»Les promesses non tenues de l’ONU entraînent une résurgence du choléra en Haïti », dénonce le Bureau des Avocats Internationaux

0
1388

Les défenseurs des victimes du choléra dénoncent l’échec de l’ONU à éliminer la maladie mortelle apportée en Haïti par les Casques bleus.

Mardi 11  octobre 2022  (Port-au-Prince,  Haïti  ;  Boston,  MA)  ((rezonodwes.com))–  Le refus de  l’ONU de  tenir  sa promesse d’investir 400 millions de dollars pour lutter contre l’épidémie de choléra qu’elle a apportée en Haïti a permis au choléra de resurgir pour menacer à nouveau les Haïtiens de maladie et de mort à grande échelle. Le samedi 1er octobre, dans un contexte d’insécurité croissante qui empêche l’accès à l’eau potable et aux soins médicaux, le Ministère (haïtien) de la Santé Publique et de la Population (MSPP) a confirmé  une résurgence du choléra qui était apparu pour la première  fois en Haïti en 2010 lorsque l’ONU l’a négligemment déversé dans une rivière haïtienne.

Bien que l’ONU se soit excusée pour son rôle et ait concédé « que l’élimination du choléra doit être la priorité numéro un », elle n’a jamais donné suite à sa promesse d’améliorer l’accès aux infrastructures d’eau, d’assainissement et d’hygiène nécessaires pour éliminer complètement la maladie. L’ONU n’a pas non plus respecté son obligation légale d’indemniser les victimes individuelles, laissant Haïti et les Haïtiens vulnérables à des épidémies continues.

« Cette conséquence horrible de l’évasion de la responsabilité de l’ONU pendant douze ans n’était pas seulement prévisible, elle avait été largement prédite », a déclaré Mario Joseph, avocat Responsable du Bureau des Avocats Internationaux (BAI), cabinet d’avocats spécialisé dans les droits de l’homme basé à Haïti, qui a représenté les victimes du choléra dans leur lutte pour obtenir justice.

En janvier 2022, l’ONU a félicité Haïti de l’élimination du choléra, après trois ans sans enregistrer de nouveaux cas. Cependant, des experts de la santé et des droits de l’homme ont averti que ces félicitations pourraient être prématurées, étant donné la surveillance limitée des cas et le manque d’amélioration des systèmes d’eau et d’assainissement nécessaires pour une protection à long terme.

Cette résurgence intervient dans un contexte de crise humanitaire et de gouvernance aiguë en Haïti, qui a conduit les experts à mettre en garde contre une «  bombe à retardement du choléra  ». Des gangs contrôlent de larges pans du pays et ont bloqué l’accès au plus grand terminal de carburant d’Haïti, obligeant les hôpitaux à fermer leurs portes et  limitant  l’accès à l’eau potable et à la nourriture à travers le pays – le plus grand fournisseur d’eau potable d’Haïti vient d’annoncer qu’il était à court de carburant pour traiter et livrer de l’eau. L’insécurité permanente et le manque de carburant vont également entraver les efforts déployés pour livrer des systèmes de filtration et des comprimés purifiants ou pour aider les personnes malades à atteindre les centres de soins en cours de construction. Les autorités sanitaires ont fait état de seize décès et de nombreuses autres cas d’hospitalisations, mais l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a averti que le véritable bilan des décès dus au choléra est probablement déjà beaucoup plus élevé et qu’il continuera probablement à augmenter. Le choléra a également atteint le Pénitencier National d’Haïti – où il a tué au moins neuf personnes et jusqu’à 80 – et d’autres prisons où les détenus sont  maintenus  dans  des  conditions  inhumaines,  notamment  avec  des  toilettes  ouvertes,  sans  soins médicaux et sans nourriture pendant plusieurs jours.

Le choléra, importé par l’ONU, a tué plus de 10 000 personnes et en a infecté près d’un million entre

2010 et 2019. Les victimes du choléra cherchent inlassablement à obtenir des réparations de la part de l’ONU depuis plus d’une décennie par le biais de procès et de plaidoyers, notamment concernant des latrines nécessaires pour éliminer complètement la maladie.

« En tant qu’organisme responsable de l’introduction du choléra en Haïti, l’ONU a la responsabilité légale  de  l’éliminer  et  de  dédommager  les  victimes  pour  les  préjudices  subis  »,  a  déclaré  Beatrice Lindstrom, instructeur clinique et maître de conférences à la faculté de droit de Harvard, qui a mené les efforts de contentieux en faveur des victimes du choléra de l’ONU.

En 2016, l’ONU a finalement cédé à la pression croissante et a lancé une « nouvelle stratégie de lutte contre le choléra en Haïti », en promettant d’améliorer les systèmes de latrines et de fournir une aide matérielle aux victimes. Mais l’ONU n’a récolté que cinq pour cent des 400 millions de dollars promis, et malgré les efforts de collecte de fonds « multipartites » de l’ONU pour améliorer les systèmes de latrines,  que  l’ONU  a  jugé  «  essentiels  »  pour  éliminer  le  choléra,  l’accès  à  l’eau  potable  et  à l’assainissement de base n’a pratiquement pas été amélioré. L’ONU a également refusé d’indemniser les  victimes  de  l’épidémie pour  les  pertes  de  salaire,  les  frais  médicaux  et  les  frais  d’obsèques. Ses propres experts ont qualifié les échecs persistants de L’ONU de « non seulement une atteinte au droit [des victimes du choléra] à un recours effectif, mais aussi…une grave atteinte à la confiance du public dans l’intégrité et la légitimité de l’Organisation ». Aujourd’hui, nous sommes témoins des conséquences humaines de ce refus.

La réapparition du choléra en Haïti est un rappel brutal des coûts d’une intervention internationale non responsable en Haïti, et intervient alors que certains – dont le Premier ministre haïtien de facto, soutenu par les États-Unis – ont appelé à une nouvelle intervention militaire pour répondre à la crise politique et d’insécurité qui  s’aggrave.  Le  parti  au pouvoir,  Pati  Ayisyen Tèt  Kale  (PHTK),  a systématiquement démantelé  les  institutions  démocratiques  d’Haïti  depuis  plus  de  dix  ans,  avec  le  soutien  de  la communauté internationale. La collaboration avérée du gouvernement avec les gangs pour réprimer la dissidence, combinée à la politisation des systèmes de police et de justice, a permis aux gangs de se développer dans tout le pays, ce qui a entraîné la crise d’insécurité actuelle. Depuis des mois, les Haïtiens descendent en masse dans la rue pour exiger la démission du Premier ministre de facto Ariel Henry.

Les appels à l’envoi de troupes en Haïti ont été  largement rejetés par les Haïtiens. Ils notent que la dernière intervention de l’ONU, comme les précédentes, a été un échec coûteux et meurtrier qui n’a pas non plus apporté d’amélioration  durable à Haïti. Les Haïtiens demandent plutôt que la communauté internationale, et en particulier les États-Unis, cessent de soutenir le gouvernement de facto du pays, qui est corrompu, répressif et illégitime.

Brian Concannon, directeur exécutif de l’Institut pour la Justice et la Démocratie en Haïti, a déclaré : « Pour  apporter  de  la  stabilité  en  Haïti,  la  communauté  internationale  doit  se  retirer  de  la  politique haïtienne  et  remplir  son  rôle  humanitaire.  L’ONU  en  particulier  doit  le  faire  en  remplissant  ses obligations  légales envers  les  victimes  du choléra. Si  l’ONU avait  investi  les  9  milliards  de  dollars qu’elle a dépensés pour une mission militaire infructueuse dans des infrastructures qui auraient aidé les Haïtiens à obtenir de l’eau potable et d’autres besoins fondamentaux, d’innombrables vies auraient été sauvées. »

« L’ONU était censée instaurer un État de droit, mais au lieu de cela, elle a laissé un héritage d’impunité

», a ajouté Mario Joseph. « L’organisation doit agir immédiatement, conformément à ses principes en matière de droits humains, pour endiguer cette épidémie. »

Contacts pour les médias :

Mario Joseph, Avocat Responsable                       Brian Concannon, Directeur exécutif

Bureau des Avocats Internationaux                      Institut pour la Justice et la Démocratie en Haïti T : +509 3701 9879 | E : mario@ijdh.org             T : +1 541-263-0029 | E : brian@ijdh.org (Kreyol, français, anglais)                                     (Anglais, français, kreyol)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.