Flashback, 12 juillet 2020. Un ministre Tèt Kale, très déçu, accorde la « mention Zéro » aux 25 stades de Laurent Lamothe-Olivier Martelly

0
945

Le total des résolutions adoptées pour l’exécution des travaux de réhabilitation de 18 parcs sportifs, totalise 36 241 633.59 USD et les montants transférés atteignent 27 787 385.59 USD, a indiqué le rapport de la Cour ayant constaté que les modalités de facturation et de paiement ne sont pas adéquates en référence à l’article 130.3 de l’arrêté d’application du 26 octobre 2009 de la loi du 12 juin 2009 sur les marchés publics.

Dimanche 12 juillet 2020 ((rezonodwes.com))– Le rapport de la Cour des Comptes sur la dilapidation des fonds de Petro Caribe, à propos des 25 stades de Laurent Lamothe-Olivier Martelly, est on ne peut plus clair: »la Cour constate que le MPCE a lancé un appel d’offre restreint qui était infructueux à cause de la non-conformité des offres des soumissionnaires« .

Pour la Cour, une telle irrégularité peut avoir un impact sur la communauté. C’est exactement le constat fait la semaine dernière par le ministre Tèt Kale des Sports, Max Attys, qui a confirmé que « nèg yo kraze lajan-an« . Le total des résolutions adoptées pour l’exécution des « 25 stades Lamote-Olivier Martelly » totalise 36 241 633.59 USD et les montants transférés atteignent 27 787 385.59 USD, devrions-nous préciser.

De Jacmel dans le Sud-Est à Jérémie dans la Grande Anse en passant par les Cayes dans le Sud, le constat est presque le même partout, a insinué Attys ne cachant pas sa stupéfaction face à ces « infrastructuresportives insignifiantes » ayant coûté au trésor public des centaines de millions de gourdes. Max Attys en accordant une mention Zéro à l’ex-premier ministre Laurent Lamothe a souligné qu’en fin de compte « Haïti n’a même pas un terrain de sport standardisé« .

Le ministre des Sports en visitant les emplacements d’infrastructures sportives de Port-de-Paix, bastion du président Jovenel Moise à l’époque de l’exécution de ces projets par le fils de son dauphin, n’a pas caché sa déception et va jusqu’à déclarer que « malgré le déblocage des fonds, aucuns travaux n’ont jusqu’à présent pas été entamés« .

L’ULCC va-t-il prendre en charge ce dossier dans le cadre de la lutte contre l’impunité ? Nous en doutons fort que cette institution ait toute sa raison d’être aujourd’hui. D’autre part, pour ce qui concerne l’avancement physique des travaux, la Cour a relevé des irrégularités de nature administrative, notamment l’absence de justification pour l’arrêt de certains travaux.

La Cour s’attendait à trouver dans les dossiers techniques et administratifs des éléments solides justifiant cet arrêt des travaux, ayant des impacts sur le délai et le coût total des deux phases du projet et le gazonnage des 14 parcs sportifs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.