Dialogue rompu entre «Musseau» et «Montana» : les discussions achoppent sur l’élaboration d’un agenda autour des enjeux constitutionnels

0
2042

par Hervé Noel

Le point lié au rétablissement, sur la base transitionnelle, des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire de l’État ont divisé les protagonistes. Les signataires de l’Accord du 11 septembre, alliés du premier ministre de facto Ariel Henry, devront reformuler le point en discussions avant de reprendre la table du dialogue, a révélé Ernst «Nènè» Mathurin.

Mardi 19 juillet 2022 ((rezonodwes.com))–

L’un des membres du Bureau de suivi de l’Accord Montana (BSA), Ernst «Nènè» rappelle que des étapes préparatoires au dialogue n’ont pas encore été franchies. Les deux parties (Accord Musseau et Accord Montana) cherchent d’abord à débroussailler le terrain, clarifier des points relatifs à l’agenda des discussions. 

À ce stade, il est impossible d’évoquer la poursuite des échanges au mardi 19 juillet sans l’élaboration d’un agenda clairement défini autour du rétablissement de l’esprit constitutionnel, insiste Nènè Mathurin. Le retour à la table des pourparlers dépend désormais des signataires de l’Accord du 11 Septembre.

L’ancienne sénatrice du Centre, Edmonde Supplice Beauzile, dirigeante de la Fusion des sociodémocrates haïtiens, un peu évasive, évoque une ambiance cordiale, évitant la thèse de point de discorde entre les deux délégations. Elle brandit la volonté du camp d’Ariel Henry à œuvrer pour la recherche d’un accord politique.

En guise de piqure de rappel, le premier ministre Ariel Henry, en réaction à l’élection au sein de l’Accord Montana a clairement blâmé les promoteurs de la  «recherche d’une solution haïtienne à la crise» en déclarant que nul ne peut aspirer au pouvoir politique par des  procédés imaginaires. «Ce sont des gens qui veulent distraire l’opinion en optant pour des artifices de «jwèt tè», avait laissé entendre Ariel Henry.

Les promoteurs de l’Accord Montana, de leur côté, ont conditionné toute initiative de dialogue avec l’Exécutif par la clarification des suspicions liées à l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moise.

«Ariel Henry, cité dans le crime du 7 juillet 2021, était invité à répondre par devant une instance judicaire compétente, des accusations retenues contre lui, ont défendu les signataires de l’Accord Montana. Cette exigence était considérée condition sine qua non à toute démarche de rapprochement.

Depuis, beaucoup d’eau ont coulé sous les ponts. Les lignes ont bougé, ces irritants ont été évacués.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.