Dossier $1.50 : Western Union demande un arbitrage afin de mettre fin au litige

0
3991

Mardi 26 juillet 2022 ((rezonodwes.com))–

En dépit de la décision du juge LaShann DeArcy Hall en date du 19 juillet dernier  fixant un calendrier définitif pour les réponses aux dernières accusations contenues dans la troisième plainte modifiée, Western Union insiste pour que le tribunal se prononce sur sa demande en faveur d’un arbitrage dans cette affaire historique opposant des membres de la Diaspora haïtienne des États-Unis au gouvernement haïtien et à des entreprises fournissant des services de transfert d’argent et téléphoniques en Haïti.

  En effet dans une lettre en date du 22 juillet 2022 adressée au tribunal de New York  , Western Union rappelle au juge que dans la lettre de Western Union du 7 juin 2022, qu’elle a soumise au nom de tous les défendeurs, Western Union avait inclus une proposition de calendrier d’information pour une requête en suspension en faveur de l’arbitrage, à laquelle les plaignants avaient consenti.

Cependant, note la Western Union ,  le texte de l’ordonnance de la Cour du 19 juillet ne traite pas de cette requête.

Western Union estime qu’il peut s’agir d’un oubli , car , écrit -elle, « Nous supposons que la Cour a omis du texte la requête de suspension de Western Union parce qu’elle ne souhaite pas que Western Union inclue cette requête dans la série d’informations en cours, mais nous reconnaissons que l’omission peut simplement avoir été un oubli. « 

Toutefois l’entreprise américaine de transfert d’argent  fait remarquer au tribunal les points suivants :

  1. Étant donné qu’elle est convaincue que les requêtes identifiées dans l’ordonnance de texte de la Cour régleront probablement cette affaire, Western Union préfère se concentrer sur ces requêtes sans également se déplacer pour le moment pour rester en faveur de l’arbitrage. En effet, Western Union a inclus la requête pour rester dans le calendrier de briefing proposé uniquement pour se conformer à la directive de la Cour selon laquelle les parties identifient à ce moment toutes les requêtes potentielles.
  • Néanmoins, pour exclure tout argument que les demandeurs pourraient un jour chercher à affirmer que, en omettant d’inclure sa requête pour rester dans la série d’informations en cours, Western Union a renoncé à son droit de présenter cette requête, nous souhaitons expressément nous réserver le droit de décider de rester en faveur de l’arbitrage à une date ultérieure (si les requêtes adressées dans l’ordonnance-texte ne règlent pas l’affaire).
  • Le simple fait de participer à une requête en rejet ne justifie pas  une renonciation à l’arbitrage

Rappelons que l’arbitrage est un processus contradictoire par lequel un tiers neutre est habilité à décider de l’issue d’un différend. C’est souvent un moyen privilégié de résoudre les conflits afin d’éviter les dépenses, les retards et l’acrimonie d’un litige et d’un procès plus formels. Les différends en arbitrage peuvent être résolus par un arbitre unique ou un groupe de trois arbitres (tribunal). Lorsque les parties soumettent leur différend à l’arbitrage, elles acceptent d’être liées et de se conformer à la décision de l’arbitre, également appelée sentence. La sentence est rendue après que chaque partie a présenté des preuves et des témoins, et a la même force et le même effet qu’un contrat écrit entre les parties. La sentence peut ensuite être confirmée ou annulée par le tribunal sur la base d’une requête de la partie gagnante ou non gagnante. Une fois confirmée, la sentence est inscrite comme un jugement.

Quels sont les avantages de l’arbitrage ?

Les parties sont encouragées à travailler ensemble pacifiquement et participent souvent à la structuration de la résolution, ce qui évite l’escalade de la colère et de l’hostilité souvent associée aux litiges.

Étant donné que l’arbitrage est un processus moins formel et plus flexible, il est généralement plus rapide et plus rentable que le processus judiciaire plus lourd.

Contrairement aux procès, la procédure d’arbitrage peut être planifiée en fonction des besoins et des disponibilités des parties (selon la disponibilité de l’arbitre).

Il existe des règles de preuve et de procédure plus simplifiées. Les règles alambiquées de la preuve ne s’appliquent pas et le droit à la découverte – souvent critiqué comme une tactique dilatoire et ludique – est soit limité par l’accord des parties, soit à la discrétion de l’arbitre (avec une exception limitée pour les cas de lésions corporelles).

Il existe des motifs limités de contrôle judiciaire afin d’effectuer l’accord des parties que la sentence soit

Les parties sélectionnent directement leur arbitre ou groupe d’arbitres, ce qui leur permet de choisir une personne possédant l’expérience et l’expertise requises pour rendre une décision précise et appropriée.

Le processus d’arbitrage est privé et confidentiel.

Comment les litiges sont-ils soumis à l’arbitrage ?

Les parties peuvent s’impliquer dans le processus d’arbitrage de l’une des trois manières suivantes : arbitrage judiciaire, arbitrage contractuel ou par stipulation.

L’arbitrage judiciaire est une procédure statutaire (Code de procédure civile §§1141.10, et suivants) par laquelle certains types de cas sont dirigés vers un arbitrage non contraignant avant le procès. Ce processus a été conçu pour accélérer et rationaliser la résolution des actions grâce à l’évaluation neutre d’un arbitre, accomplie grâce à une procédure simplifiée et économique pour obtenir une résolution rapide et équitable des différends. Les arbitrages ordonnés par le tribunal ne sont pas contraignants, ce qui signifie que l’une ou l’autre des parties qui n’est pas satisfaite de la décision de l’arbitre peut demander un nouveau procès. Étant donné que le processus n’est pas contraignant, aucune partie n’a renoncé à ses droits constitutionnels en s’engageant dans ce type d’arbitrage.

L’arbitrage contractuel est un processus juridique par lequel un différend découlant de ou lié à un contrat est résolu. Il repose sur un accord précontentieux entre les parties. Dans l’arbitrage contractuel, les parties ont convenu, conformément à une disposition d’arbitrage de leur contrat, qu’en cas de litige, la question sera résolue par arbitrage. Dans la plupart des cas, l’arbitrage lié à un contrat est juridiquement contraignant. L’arbitrage peut être structuré de plusieurs façons. Le plus souvent, un arbitre ou un groupe d’arbitres écoutera les preuves et les arguments des deux parties concernant le différend. L’arbitre prendra alors une décision et rendra une sentence définitive, sauf dans certaines circonstances extraordinaires. Dans l’arbitrage contractuel, un ensemble de règles ou de procédures a été incorporé dans la clause d’arbitrage qui dicte la manière dont les parties procéderont.

L’arbitrage par stipulation est basé sur un accord post-litige entre les parties par lequel elles ont convenu d’arbitrer leur différend une fois qu’il est survenu. Les parties doivent ensuite choisir l’ensemble de règles et de procédures à suivre pour guider la procédure. L’arbitrage par stipulation est généralement contraignant et la décision de l’arbitre est définitive, sauf dans certaines circonstances extraordinaires.

Qu’est-ce que l’arbitrage de consommation ?

L’arbitrage de consommation implique des litiges entre les consommateurs (clients, clients ou mécènes) et les entreprises. La plupart des arbitrages de consommation se produisent en vertu d’une clause d’arbitrage préalable au litige convenue par le consommateur afin d’obtenir le service ou le produit de l’entreprise. La disposition d’arbitrage obligatoire sera généralement située dans :

un contrat avec un consommateur, qui est défini comme

une personne cherchant ou acquérant des biens ou des services à des fins personnelles/familiales/domestiques, y compris par bail ; ou

un adhérent/souscripteur/assuré d’un régime d’assurance maladie ; ou

une personne avec une réclamation pour faute professionnelle médicale ; ou

un employé ou un candidat à un emploi potentiel

Le contrat a été rédigé par ou au nom de la partie non-consommateur ; et

La partie consommatrice était tenue d’accepter la clause d’arbitrage du contrat.

Qu’est-ce que la procédure d’arbitrage ?

Pour commencer le processus d’arbitrage, un demandeur soumet une demande d’arbitrage, une stipulation d’arbitrage ou une ordonnance du tribunal à ADR Services, Inc., et la partie adverse (défendeur) peut déposer une réponse à la demande. L’arbitre neutre recueille les preuves et entend les arguments des deux parties, puis rend une sentence. Les conférences préparatoires à l’audience déterminent les questions de procédure pour l’audience d’arbitrage (par exemple, si l’arbitrage doit être confidentiel). Lors de l’audience d’arbitrage, les parties présentent des déclarations liminaires, des preuves telles que des documents et des objets tangibles, et des témoins qui témoignent et sont contre-interrogés. Les conclusions finales peuvent également être présentées lors de l’audience ou soumises ultérieurement sous la forme d’un mémoire après l’audience. L’arbitre rendra alors une sentence. La décision de l’arbitre consiste en une décision écrite, qui peut consister simplement en un énoncé de la réparation accordée à chaque partie, ou elle peut inclure une explication écrite des conclusions de l’arbitre. L’appel ou la révision de la décision d’un arbitre est limité et doit être fondé sur des circonstances extraordinaires.

N.B. Pour soutenir cette série de publications liée au Dossier $1.50/5¢ aux États-Unis, procurez vous un des premiers NFTs liés au dossier $1.50  créés et disponibles sur la plateforme de vente Opensea en Cliquant Ici

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.