Port-au-Prince : introduction des portables dans les cellules, la DAP avoue son impuissance

0
1572

Il est fort à craindre que d’autres objets étrangers à l’instar des téléphones cellulaires peuvent s’introduire dans les cellules du Pénitencier national. Le responsable de la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP), l’inspecteur général Pierre-René François concède sur le fait que le phénomène requiert des compétences qui dépassent le simple entendement des geôliers.

Jeudi 28 juillet 2022 ((rezonodwes.com))–

Il est devenu la norme que des détenus communiquent par téléphone depuis leur cellule. La situation de détention jugée inhumaine est souvent dénoncée par des occupants des cellules regorgées de détenus au Pénitencier national. Mercredi, à l’occasion d’une tentative de mutinerie au plus grand centre carcéral du pays, un groupe de prisonniers ont alerté l’opinion et des médias de la capitale sur la faim qui triomphe dans les cellules.

Des cas préoccupant de plusieurs captifs qui crèvent de faim, qui galèrent à assouvir leur soif ont été rapportés sur les ondes de radio Zénith, lors d’un appel conférence.

L’intervention des détenus a eu écho sur plusieurs plateformes en ligne et commentée par bon nombres d’internautes. Cette communication remet également en débat le système de contrôle à l’intérieur de centre de détention pour lesquelles, la Police nationale d’Haïti (PNH) a toujours vanté un dispositif fiable et parfaitement maitrisé.

À évoquer la question de la problématique de la présence des objets étrangers dans les cellules, le responsable de la DAP a été rattrapé par l’évidence. Il admet que la Police nationale d’Haïti (PNH) peine à maitriser tous les paramètres relatifs à la gestion du système pénitentiaire haïtien, admet le responsable DAP.

L’inspecteur général Pierre-René François, sur les ondes de Radio Kiskeya, mercredi, s’accorde sur le fait que des détails échappent aux geôliers en ce qui concerne la vigilance dans le contrôle des objets bannis dans les cellules.

En dépit du fait que le numéro de la DAP, l’inspecteur Pierre-René François rassure sur des dispositions à adopter afin de solutionner le problème, néanmoins, il est à redouter que d’autres objets comme des armes à feu, des substances illicites peuvent s’introduire facilement dans les cellules des prisons haïtiennes.

Hervé Noel
vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.