Notre « soup joumou », la calligraphie arabe, les célébrations de la St-Jean au Venezuela, parmi les 39 nouveaux Patrimoines de l’Unesco

0
1862

A noter que la candidature de notre « soupe Joumou », prévue pour 2022, a été exceptionnellement incluse à la dernière minute cette année.

Paris, jeudi 16 décembre 2021 ((rezonodwes.com))–La calligraphie arabe et la soupe au poireau Joumou haïtienne ont été déclarées patrimoine immatériel par l’Unesco, dans une liste qui comprenait auparavant cinq traditions de Bolivie, d’Équateur, du Panama, du Pérou et du Venezuela, a déclaré l’organisation.

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine immatériel de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a conclu sa réunion à Paris jeudi sur les 46 candidatures soumises pour inscription sur la liste du patrimoine immatériel, dont il a accepté 39.

Parmi les produits approuvés figure notre soupe Joumou, une préparation traditionnelle haïtienne à base de légumes, de bananes, de viande, de pâtes et d’épices, symbole de la liberté d’Haiti – (avant 1915) – lorsque nous avons obtenu notre indépendance de la France, le 1er janvier 1804, après la victorieuse bataille de Vertières, le 18 novembre 1803.

Cette candidature, prévue pour 2022, a été exceptionnellement incluse à la dernière minute cette année. « L’appel à l’inscription de la soupe de Joumou fait chaud au cœur. Alors qu’Haïti est confronté à d’innombrables défis, dont les catastrophes naturelles qui ont dramatiquement affecté la vie quotidienne de la population, les autorités du pays ont voulu faire une inscription qui contribuerait à raviver la fierté nationale », a déclaré Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco.

Calligraphie arabe

La calligraphie arabe, comprise comme l’art de transcrire couramment l’alphabet de la langue arabe afin d’apporter harmonie, élégance et beauté à l’écriture, a également été récompensée cette semaine. La candidature a été soumise par 16 pays arabes.

L’Unesco a souligné la variété des matériaux naturels utilisés dans la calligraphie traditionnelle : « le calame (qalam) est fabriqué à partir de tiges de roseau et de bambou ; l’encre est faite d’un mélange de miel, de noir de carbone et de safran ; et le papier est fait à la main et traité avec de l’amidon, du blanc d’œuf et de la pierre d’alun ».

La détection et l’extraction des truffes en Italie, une tradition qui se transmet oralement depuis des siècles « et qui, aujourd’hui, continue d’être un élément très important dans la vie de nombreuses communautés agricoles de l’Italie péninsulaire », a également été approuvée jeudi.

Ce champignon enfoui dans le sol est généralement détecté à l’aide d’un chien entraîné. Son extraction ultérieure nécessite un large éventail de connaissances climatiques, environnementales et botaniques.

La liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, qui compte déjà plus de 500 traditions issues des cinq continents, facilite l’accès aux subventions et donne une plus grande visibilité internationale à ses membres.

L’Amérique latine, bien représentée

L’Amérique latine est à nouveau l’une des régions les mieux représentées sur la liste de l’Unesco. En Bolivie, il s’agissait de la Fiesta Grande de Tarija, qui a lieu dans la ville du même nom, située dans le sud-est du pays, et qui est célébrée chaque année en août et septembre en l’honneur de Saint Roque.

Elle se distingue par ses masques et ses costumes colorés, sa musique et ses danses, ainsi que par l’ornementation de ses temples et de ses rues.

Pour l’Équateur, le gagnant est « El Pasillo« , un genre musical et de danse apparu en Équateur au XIXe siècle, à l’époque des guerres d’indépendance sud-américaines, à la suite d’une fusion de différentes musiques indigènes.

Au Pérou voisin, on a inscrit l’art millénaire de la poterie du peuple Awajún du nord du Pérou, paradigme de leur relation harmonieuse avec la nature.

Décorés de formes géométriques inspirées d’éléments de la nature, les récipients fabriqués sont utilisés pour cuisiner, manger, boire et servir les aliments, mais aussi pour la célébration de rituels et de cérémonies.

Au Venezuela, des prix ont été décernés pour des pratiques culturelles et des connaissances liées au cycle de célébrations en l’honneur de Saint-Jean-Baptiste, qui remonte au XVIIIe siècle et trouve son origine dans les communautés afro-vénézuéliennes réduites en esclavage dans les domaines coloniaux espagnols de l’époque.

En Amérique centrale, le Panama a réussi à inscrire la célébration du corps et du sang du Christ crucifié, la fête du « Corpus Christi« , une fusion des célébrations religieuses de l’Église catholique avec une série de pratiques culturelles populaires, telles que des représentations théâtrales, de la musique, des danses populaires et des processions de personnes vêtues de masques et de costumes colorés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.