Conseil de sécurité – Antonio Rodrigue insiste sur un « appui robuste » en dépit des éloges d’Ariel Henry pour les matériels acheminés samedi à la PNH

0
997

un ‘Conze’ reste un ‘conze’, qu’on ne l’oublie jamais!

New York, vendredi 21 octobre 2022 ((rezonodwes.com))–

Les ennemis publics de la Nation, ils se connaissent désormais et s’identifient par les prénoms BBQ, Henry, Martelly, Lamothe, Desroches, Beauzile, Michel et autres noms impropres à jeter dans la poubelle de l’histoire. Leur crime, dénoncent les nationalistes et anti-occupation: « ils se comportent en bourreaux pour punir davantage le peuple victime du chaos programmé et de la faillite de l’Etat sous la roulette des Tèt Kale-PHTK« .

Vendredi matin, au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, le marxiste-léniniste de l’extrême-droite PHTK, M. Jean Victor Génélus a cédé son siège à l’ambassadeur de fait, M. Antonio Rodrigue, pour continuer « le sale besogne« , commente-t-on sur les réseaux sociaux, de « solliciter la présence de bottes étrangères sur le sol de Dessalines« .

Toutefois, celui-ci, à la cloche de bois comme les autres membres du gouvernement illégitime, a salué l’adoption de la résolution dont les mesures sont basées, selon lui, sur des critères bien définis. « Il ne fait aucun doute que ces sanctions contribueront à mettre un frein aux activités violentes et meurtrières des groupes armés qui prolifèrent dans le pays« , s’est exprimé M. Rodrigue, se faisant le porte-parole du régime décrié PHTK3 qui a majoré à 128% le prix du gallon de l’essence.  

Pour l’ambassadeur Rodrigue, feignant d’oublier que le gang criminel G9 a été fédéré par le régime PHTK, avait révélé Me. Reynold Georges, la résolution S/2022/765 est « un pas dans la bonne direction, il faut continuer sur cette lancée pour un résultat durable« .  

Dans ce contexte, et dans une ultime tentative de tourner casaque, au nom du chef de la coalition PHTK-SDP-Fusion-MTV-Inite, Antonio Rodrigue a plaidé pour que la requête de son gouvernement visant à obtenir « un appui robuste », sous la forme d’une force spécialisée qui viendrait en aide à la Police nationale d’Haïti, fasse l’objet d’une considération attentive de la part des membres du Conseil de sécurité

Les sanctions, à elles seules, a-t-il laissé entendre, ne pourront éradiquer ce niveau de violence élevé qui ronge Haïti, selon le représentant qui a fait remarquer que la police haïtienne ne dispose pas d’une capacité à la hauteur de la menace que font peser les groupes armés, sans toutefois mentionner « les équipements acquis récemment ». 

Soulignons que le 16 octobre dernier, le Premier ministre contesté, Dr. Ariel Henry a déclaré que « Nous continuons à mettre à la disposition des policiers des moyens adéquats pour les aider à bâtir cet environnement sûr et stable dont nous avons tant besoin« . Et un autre son de cloche a été retenti vendredi matin aux Nations-Unies!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.