Trafic d’armes : Bahamas et Grenade exigent que les États-Unis fassent davantage pour freiner le trafic d’armes

0
464

 Le Premier Ministre des Bahamas a demandé au Vice-président américain de réduire le flux d’armes entrant illégalement aux Bahamas en provenance des États-Unis ».

Ariel Henry , le Premier Ministre du Gouvernement de facto en Haïti, ne fera jamais une telle requête, en dépit du fait que plus de 600.000 armes à feu sont entrées de manière illégale en Haïti dont l’écrasante majorité en provenance des et qu’elles sont à la base de la terreur que font régner les gangs criminels à Port-au-Prince.

D’ailleurs il a été choisi par le Core Group en raison justement de ses aptitudes à faire des courbettes et les 4 volontés de ses tuteurs de l’international.

Alors que les armes fabriquées aux États-Unis continuent d’être la principale source d’armes des gangs des Caraïbes, les chefs de gouvernement exigent que les États-Unis fassent davantage pour freiner le trafic d’armes.

Philip Davis, Premier ministre des Bahamas, a rencontré le vice-président américain Kamala Harris le 17 janvier pour discuter de « l’importance… de réduire le flux d’armes entrant illégalement aux Bahamas en provenance des États-Unis ».

Pourtant, alors que la déclaration officielle des Bahamas mentionnait le trafic d’armes comme l’un des principaux points de la réunion, le compte rendu américain correspondant n’a pas du tout mentionné le sujet.

Quelques jours plus tôt, le Premier ministre de Saint-Vincent-et-les Grenadines, Ralph Gonsalves, avait également pris une position ferme lors d’une interview à la radio.

« Les États-Unis d’Amérique doivent faire quelque chose pour… l’accès facile aux armes à feu et la facilité d’exportation des armes. Ils ont les ressources pour nous aider avec ça », a-t-il insisté.

Enfin, le Premier ministre de Grenade, Dickon Mitchell, a fait écho à la même crainte le 16 janvier.

« Nos îles sont constamment menacées par l’importation de petites armes à feu en particulier. Ils arrivent dans des barils, ils arrivent dans des conteneurs… nous sommes probablement le dernier bastion de peu ou pas de violence armée dans la région », a déclaré Mitchell, ajoutant que Sainte-Lucie, Trinité-et-Tobago et la Jamaïque étaient toutes confrontées au même problème.

Et bien qu’il y ait une longue histoire de trafic d’armes de Miami, en Floride, à Haïti, une vague d’armes de grande puissance y est arrivée au cours des deux dernières années, alimentant la crise de sécurité en spirale. En 2021, un citoyen haïtien-américain a été inculpé pour trafic d’armes à 400 Mawozo, l’un des gangs les plus impitoyables d’Haïti rendu célèbre pour l’enlèvement de 17 missionnaires américains.

L’augmentation rapide de la violence dans les Caraïbes a vu plusieurs pays enregistrer des taux d’homicides élevés en 2022, notamment Sainte-Lucie, les Bahamas, Trinité-et-Tobago, les îles Turques et Caïques et Saint-Vincent-et-les Grenadines.

Selon les statistiques compilées par InSight Crime, les Caraïbes représentaient quatre des cinq pays et territoires les plus meurtriers de la région en 2022, les îles Turques et Caïques étant en tête du classement, suivies de la Jamaïque, du Venezuela, de Sainte-Lucie et de Sainte-Lucie. Vincent et les Grenadines. Il n’y avait pas de chiffres fiables pour Haïti. L’écrasante majorité des meurtres dans les Caraïbes sont perpétrés avec des armes à feu.

Analyse de la criminalité

L’afflux d’armes fabriquées aux États-Unis en Amérique latine et dans les Caraïbes n’a rien de nouveau. Plus de 2,5 millions d’armes à feu ont été passées en contrebande des États-Unis au Mexique au cours de la dernière décennie, selon le journaliste et auteur Ioan Grillo.

Mais les nations des Caraïbes sont particulièrement vulnérables et ont des options limitées pour faire face à cette crise en interne. Des individus sur le sol américain ont été impliqués dans des saisies d’armes illégales en Haïti, à Sainte-Lucie, à Trinité-et-Tobago et dans les îles Turques et Caïques, entre autres.

Aux Bahamas, 98 % des armes à feu illégales récupérées et soumises au Bureau américain de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs pour traçage en 2020 provenaient des États-Unis. Des tendances similaires ont pu être observées en Haïti (87 %) et en République dominicaine (73 %).

Les territoires américains courent également un risque sérieux. À Porto Rico, seulement 13 % des armes saisies par les autorités y ont été légalement vendues, contre une moyenne de 66 % sur le continent américain. Pour le Giffords Law Center to Prevent Gun Violence, le trafic d’armes était un facteur majeur expliquant pourquoi les îles Vierges américaines avaient un taux d’homicides en 2020 neuf fois plus élevé que le continent.

En Amérique latine, certains pays en ont assez de demander une action américaine. Le Mexique, qui voit chaque année des milliers d’armes importées des États-Unis, a lancé une action en justice en août 2021 contre des fabricants d’armes américains, dont Smith & Wesson, Colt et la filiale américaine de Beretta. Le procès demandait 10 milliards de dollars d’indemnisation et indiquait que pas moins de 597 000 armes fabriquées par les entreprises avaient été récupérées au Mexique.

« Les entreprises que le gouvernement poursuit pour leur négligence (…) facilitent activement le trafic illicite de leurs armes à feu vers le Mexique », a déclaré à l’époque l’avocat principal du Mexique dans l’affaire, Alejandro Celorio, à la Texas Public Radio.

Le procès a été rejeté un an plus tard par un juge américain, mais a créé un précédent.

Bien que cela ne puisse pas être lié de manière prouvée au procès, les États-Unis ont pris des mesures pour aider à arrêter le flux d’armes à feu. En août 2022, une nouvelle législation visait à combler plusieurs échappatoires au trafic d’armes. Cela comprenait une répression des ventes privées non réglementées et des sanctions croissantes pour les soi-disant «acheteurs de paille», une pratique où les individus avec des dossiers achètent des armes à feu et mentent sur leur utilisation prévue, avant de vendre les armes à des groupes criminels.

« L’achat de paille aux États-Unis est le canal le plus courant [de trafic d’armes vers le Mexique] car la plupart des acheteurs de paille ne se feront pas prendre », a déclaré à InSight John Lindsay-Poland, un militant qui coordonne le projet Stop US Arms to Mexico. Crime.

Dans le même temps, cependant, les législateurs américains ont réduit de 11,8 % le budget de l’Initiative de sécurité du bassin des Caraïbes, qui fournit une aide à la sécurité des frontières et des ports aux pays des Caraïbes, au cours de l’exercice 2022 (juillet 2022 à juin 2023).

Source : https://insightcrime.org/news/caribbean-nations-us-gun-crackdown-murder-rates/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.