12 juillet 2024
Détournements de fonds publics : Les États-Unis sanctionnent l’ancien président de l’Équateur, Abdalá Bucarám. Quid de Michel Martelly, un des gestionnaires des fonds Petro Caribe?
Actualités Corruption Justice Petro Caribe Société

Détournements de fonds publics : Les États-Unis sanctionnent l’ancien président de l’Équateur, Abdalá Bucarám. Quid de Michel Martelly, un des gestionnaires des fonds Petro Caribe?

Le nom de Michel Martelly, ancien président d’Haïti, n’est-il pas également mêlé à de graves affaires de corruption, de détournements de fonds publics, notamment les fonds de Petro Caribe et de complicité dans l’assassinat de Jovenel Moise (selon New York)?

Président Bucaram : « …je continuerai à remettre en question l’invasion criminelle de l’Irak, semblable à l’invasion russe de l’Ukraine ».

Mercredi 9 mars 2022 ((rezonodwes.com))–CNN espagnol, citant Ned Price, du Département d’Etat, a rapporté que le gouvernement américain a sanctionné mercredi l’ancien président équatorien Abdalá Bucaram Ortiz (1996-1997) « en raison de son implication dans d’importants actes de corruption, notamment le détournement de fonds publics, l’acceptation de pots-de-vin et l’interférence avec les processus publics« .

Selon le porte-parole du département d’État, Ned Price, dans un communiqué, « pendant son mandat de président de l’Équateur, Bucaram s’est livré à de multiples actes de corruption, notamment en acceptant des pots-de-vin et en volant des fonds publics. L’ancien président Bucaram doit encore rendre des comptes pour avoir trahi la confiance du public« .

Bucaram et les membres de sa famille immédiate n’auront désormais plus le droit d’entrer aux États-Unis, a ajouté M. Price, contrairement à l’ex-Premier ministre Laurent Lamothe et la famille Martelly dénoncés dans le détournement de plus de $4 milliards des fonds de Petro Caribe. Lamothe et Olivier Martelly ont indiqué avoir construit plus d’une vingtaine de parcs olympiques actuellement « invisibles » en dépit de dizaines de millions de dollars tirés des caisses publiques de l’Etat d’Haiti, l’un des pays les plus pauvres au monde.

« Le secrétaire désigne également l’épouse de Bucaram, María Rosa Pulley Vergara, et ses fils Jacobo Abdalá Bucaram Pulley, Abdalá Jaime Bucaram Pulley et Michel Abdalá Bucaram Pulley », a ajouté M. Price.

En réaction à cette décision, l’ancien président a qualifié la sanction américaine de « folie » et d' »ingérence manifeste dans la justice équatorienne« . Dans une série de tweets, l’ancien président a déclaré mercredi que depuis 26 ans, il se rendait dans un hôpital de Houston pour un traitement cardiaque et qu’il devait s’y rendre en septembre pour faire remplacer son pacemaker.

« Ce qui est bizarre, c’est que pourquoi sortir cette information après 26 ans ? Je suppose qu’un avivato politique en Équateur est derrière tout ça et je pense savoir qui c’est. Quoi qu’il en soit, je resterai fidèle à mes principes, je resterai fidèle au parti démocrate aux États-Unis et je continuerai à remettre en question l’invasion criminelle de l’Irak, semblable à l’invasion russe de l’Ukraine. J’espère pouvoir être opéré à Houston en septembre », a-t-il écrit.

Par ailleurs en Haiti, le 27 juillet 2018, Me. André Michel, dans le cadre de la dilapidation des fonds du programme PetroCaribe, a déposé une plainte formelle contre la femme de l’ex président Michel Martelly, Sophia St-Rémy et leur fils aîné, Olivier Martelly, au Parquet de Port-au-Prince.

Le juriste a rappelé quelque temps après que « le dossier est actuellement pendant devant le juge Ramoncite Accimé, qui fait par contre l’objet de demande de déport de la part de certains des plaignants« .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.