13 juin 2024
Ed’H : Black-out persistant et brin d’éclairage sur des cas de malversation dénoncés
Actualités Société

Ed’H : Black-out persistant et brin d’éclairage sur des cas de malversation dénoncés

L’avènement du Dr Ariel Henry au pouvoir, suite à l’assassinat du Président de la République, Jovenel Moise le 7 juillet 2021 dans sa résidence à Pèlerin 5, semble avoir signé l’arrêt de mort de l’Électricité d’Haïti (Ed’H). Depuis plus d’un an, le rationnement drastique du courant électrique à Port-au-Prince et dans les provinces d’Haïti conjugué à des révélations sur des cas corruption qui gangrènent la compagnie mettent en cause l’avenir de la compagnie.

Jeudi 1er juin 2023 ((rezonodwes.com))–

La majorité des quartiers de Port-au-Prince sont plongés depuis plusieurs mois dans un blackout sévère. Des motifs liés à la saison sècheresse qui affecte la centrale électrique Péligre et les difficultés rencontrées par l’État haïtien pour honorer la facture du carburant devant alimenter les centrales thermiques ont été avancés par la Fédération des syndicats des travailleurs de l’Ed’H (FESTREd’H) pour justifier le régime drastique dans la distribution du courant électrique.

Moins d’un mois déjà, des techniciens du Barrage hydroélectrique de Péligre ont observé un arrêt de travail pour exiger le paiement de 5 mois d’arriérés de salaire. Selon des sources du syndicat, le gouvernement a consenti à mobiliser plusieurs millions de gourdes afin de répondre aux revendications des grévistes, dans l’espoir de faciliter la relance des opérations de réactivations des turbines. Au contraire, la crise persiste et des abonnés de l’Ed’H continuent de prendre leur mal en patience. Les 26 mégawatts disponibles à Péligre, se révèlent insuffisants pour alimenter le circuit de Port-au-Prince.

Mardi, lors d’une interview accordée à Radio Kiskeya, Osner Joseph, dirigeant du Syndicat Libération, impute au directeur général de l’Ed’H la responsabilité de la débâcle de l’Ed’H. Il évoque un leadership sans vision qui caractérise l’équipe conduite par l’ingénieur Jean Erol Morose. En outre, des cas avérés de corruption, de légèreté professionnelle et de malversation scandalisent les membres de Libération.

Osner Joseph déplore des actes de vandalisme perpétrés le mercredi 24 mai dernier dans un magasin de la compagnie. S’ensuivront des cas de cambriolage dans la centrale de Carrefour.  

Des décisions qui compromettent l’avenir de l’Ed’H sont également pointées du doigt par le dirigeant du syndicat Libération. La mobilisation de plus de 5 millions de gourdes visant à protéger deux pylônes électriques à Bourdon, l’acquisition de plus d’une dizaine de téléphones intelligents au profit de la FESTREd’H sont perçues comme des initiatives de perversion, selon Osner Joseph.

Par ailleurs, la démarche d’utiliser les fonds de l’Ed’H, considérée comme institution en faillite, pour soutenir le Modern school est jugée inacceptable, selon le syndicaliste.

Hervé Noel

vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.