Ariel, affranchis-toi du joug de l’esclavage mental!

0
984

Edito du Rezo | Ariel, affranchis-toi du joug de l’esclavage mental!

Mardi 24 mai 2022 ((rezonodwes.com))–

Il est un fait indéniable. Ariel Henry, installé à la tête du pays par un tweet de l’international, n’est qu’une marionnette dont les ficelles peuvent être tirées par le simple petit blan mannan délégué par ses tuteurs.

Le PM de facto et autoproclamé chef d’État, pareil à l’esclave de maison du temps des colonies, fait tout pour plaire à ses maîtres, en méprisant ses frères et soeurs qu’il assimile à des esclaves des champs, ne pouvant recevoir que son mépris.

En ce sens, le neuro-chirurgien a la volonté d’être esclave. Tel un perroquet mal dressé, il n’a de cesse de répéter depuis plus de 10 mois les mêmes inepties de la pro-consule La Lime  »Referendum et Élections » en laissant mourir une population qui ne demande qu’à vivre dignement sur ce bout de terre léguée par Dessalines et ses camarades de combat.

Membre du Conseil des Sages, il a contribué à l’installation inconstitutionnelle, illégale et illégitime à la Primature de l’haïtiano-américain Gérard Latortue.

Ce pseudo-intello n’a pris l’avion pour entrer en Haïti que pour son investiture et a filé à l’anglaise avant même la fin de son  »mandat » en emportant avec lui dans son confort floridien de Boca Raton, deux voitures luxueuses achetées au frais de la princesse.

 »Gros Gérard ne s’est d’ailleurs pas privé pour applaudir les maîtres qui se sont débarrassés du gênant petit prêtre de St-Jean Bosco qui avait réclamé à tue-tête des milliards de dollars comme restitution de la dette de l’indépendance.

 »C’est de la foutaise cette affaire de restitution », avait brandi Latortue.

Les deux font la paire … d’esclaves. Deux  »zo » bien montés pour aider à l’anéantissement de l’âme haïtienne avant l’extinction de cette nation qui a forcé le monde à entrer dans la modernité des droits humains.

A la veille de l’anniversaire de l’assassinat crapuleux de l’Apredye, filleul d’un parrain en mal de spectacle, car considéré comme persona non grata dans les diverses communautés haïtiennes de la dispora, Ariel Henry, lui aussi filleul du parrain, doit faire amende honorable.

Dr Henry, qui regarde d’un oeil amusé le kidnapping en série de ses confrères médecins, la mort de ses étudiants en médecine et le départ de la crême des professionnels haïtiens pour des terres plus hospitalières, doit s’émanciper de cette mentalité d’esclave et remettre aux forces vives de la nation la responsabilité de conduire la barque nationale vers le mieux-être pour la population.

Dr Henry et ses sous-fifres doivent comprendre qu’après ce calme, qu’ils interprètent comme une soumission du peuple, viendra inéluctablement une tempête qui ne pourra que les emporter.

rezonodwes@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.