrangers qui constituent une menace pour les intérêts et les institutions de la République » et a interdit l’entrée à neuf citoyens haïtiens.

Parmi les personnes sanctionnées figurent d’anciens sénateurs, d’anciens ministres, d’anciens candidats à la présidentielle, d’anciens responsables de l’environnement et Camiel Samson, identifié comme sponsor présumé du canal de transfert de la rivière Dajabón.

Il existe une grande inquiétude parmi les personnes interdites et les efforts pour lever la sanction se concentrent principalement sur trois personnes figurant sur la liste.

Le Premier ministre Ariel Henry avait informé le président Abinader que le projet d’eau était une initiative privée et qu’il ne l’approuvait pas, mais depuis que le président a annoncé la fermeture totale, le gouvernement haïtien a censuré la position « unilatérale » dominicaine et a révélé son approbation à la construction.

Le peuple haïtien souffre, mais désormais touché, les « propriétaires » de ce côté pourraient reprendre les négociations avec la médiation internationale.

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.