CELAC : les principaux points de la Déclaration de Buenos Aires

0
572

« la démocratie est une conquête de la région qui n’admet ni interruptions »

Les 33 nations qui composent le bloc régional se sont entendues sur cent points et onze déclarations communes. Le rejet des blocages économiques au Venezuela et à Cuba, entre autres.

Mardi 24 janvier 2023 ((rezonodwes.com))–

Les 33 nations membres se sont mises d’accord sur un document composé de cent points et de onze déclarations thématiques, dans le but de promouvoir « une action concertée, l’unité et le dialogue politique » dans la région.

Cela a suivi les sessions plénières du sommet des chefs d’État de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC).

Voici un résumé des principaux points :

HAÏTI

Soutien à la République d’Haïti pour « ses implications pour la paix et la sécurité dans la région », adoptée le 19 septembre 2022, et la « profonde préoccupation pour la détérioration progressive de la sécurité publique et de la situation humanitaire, appelant tous les acteurs politiques et sociaux haïtiens à atteindre le consensus nécessaire pour faire face à la grave crise humanitaire et sécuritaire qui affecte le pays ».

CUBA

Ils ont réitéré l’appel de l’Assemblée générale des Nations Unies à mettre fin au blocus économique, commercial et financier contre Cuba, et ont rejeté les listes et certifications unilatérales qui affectent les pays d’Amérique latine et des Caraïbes. En outre, ils ont demandé l’exclusion de Cuba de la liste unilatérale des pays qui « soutiennent prétendument le terrorisme international ».

VENEZUELA

Ils ont salué les accords conclus le 26 novembre 2022 « dans le cadre du processus de dialogue et de négociation entre le gouvernement du Venezuela et la Plate-forme unie du Venezuela », promu par les gouvernements du Mexique et de la Norvège.

Ils ont réitéré le soutien régional à l’Argentine dans le conflit de souveraineté concernant les îles Malvinas, Géorgie du Sud et Sandwich du Sud et les zones maritimes environnantes, ainsi que l’intérêt des pays de la région pour la reprise des négociations en vue de trouver une solution définitive et pacifique au conflit.

Les pays membres ont souligné « leur attachement à la démocratie, à la promotion, à la protection et au respect des droits de l’homme, à la coopération internationale, à l’État de droit, au multilatéralisme, au respect de l’intégrité territoriale, à la non-intervention dans les affaires intérieures des États et à la défense de la souveraineté, ainsi qu’à la promotion de la justice et au maintien de la paix et de la sécurité internationales ».

Ils ont rappelé que, « dans l’esprit de la déclaration du Sommet de l’unité latino-américaine et caribéenne de la Riviera Maya de 2010, la démocratie est une conquête de la région qui n’admet ni interruptions, conformément au système juridique des États, ni reculs, et nous réitérons à cet égard notre ferme engagement en faveur de la préservation des valeurs démocratiques et de la validité pleine et entière des institutions et de l’État de droit dans la région ;

.- de l’accès aux fonctions publiques et de leur exercice ; et du respect des pouvoirs constitutionnels de l’État et de l’État de droit dans la région ;

.- et le respect des pouvoirs constitutionnels des différentes branches du gouvernement et le dialogue constructif entre elles ; la tenue d’élections libres, périodiques, transparentes et informées, basées sur le suffrage universel et secret, en tant qu’expression de la souveraineté du peuple ;

.- la participation des citoyens, la justice sociale et l’égalité, la lutte contre la corruption, ainsi que le respect de tous les droits civils et politiques reconnus dans les instruments internationaux applicables ».

Ils ont exprimé leur « préoccupation quant au fait que plusieurs pays d’Amérique latine et des Caraïbes sont sortis de la pandémie avec des niveaux de dette publique plus élevés et ont souligné la nécessité pour les institutions financières régionales et internationales, telles que les banques multilatérales de développement, d’améliorer les facilités de crédit par le biais de mécanismes équitables, transparents, accessibles et inclusifs qui contribuent au rétablissement rapide de la solvabilité et à l’accès aux marchés financiers internationaux pour les pays qui le demandent, en intégrant une approche fondée sur les droits de l’homme ».

SUR LES QUESTIONS ENVIRONNEMENTALES

Ils ont renouvelé leur volonté de travailler « de manière coordonnée et concertée pour réaffirmer que l’action internationale en matière de climat est une priorité mondiale, dans le contexte actuel de crises multiples, et réitèrent notre volonté de soutenir conjointement le processus multilatéral sur la base du besoin urgent d’action de chaque pays et toujours selon le principe des responsabilités communes mais différenciées et des capacités respectives à la lumière des différentes circonstances nationales ».

Elle suit « avec inquiétude » l’augmentation des mesures de restriction du commerce qui sont adoptées « sous la justification de la préservation de l’environnement dans un contexte d’incertitude économique croissante et de crises multiples, qui compliquent les perspectives économiques mondiales et affectent particulièrement les capacités des pays en développement à atteindre leurs ODD ».

LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE

Ils ont souligné l’importance de garantir un accès universel « sans discrimination à la connectivité à l’ère numérique », en particulier pour les groupes en situation de vulnérabilité et dans les zones rurales et éloignées.

Ils ont convenu que la désinformation sur les réseaux sociaux « peut créer des réalités parallèles et induire une radicalisation politique, créant ainsi une menace pour les valeurs démocratiques et l’État de droit », et ont donc soulevé la nécessité de renforcer la coopération et la coordination entre les États pour lutter contre la désinformation et les contenus illégaux sur Internet.

Ils ont reconnu et identifié les écarts entre les hommes et les femmes sur le marché du travail, les salaires, la qualité de l’emploi et l’accès à la protection et à la sécurité sociales.

MIGRATION

Ils ont convenu que la migration « est un processus social qui contribue positivement au développement social, culturel et économique tant des pays d’accueil que des pays d’origine et de transit des migrants », et qu’elle doit être abordée d’un point de vue holistique, afin d’en renforcer les avantages et d’en réduire les risques.
Ils ont réaffirmé leur engagement en faveur d’une « migration sûre, ordonnée et régulière », tout en réitérant leur volonté de s’attaquer aux « causes multidimensionnelles de la migration par des voies irrégulières ».

En outre, ils ont souligné l’importance de principes permanents pour la gestion des migrations internationales.

INTERVENTION DANS LES FORUMS MULTILATÉRAUX ET COORDINATION AVEC LES ORGANISMES RÉGIONAUX

Ils ont reconnu la pertinence d’intervenir « de manière concertée » et de présenter des initiatives consensuelles dans les forums multilatéraux, « renforçant la position de la région et contribuant à ce que ses intérêts soient dûment pris en compte sur la scène internationale ».

Ils ont encouragé un plus grand nombre d’interventions conjointes dans les forums multilatéraux « sur des questions d’intérêt commun », étant entendu que « cela contribuera directement à renforcer le rôle et le leadership de la région dans les organisations internationales ».

Cumbre de la CELAC: agenda, presidencia 2023, cortes y protestas – NA (noticiasargentinas.com)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.