Nicaragua – Daniel Ortega traite de « fils de pute des impérialistes », les opposants à son régime

0
658
Handout picture released by the Nicaraguan presidency showing Nicaragua's President Daniel Ortega (R) and his wife and Vice-president Rosario Murillo applauding during the commemoration of the 45th anniversary of the death of one of the founders of the Sandinista National Liberation Front (FSLN) guerrilla, Carlos Fonseca, in Managua, on November 8, 2021. - Nicaragua's longtime leader Daniel Ortega faced a torrent of international criticism after he won a fourth straight presidential term on November 7, 2021 in what critics described as a "farce" election with his political opponents jailed or exiled. (Photo by Cesar PEREZ / Nicaraguan Presidency / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / NICARAGUAN PRESIDENCY / CESAR PEREZ" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

« C’est une dictature, tout simplement (…) Il est devenu plus clair que jamais qu’Ortega et (son épouse et vice-présidente Rosario Murillo) ont imposé une dictature basée sur le personnalisme et le pouvoir familial », a déclaré un haut responsable américain.

A noter qu’en Haïti, Martine Moise, entourée de mercenaires blancs payés avec les fonds du trésor public -selon un journaliste-enquêteur américain-, se positionne pour devenir le successeur de son mari et venir « accomplir sa vision ». Une autre affaire familiale dans le pays le plus pauvre des Caraïbes après Papa Doc/Baby Doc, maintenant Nèg bannannn/Nègès jaden à défaut de Martelly succède à Martelly.

Mercredi 10 novembre 2021 ((rezonodwes.com))–L’Organisation des États américains (OEA) doit agir après les « élections illégitimes » au Nicaragua, ont insisté mardi le secrétaire général Luis Almagro et un haut fonctionnaire américain, qui ont assimilé à de la « dictature », le système de gouvernemement au Nicaragua.

« C’est une dictature, tout simplement (…) Il est devenu plus clair que jamais qu’Ortega et (son épouse et vice-présidente Rosario Murillo) ont imposé une dictature basée sur le personnalisme et le pouvoir familial« , a déclaré le responsable américain.

Cinq groupes de proches d’opposants détenus au Nicaragua ont averti mardi que les adjectifs utilisés lundi par le président Daniel Ortega à l’encontre des prisonniers, qu’ils ont qualifiés de « fils de pute des impérialistes« , mettaient ouvertement leur vie en danger.

« Il est inquiétant que ces nouvelles insultes soient implicitement interprétées comme un ‘ordre d’exécution‘, de sorte que la police et les fonctionnaires pénitentiaires se sentent légitimés à mener des actes de vengeance politique contre les prisonniers », ont-ils ajouté.

Lors d’un rassemblement sur la Plaza de la Revolución, Ortega a déclaré que les prisonniers de l’opposition « sont les fils de pute des impérialistes yankees », que les États-Unis devraient les emmener, car « ils ne sont pas nicaraguayens, ils n’ont pas de patrie ».

Ortega qui a combattu la dictature des Slomoza, et devenu lui-même aujourd’hui un cynique dictature, est au pouvoir par les urnes depuis 2007. Il a remporté dimanche un quatrième mandat consécutif avec près de 76 % des voix, selon les chiffres officiels, à l’issue d’un processus électoral qui a vu défiler des opposants emprisonnés, des partis hors-la-loi et des dizaines de milliers d’exilés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.