13 juin 2024
SOS pour Canaan : les gangs reprennent du service, 3 engins lourds incendiés
Actualités Société

SOS pour Canaan : les gangs reprennent du service, 3 engins lourds incendiés

Des voix avisées continuent de désapprouver la stratégie policière visant à conduire des interventions «éclair» à Canaan sans consolider les territoires abandonnés par les bandits. L’attaque armée perpétrée, le vendredi 9 décembre dernier, contre plusieurs engins lourds sur la route nationale numéro un, revendiquée par des membres du gang «5 segond» est le témoignage d’une zone abandonnée aux gangs.

Dimanche 11 décembre 2002 ((rezonodwes.com))–

Des usagers de la route nationale numéro un alertent les autorités policières sur la présence d’hommes lourdement armés qui défilent, dimanche, dans l’entrée Nord de Port-au-Prince.

Les bandits opérant à Canaan 70, Lafito, «Titanyen» imposent la terreur en rançonnant des motocyclistes, des piétons et des automobilistes, selon des témoins.
Moins d’une semaine après l’intervention des forces de l’ordre à Lafito, la situation n’a pas changé.

Les gangs ont repris du service en témoigne l’attaque armée perpétrée vendredi dernier contre plusieurs engins lourds qui empruntaient la route. Une capsule audiovisuelle virale sur les réseaux sociaux confirme l’acte criminel revendiqué par le gang «5 segond» de Village-de-Dieu établi dans l’entrée Nord de Port-au-Prince.

Des criminels qui jubilent après avoir incendié une pelleteuse et un container mettent en cause l’irresponsabilité des autorités compétentes et renforcent la thèse d’une insécurité d’État instituée par le pouvoir.

Il est à noter que le haut-commandement de la Police nationale d’Haiti (PNH) a promis une présence soutenue des éléments des unités spécialisées de SWAT, UTAG, CIMO afin de déloger les bandits, néanmoins le climat sécuritaire n’a cessé de se détériorer. Au départ des policiers, les bandits ont multiplié leurs forfaits et imposer leur loi. 

Depuis plus de 3 mois, le transport en commun, le secteur agricole, le tourisme via les installations hôtelières sur la cote des Arcadins sont à l’arrêt en raison de l’insouciance des autorités de facto qui ont pratiquement livré l’entrée Nord de Port-au-Prince aux mains des gangs.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.